Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2012-04-29T16:45:00+02:00

Le vilain petit canard

Publié par Marie-Lore

images.jpg

Je suis anormale depuis que je suis toute petite. J'écoute mon intuition plutôt que ma raison depuis que je suis enfant, je fais confiance à mon ressenti sur les gens plutôt qu’à leur apparence. Je ne suis pas normale.  

Je ne suis toujours pas mariée à 42 ans et je n'ai pas encore d'enfant. Je pense bien en avoir dans les années qui viennent. Je suis anormale. Je sors avec un homme divorcée deux fois avec 3 enfants. Je ne suis pas normale.

Je n’ai toujours pas de maison à moi, je paye un important loyer mensuel et je ne me vois pas faire autrement aujourd’hui encore. Je n'ai pas d'économie de côté. Je ne suis pas normale.

Je suis salariée,  libérale, tantôt gérante minoritaire, tantôt actionnaire majoritaire d’une société, auto-entrepreneuse, bientôt auteur. Je change de métier à chaque fois que celui ci fonctionne très bien et a une excellente rentabilité pour moi. Je me base plus sur mon expérience, ma bienveillance, mon humanisme et mon ressenti que sur des diplôme que j’aurai accumulés en payant des formations, pour faire mon travail. Je suis une autodidacte, je me sens légitime et à ma place de faire chaque chose quand je décide de me lancer dans un projet professionnel. Je ne suis pas normale.

Je crois en un Dieu qui est en moi. Je ne suis pas normale.

Je fais un 40-42 de taille plutôt qu'un 36-38 et je ne me trouve pas belle quand je suis trop mince, je me préfère ronde. Je ne ressemble en rien à ce qu'attendait ma mère de moi. Je ne colle pas aux moules de la société, je pense qu'on est tous différents et complémentaires, qu'on n’a pas tous choisi d'être heureux. Je pense qu'on préfère parfois être victime que responsable dans la vie. Je ne suis pas normale.
Je n'ai pas peur de dire que je fais des erreurs et j'en fais plein. Je n'ai pas de honte à demander pardon aux autres, je ne suis pas parfaite et souvent je suis un vrai petit bourrin. Je n'ai pas de difficulté à me remettre en question. Je constate que je ne réussis pas tout super bien du premier coup et ce n’est pas grave. Me tromper m'aide à grandir. Mes erreurs sont des trésors de compréhensions à chaque fois de ce que je suis et de ce que je n'ai plus envie d'être. Je ne suis pas normale.
Je rigole tout le temps, je suis capable d'éclater de rire dans une cérémonie religieuse ou dans une conférence. J'ai gardé mon âme d'enfant, je la revendique et je suis heureuse de ne pas être une adulte sérieuse qui a oublié cette partie merveilleuse de moi-même, mon vrai moi. Je ne suis pas normale.

C’est vrai, je ne ressemble en rien aux critères de la société, je ne suis pas comme tout le monde. C'est vrai qu'en étant ainsi, je ne me protége pas du jugement et des critiques des autres.

Et pourtant je suis heureuse de ma vie et plutôt bien dans mes baskets. Je prends la vie comme un grand jeu et je pense que tout ce que je vis, n'est que le résultat de mes choix conscients ou inconscients. Je ne suis pas victime de la société, ni des partis politiques, ni de mes parents ou des clients qui ne m'aiment pas.

Je suis anormale et je me trouve pourtant super normale à mes yeux et c'est ce qui compte. Pour le reste, c'est aux autres de gérer leur vision de mon monde. S'ils le trouvent sympa, ils viendront vers moi, dans le cas contraire, on ne se croisera pas. Et ce n'est pas grave.

J'ai remarqué que le monde se remplit de plus en plus de petit canard et notre particularité, est de nous accepter telle que nous sommes.

Et si nous devenions tous des cygnes?  

Voir les commentaires

2012-04-25T17:19:00+02:00

Un nouveau départ pour un changement de vie

Publié par Marie-Lore

cinoche.JPG

Aujourd'hui mon amoureux et moi avons déposé les statuts de la boite que nous montons ensemble, qui fait de nous des co-actionnaires.

C'est un nouveau départ dans ma vie. Faire confiance à 100% dans un homme et me lancer dans une nouvelle aventure au moment où tout le monde serre les fesses pour l'avenir... C'est un défis qui me plait bien.

C'est un grand dépassement qui m'enchante, une nouvelle responsabilité sur mon chemin, prendre mon évolution professionnelle à bras le corps en faisant confiance en ma personnalité et en écoutant les sages conseils d'un homme que j'aime. Je suis prêt à l'obéissance. Il va adorer! ;o)

Voila je voulais partager cela avec vous, croire en ses rêves et les réaliser nous fait nous sentir libre, indépendant et heureux de vivre!

Ayez foi en vous, ça vaut le coup!

Voir les commentaires

2012-04-24T08:16:00+02:00

Prenons nos responsabilités en 2012

Publié par Marie-Lore

anim240.gif "Toutes les âmes peuvent trouver la vérité à l'intérieur, mais cela veut dire qu'elles doivent prendre du temps pour s'intérioriser. Elles doivent penser par elles-mêmes et trouver leur propre chemin, et beaucoup d'âmes sont trop paresseuse pour cela. Elles trouvent tellement plus facile d'écouter ce que les autres disent et d'accepter ce qui est dit sans entrer en elles. Mets-toi au calme et tu sauras la vérité; et la vérité te rendra libre." 

Eileen CADDY


 Souvent lors de mes consultations de voyance, on m'a demandé ce pour quoi on est fait.  

Je me rends compte que la réponse est toujours donnée quand la demande est profonde et vraie. A chaque fois que la personne n’a pas pris la peine de se poser elle-même la question et que cette interrogation n’est que le fruit d’une lassitude ou d’un ras le bol de sa situation professionnelle actuelle, l’univers reste silencieux et aucun message ne me vient.

Il reste un chemin à parcourir que je ne peux le  faire à la place de l’autre. Toute la difficulté réside dans le fait d’accepter de faire ce bout de chemin avec soi en prenant son temps.


Je ne sais pas pourquoi on rechigne à le faire? Aurait-on peur de se sentir libre? différents?            

C’est tellement bon d’avancer à son rythme et d’être en accord avec soi. Notre particularité est tellement belle que toutes ces particularités ensemble formeraient une telle diversité que nous pourrions voir la vie davantage en couleur et en relief au lieu de constater cette linéarité et de vivre dans cette platitude morose. Avec le deuxième tour qui arrive, prenons nos responsabilités et agissons.

Vive la vie en couleurs !!!

Voir les commentaires

2012-04-23T10:31:00+02:00

Elections présidentielles ou ring présidentiel?

Publié par Marie-Lore

raffarin.jpg

J'ai regardé les débats hier soir à la télévision après les résultats des votes du premier tour des présidentielles. J'ai été estomaqué de voir nos hommes politique français avoir aussi peu d’écoute et de respect de l’autre. J'ai assisté à un combat d'Ego.

Aucune attention, on veut toujours avoir le dernier mot et on essaye de convaincre l’autre qu’on a raison de penser ce qu’on pense tout en critiquant l’autre en appuyant sur ses défauts. On est incapable de faire la part des choses et de tirer ensemble de vrais bilans. L’autre est nulle et a mal fait et nous on est vraiment le meilleur… C’était puéril. A-t-on le même niveau que ces gens qui nous gouvernent?

Comment peut- on avancer sans écoute, sans partage, sans complémentarité ? Comment croire que seul on peut se sortir de tout et tout faire sans l’aide des autres ? Pourquoi veut on toujours être le plus fort, paraitre sans faille? Nopus n'avons pas le droit à l'erreur dans notre société. 

J'ai adoré Monsieur Raffarin, posé, impliqué, préoccupé,  avec un discours plein de sagesse et constructif tourné vers l'avenir des français et non defensseur de son parti ou précheur pour sa propre paroisse et gloire. C'était du bonheur d'écouter ses interventions.

Ce n'est pas gagné de faire les choses en prenant nos responsabilités... 


Voir les commentaires

2012-04-22T13:00:00+02:00

L'Abécédaire de la Voyante: D comme déresponsabiliser

Publié par Marie-Lore

des-news....gifResponsabiliser un enfant le rend autonome à réaliser ses envies et ses rêves et l'aide à grandir sans dépendance, sans avoir besoin de compter sur les autres pour faire les choses importantes à ses yeux. Le responsabiliser, c’est lui faire confiance et lui apprendre à réaliser ses envie de A à Z en étant efficace, persévérant, patient et confiant dans leur réalisation tout en prenant plaisir à faire le chemin.
Très peu de parents responsabilisent leurs propres enfants à devenir autonome et confiant dans la vie..
Quand on n'a pas confiance aux autres (amis, femme, mari, enfant, collègues de travail ou associé), on a tendance à faire les choses à leur place en pensant qu'ils sont incapables de les faire. Par soucis de rapidité, d'exigences, d’insatisfaction ou d’efficacité, on finit par prendre leurs responsabilités sur notre dos.
Cette déresponsabilisation rend l'autre incapable de se sentir en confiance et rassuré dans sa vie quotidienne. Il vit en étant confus dans ses actions, décentré de ses envies et dans la peur de ne pas s'en sortir seul. Enfant, cela conduit à développer un manque de confiance en soi, une absence d'autonomie et de désir. Adulte, on adopte naturellement une soumission presque aveugle à l'autorité supérieure. On a beaucoup de difficulté à entreprendre des actions pour soi dans la vie, à se positionner en cas de désaccord ou à refuser ce qui nous rend malheureux.

On se retrouve vite dépendant des autres pour être heureux quand on nous a déresponsabilisé dans notre enfance.

C'est toute une rééducation à faire pour regagner confiance en soi et ne plus avoir besoin de quiconque pour être bien. Faire ce travail seul semble bien compliqué quand on n’a pas confiance en soi. Poser des repères agréables et constants est vital pour de sentir ancré et ne plus avoir peur du lendemain. Trouver un accompagnant bienveillant qui nous responsabilise nous aide à poser des repères est une solution. Travailler sur le corps avec lui nous rebranche à nos émotions, donc à notre propre ressenti et à notre intuition. Avoir confiance en lui est la première étape pour sortir de la deresponsabilisation, c'est savoir repérer les gens qui nous font grandir, parce qu’on a du faire confiance à son ressenti pour le choisir. Si on ne travaille pas sur le corps, le ressenti ne se développe pas et c'est la tête qui choisit.

Quand on finit par écouter au quotidien son intuition, on se sent libre et responsable. 

Voir les commentaires

2012-04-21T10:23:00+02:00

"Cloclo" le film!

Publié par Marie-Lore

claude-francois-le-mal-aime.jpg


J'ai vu il y a 15 jours le film « Cloclo » sur Claude François. Ce film m'a bouleversée. J'avais juste 8 ans quand il est mort. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant 2 ans en écoutant en boucle, ses 33 tours sur mon tourne disque dans ma chambre d'enfant. En grandissant, je n'ai jamais compris cette tristesse que j'avais pour cet homme, une célébrité apparament comme bien d'autres, qui a  défrayé la chronique  avec ses nombreuses conquêtes amoureuses. « Public » ou « Voici » de serait régalé aujourd'hui... J'étais trop jeune pour être amoureuse de lui à 8 ans... Pourquoi me touchait-il tant?

En regardant ce film j'ai pleuré pendant deux heures, touchée par même tristesse qu'avant, enfant quand j'écoutais ses chansons. Et j'ai compris la raison de cette émotion en découvrant son enfance dans ce film.

Claude François était issu d'une famille plutôt bourgeoise avec un père absent et surtout très exigent envers ses enfants. On remarque vite le manque d'amour spontané de ce parent et le grand besoin d'amour et les attentes de ses enfants de recevoir de l’attention de ce père tant aimé et adulé. On sent très vite la peine qui nait dans leur cœur.  Cette peine a fait écho à mon état d'enfant hypersensible qui avait besoin de compréhension et non d'exigences sur moi. Je retrouve la même éducation à l'ancienne formatée pour fabriquer de bons enfants soumis à l'autorité des parents, calme et bien éduqués à dire bonjour et merci aux grands, des enfants élévés à être la fierté de la famille.

J'ai retrouvé chez lui, la même envie, cet engouement de vouloir faire plaisir aux adultes qu’on aime, pour les satisfaire et recevoir un sourire, un compliment, une reconnaissance que je n'avais que rarement. Selon eux, je pouvais toujours mieux faire et pourtant je faisais du mieux que je le pouvais.

J'ai vu sur Cloclo, les conséquences de cette éducation castratrice des émotions d’un enfant. J'ai vu ce que nous devenions adulte si nous ne comprenions pas la nécessité de se débarrasser de ce besoin de reconnaissance et d'amour, par manque d’amour. J’ai compris encore plus l’importance du travail sur soi pour se couper de cette attente, de ce perfectionnisme aigu qu’on finit par adopter en devenant exigent dans les petits détails du quotidien et le challenge de s'aimer soi même avant tout.

J’ai compris que petite, j’avais été émue par cet hypersensible qui me montrait déjà les dégâts sur un être humain du manque d’amour inconditionnelle des parents. A force de vouloir tout faire pour être aimé et satisfaire l’insatisfaction chronique de certains adultes proche de nous, on finit par ne plus trouver de plaisir, de satisfaction dans notre quotidien tellement on a pris l’habitude de mettre la barre trop haute. On devient insatisfait soi-même, on finit par poser des exigences sur notre entourage qui entre dans le même engrenage. On n’arrive plus à être dans l’amour inconditionnel pour nous même. On se juge mal tout le temps. On finit par penser qu'on pourrait mieux faire! 

On cherche tous l'amour, on a tous besoin d’amour, c'est notre quête d'être humain.

J'ai vu sans demande d'aide comme on s'enferme sur soi, comme on ne supporte plus de faire des erreurs. On pose des attentes sur soi, sur les autres. Les aimer tel qu’ils sont, ne suffit pas à nous rendre heureux, on voudrait qu’ils soient parfaits selon nos critères de perfection… Et si ce n’est pas le cas ? On ne les aime plus, ou moins…

« Si tu ne fais pas ce que je crois bien pour toi je ne paye plus pour  les expériences que tu choisis de vivre toi même. » 

« Je ne te reste pas avec toi, tu n’es pas comme je voudrais que tu sois. »  

« Je ne te montrerai plus de considération. » 

« Je te retire ma protection financière puisque tu ne fais pas ce que je décides pour toi. »

Mon Dieu, je suis contente de travailler sur cette insatisfaction chronique depuis des années et d'en sortir peu à peu. Je suis heureuse de me satisafaire aujourd'hui d'un rien, d'aimer le monde comme il est, d'aimer nos différences, nos imperfections, nos erreurs, nos expériences, nos lenteurs, nos difficultés. Je suis contente d'être redevenu un être humain imparfait. 

Merci Claude François de m'avoir touchée autant et d'avoir laissé ce testament là. Aimons nous tel que nous sommes, des êtres remplis de défaults et de qualités avec ce merveilleux libre arbitre, cette capacité de changer de vie du jour au lendemain. Quelle chance!

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog