Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-02-22T22:50:42+01:00

V comme Victime

Publié par Marie-Lore
V comme Victime

Nous nous sommes tous sentis un jour victimes d’une situation ou d’un être. Cet état est désagréable parce que nous avons l’impression d’être prisonniers.

Si nous ne tenons pas les rênes de notre vie, nous pouvons très vite nous retrouver en position de victimes. Victimes des situations, des autres ou de la vie.

Quand nous manquons de confiance en nous, nous avons peur de prendre de mauvaises décisions et de nous tromper de chemin. Nous oublions notre pouvoir de décision.

“J’ai l’impression de ne rien pouvoir décider seul” ; “J’ai peur de me tromper de direction.”

Nous avons tendance à chercher les réponses chez ceux qui donnent l’impression d’avoir confiance en eux et de savoir décider de leur vie en toutes circonstances. Nous restons coincés dans nos peurs en attendant de nous décider à agir. Nous ne sommes alors pas conscients de notre libre arbitre. Nous craignons de faire des erreurs.

Nous avons peur d’entrer dans l’expérience et nous restons bloqués dans des théories tirées de livres de développement personnel ou entendues lors de conférences... Nous croyons que notre thérapeute va nous apporter toutes les réponses. L’attente de trouver le bon guide qui nous mènera au but est un fantasme qui conduit tout droit à une énorme déception. Nous pourrions nous égarer longtemps en nous laissant manipuler par l’autre. Il était notre sauveur à nos yeux quand nous avions choisi de le suivre. Il avait l’air sûr de lui, nous lui avons fait confiance alors que nous n’avions même pas confiance en nous. Et quand nous n’avons pas l’impression d’avancer et de voir le bout du tunnel, ce sauveur

devient alors notre bourreau. Il ne nous sauve pas du tout. Nous devenons les pauvres victimes de l’autre, de la vie, du monde entier alors que nous avions décidés d’être mieux dans nos baskets. Nous faisons l’erreur de chercher un coupable au lieu de prendre le temps d’apprendre à nous faire confiance, à nous écouter plus, à accepter de faire des erreurs et à ne pas avoir peur du regard des autres. Chacun possède en lui son plan de route, sa propre boussole pour avancer.

Notre chemin, nous l’arpentons au hasard des rencontres, les yeux bandés ou grands ouverts. Il ne tient qu’à nous, un jour, d’enlever le bandeau qui nous cache les yeux pour regarder les différentes routes qui s’offrent à nous.

Tant que nous ne nous prenons pas la responsabilité de nos choix en acceptant de faire des erreurs, nous sommes victimes de la vie ou des autres. Nous avons peur d’emprunter un sentier de traverse, de vivre des expériences, de ne pas trouver nos pas légers et de ne pas voir le bout du tunnel assez vite.

Pour sortir de l’état de victime, de sauveur ou de bourreau, il n’y a qu’une solution, assumer de vivre sa vie en se sentant responsable de ses choix à chaque seconde, quitte à faire des erreurs.

“La route est pentue ou raide, qu’à cela ne tienne, je change de direction. Je préfère aller m’étendre sur l’herbe en attendant l’autobus ou le prochain train qui passe ? Eh bien, pas de problème, je suis maître de mes choix et du temps qui passe. Il n’y a que moi qui puisse juger du bien-fondé de mes expériences. Si je me sens bien, je continue, si je me sens mal, je peux décider d’arrêter l’expérience ou d’en comprendre l’impact sur moi. Je deviens responsable à mes yeux. Je choisis d’être adulte et de vivre ma vie comme bon me semble. Compter sur l’autre pour savoir ce qui est bon pour moi, c’est lui laisser le pouvoir de vie et de mort sur moi, c’est lui donner les clés de ma vie.”

J’ai longtemps été sauveur. Je souffrais de voir les autres malheureux, alors je me battais pour les rendre plus heureux. C’était un leurre. Je l’ai compris à mes dépens. Ma baguette magique était visible de si loin que certains se contentaient de venir observer les miracles. Elle n’était magique que dans mes mains. Du coup, on ne me pardonnait pas d’être incapable de guérir instantanément tous les maux. J’ai dû arracher bout par bout, lambeau par lambeau, ce beau costume à paillettes de la gentille fée Tout. Et j’ai caché pour un temps cette précieuse baguette magique dans un tiroir de ma cabane.

J’ai fini par voir que j’étais enfermée dans de fausses croyances liées à mon vécu d’enfant. Je voulais, enfant, sauver ma mère que je sentais triste et en colère. C’était impossible. Nous ne pouvons pas changer les autres contre leur gré, sans une demande d’aide de leur part et sans leur participation active. J’ai compris que ma mission était plutôt de pardonner aux autres de ne pas choisir d’être heureux. Je devais accepter qu’ils fassent fausse route ou qu’ils soient durs avec eux-mêmes. Je ne devais pas me sacrifier pour autrui en espérant leur faire vivre un instant de bonheur pour qu’ils décident enfin d’être heureux. J’avais peur de supporter leur malheur. Le mal- être me figeait, enfant. Je devais avant tout prendre mes responsabilités pour être heureuse dans ma vie quoi qu’il arrive. J’ai compris que je ne changerais pas les autres si je n’arrivais pas à me rendre heureuse par moi-même et que mon exemple serait la meilleure chose pour donner envie aux autres d’être heureux dans leur vie. J’ai dû aussi accepter d’être entourée de personnes tristes et malheureuses, et que leur état pouvait contribuer aussi à leur équilibre.

Je ne suis aujourd’hui ni sauveur, ni bourreau et encore moins victime. Je vous avoue, je me sens plus légère et encore plus connectée à ma force intérieure et à ma joie de vivre. Je me sens à ma place. Je suis auto-référent. Pour moi, être dans la joie, avancer dans la paix et tout faire pour être heureuse est ma responsabilité.

Je sais que pour vivre cela au quotidien, j’en fais l’engagement à chaque minute de ma vie.

Voilà ma responsabilité pour ne plus me sentir victime : être dans une présence constante à ce que je vis, accepter de vivre en conscience les expériences qui se présentent, être à l’écoute de l’Univers pour en sentir les battements.

La vie vaut le coup d’être vécu les yeux grands ouverts sur la beauté du monde. Chacun participe à sa manière à ce mouvement naturel de la vie.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog