Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2012-12-31T16:54:00+01:00

La fin des temps ou les Temps modernes, version XXIème siècle

Publié par Marie-Lore

photo (1)

31 décembre 2012, le dernier jour de cette longue longue année...

Je ne peux pas nier qu'elle a été difficile pour moi émotionnellement parlant, mais que d'enseignements et de cadeaux quand j'ai demandé à l'Univers les compréhensions de tous ces évènements. Tout ce qui s'est passé était juste. Il n'y avait pas de fausses notes. Toutes ces étapes m'ont demandé de me poser pour prendre du recul. Le temps est devenu mon meilleur ami et j'ai demandé sa présence tout au long de l'année. Il m'a aidé à me retrouver avec moi-même, à défaire les nœuds, à choisir mon chemin, à regarder mes vraies envie... Et surtout  à revenir à ma nature profonde: vivre dans la paix les pieds dans la terre et les mains dans la glaise à modeler ma vie au jour le jour avec les gens que j'aime.

J'ai perdu beaucoup de personnes chères à mon cœur et retrouvé d'autres que je n'avais jamais enterrées qui se retrouvent au cœur de mon être. Je vis avec eux de vrais échanges profonds, qui nous émeuvent à chaque fois et nous remuent émotionnellement. Ces partages nous obligent à ressentir ce que nous sommes, souhaitons vivre ensemble et nous aide ensuite à avancer chacun individuellement... Pas facile les relations mère-fille, amoureux/amoureuse, copain/copine, accompagnant/accompagné, voisin/voisine, beau fil/beau-père, grands-parents/petits-enfants, patron/employé, amants/Maitresse... quand on a envie de vivre de vraies relations en étant  soi-même sans avoir besoin de composer pour être aimer et accepter de l'autre. Avouons-le, il n'y a pas grand monde avec lequel nous pouvons être nous-mêmes et nous dévoiler sans nous protéger ou craindre le regard des autres. 2012 nous a poussé à faire tomber nos masques...  Les émotions ont jailli à chaque coin de rue, à chaque moment de la journée sans coup férir et nous ont montré la vraie face de notre monde.

Tout un panel d'émotions et de sentiments est ressorti, la colère, la joie, la tristesse, l'émerveillement, la peur, le déni,  l'envie, la jalousie, le plaisir, l'enfermement, la vengeance... C'était un festival. Je suis sûre que comme moi, cette année 2012 vous a bouleversé émotionnellement...

Finit les non-dits, les secrets de famille, le blabla incessant, la critique et le jugements pour remplir nos vides, on a mis les pieds dans le plats avec une facilité déconcertante.  Toutes les revendications ont été pensées, dites, exprimées avec plus ou moins de gants et de doigté. Chacun a revendiqué dans son coin, individuellement ou en groupe ses desiderata. On a été écouté, pris en compte ou ignoré. Il était important de se voir soi-même dans ses états... C'était cela l'essentiel.

Nous avons vécu à un niveau personnel et collectif une envie d'émancipation forte, avec nos parents, amis, thérapeutes, enfants, étudiant, professeur, patron, compagnon de vie...pour construire notre nouveau monde. C'était cela l'énergie de la fin de l'année 2012, la fin de notre vieux monde obsolète pour bâtir du neuf l'année prochaine. 2013 nous laisse la porte grande ouverte  sur ce que nous avons décidé de construire maintenant... C'est à nous de jouer... Personne ne pourra nous aider, nous pousser, nous contraindre ou nous maintenir hors de l'eau, nous serons face à nous-mêmes. Notre estime de nous, notre confiance en nous ont été mise à rude épreuve tout au long de l'année pour être prêt maintenant à mettre la gomme pour notre vie à nous...

2012 se meurt... Vive 2013!

Je vous souhaite une excellente fin d'année en attendant de vous retrouver avec pleins de surprises... Mais chut ce sera pour l'année prochaine...

Bon réveillon, profitez bien de ces dernières heures avec les gens que vous aimez!

Plein de bises à vous qui passerez par là ce soir, j'ai été ravie de partager tous ces moments avec vous, ma vie est un peu comme la vôtre, comme la vôtre est un peu comme la mienne... Merci de votre confiance, de votre patience, de votre soutien.

Nous sommes connectés à la même source!

Ah je rigole, Tristan, mon astrologue préféré vient de poster en même temps son dernier texte de 2012, allez jeter un oeil, c'est la même chose avec ses mots et ça complète bien l'énergie de cette année ;o) C'est ici ASTROLOGIE-AUTREMENT.COM

gif-noel-6YmpPYgZ6C (1)

Voir les commentaires

2012-12-30T19:34:00+01:00

Retour aux sources.... Le bilan de 2012...

Publié par Marie-Lore

 

J'ai passé ce mois de décembre dans un contexte bien différent de mon quotidien à Paris....Après être revenue début décembre d'un périple au Maroc entre Marrakech Ourzazate et le désert en pleine nature, j'ai commencé par une semaine au lit, parceque j'étais malade à me reposer et à jeuner...

SDC18306.JPGEt après une semaine de travail, j'ai enchainé 15 jours dans la maison de ma maman sans elle, au milieu d'un petit village Lorrain... SDC18229.JPGJ'ai retrouvé toute ma famille pour les fêtes de Noël, mes cousins, mes oncles et tantes, mon grand père, des amis d'enfance , mes chers voisins, mes anciens amoureux de quand j'étais petite, mes amis de cœur et ma famille d'aujourd'hui qui se forme autour de mon couple...

SDC19001
Comment je me sens après ce dernier mois de 2012 qui s'achève ainsi?

Vidée de toutes mes peines anciennes, comblée d'amour, d'amitié et de tendresse... 

SDC18946Changée après avoir  vécue  des choses simples comme faire la cuisine en famille, de la vraie bonne popote des familles comme je n'en avais plus manger à Paris depuis des lustres,SDC18262.JPG fabriquer mes cadeaux de Noël puisque je ne suis pas rentrée chez moi et sans voiture pour aller à la ville faire les boutiques...SDC19022

SDC18417.JPGDécorer les maisons pour Noël...

SDC10475Papoter autour d'un feu de cheminée, me ballader avec le chien dans les champs mouillés à la nuit tombée... SDC19013Relire toutes les correspondance de ces 20 dernières année avec mes parents que maman avait gardé précieusement, vestige inestimable pour me regarder vingt ans après...

SDC18865Arpenter les marchés de Noël à boire du vin chaud...

SDC18556Et à manger des paté en croûte maison et autres spécialités de l'Est..
SDC18413
En rentrant à Paris je me dis que j'ai raison de prendre une petite retraite... De ne plus travailler 7 jours sur 7 mais juste 3 ou 4 jours et prendre le reste pour vivre vraiment avec les miens...et ne pas passer à côté  des personnes les plus importantes, mon amour et moi...
La vie est trop courte. Une chose est sure c'est qu'un jour on mourra tous et pas seulement  ensemble, à la fin du monde mais chacun à notre heure...

On connait la date de notre naissance, on ne sait pas trop le moment de notre départ et entre les deux, on a le choix de exister comme on veut,  de se laisser vivre ou de subir la vie et les autres.

Alors mon choix est fait.

Il reste 24heure encore avant de boucler cette grande année. C'est chouette de prendre le temps de faire des bilans!

Profitez bien de ce dernier jours parceque 2013 n'est pas loin et on change d'énergie! Là on nage facilement dans l'émotion à fleur de peau et c'est chouette quand  on accepte de se laisser aller à vivre ses émotions! Si si je vous jure! 2013 ne nous facilitera pas forcément aussi facilement l'accès à nos émotions...

Maintenant en tous cas, je n'hésite plus à faire monter les larmes, le rire, les frissons et la chair de poule... Je vis à fond mes états et cela me rend encore plus vivante... Vive 2012!

SDC10618.JPG

Voir les commentaires

2012-12-26T11:11:00+01:00

Marijuana ou relaxation, stone ou zen?

Publié par Marie-Lore

images--1-.jpg

Je suis au pays du joint. L'Est de la France est la plaque tournante de la drogue entre la France, l'Allemagne, le Luxembourg et les Pays Bas plus haut... En relatant nos souvenirs de jeunesse avec mes amis lorrains et alsaciens, je me suis rappelé combien c'était simple, naturelle et courant de fumer un joint quand nous étions jeunes... Je crois qu'aujourd'hui cela n'a pas changé voir les ados fument plus jeunes que nous... Donc arrêterons plus tôt, espérons... 

Je ne fumais pas ado de drogues, ni même de cigarettes... Je rigolais tellement tout le temps, j’étais si ouverte à tout et un peu perchée à coté de mes camarades, que je trouvais cela totalement inutile pour moi. Les 2 fois ou j'ai tiré une « taf » entre mes 17 et 22 ans, ça m'a d’abord arraché la gorge puis je me suis endormie sur le sofa... Trop peu pour moi...

J'ai fumé plus tard avec un chéri qui en rentrant du boulot ne pouvait pas se décontracter sans un joint. J'ai craqué au bout de quelques mois... Devoir attendre tous les soirs l'heure du joint pour avoir un moment détendu me tuait... C'est entre autre ce qui a créé notre séparation. Il était tendu comme un string le reste du temps.
En écoutant les potes raconter leurs états de l'époque, je me rends compte maintenant que fumer amenait pour eux un état de détente et de lâcher-prise où leurs problèmes passaient à la trappe. Leur manque de confiance s'éstompait... C'était magique... Pour un temps...

Et j’ai pris conscience qu'un état de relaxation ou qu'un soin reiki m'apportait la même chose. Un moment agréable où rien n’est grave… C'est sans doute plus rapide la drogue quoi que… plus on en prend, plus on a besoin d'augmenter les doses pour avoir le même effet que la première fois… La relaxation, plus on en fait et plus on devient cool dans sa vie en général... Et plus on a envie d'en faire.

Alors oui la relaxation est une pratique de vie à essayer mais je vous garantis que le résultat est le même. Et plus encore puisque cet état on peut le retrouver n'importe où! Allez fumer un joint dans votre bureau quand votre boss vous fait la grosse tête! Alors qu'en respirant profondément 3 minutes et demie, on change d'état aussitôt et le stress s'en va...

Sans des dépendances artificielles, on ne sait pas seuls trouver des états de bien être qui nous font nous sentir bien et nous aide à déconnecter de nos problèmes quotidiens.


Je me demande même pourquoi on ne met pas la relaxation plus en avant aujourd'hui pour parer au stress aux anxiétés, aux angoisses et que les médecins prescrivent des médicaments chimiques qui ne font qu’endormir mais ne règlent rien... Comme les joints. Mais les anxiolytiques sont légalisés eux... La relaxation est une responsabilisation personnelle qui ne peut pas être pris en charge par l'état ni remboursée par la Sécurité Sociale, ni rapporter en taxe à l'Etat...

Vous êtes plutôt relaxation, méditation, joint ou drogues légalisés (anxiolytique, alcool) pour vous détendre?

Voir les commentaires

2012-12-24T19:30:00+01:00

Joyeux Noël à tous!

Publié par Marie-Lore

photo--35-.JPG

J'espère que vous avez fait votre lettre au père Noel!! Je l'ai vu tout à l'heure au guichet de la gare SNCF de Thionville (en Lorraine)... Même lui paye à l'Etat ses billets de transports en traineau... Il va bientôt partir pour sa grande tournée! J'ai trop rigolé!

je vous souhaite une excellente veillée de Noël! Et je suis sure que vous recevrez plein de cadeaux!!

Je fête Noël dans ma région natale dans ma maison de coeur! La vie est belle!

gif-noel-bhjscRsgde

Voir les commentaires

2012-12-24T16:52:00+01:00

Comment vous sentez vous après la fin de votre monde?

Publié par Marie-Lore

porte.jpg

La fin de monde éteint bien le 21. C'était la fin d'un monde pour chacun. J'ai posé la question autour de moi depuis et c'était flagrand à chaque fois... "Quel monde s'est achevé pour vous le 21 décembre 2012?"

Le 21 décembre, j'ai enterré mon grand-père. Je n'ai plus de parent référent. Plus de père ou de mère, ni grands-pères ou grands-mères paternels ou maternels existant à ce jour. 

Dans ce nouveau monde, depuis le 22,  je n'ai plus besoin de faire plaisir à l'un ou l'autre, d'attendre de la reconnaissance, de l'attention ou de l'amour. Je n'ai plus peur de leur regard sur moi ou de leur exigence à combler. Ils ne sont plus vivants. Je sens leur âme m'accompagner à présent et c'est très différent comme sensation.

Il me reste leurs traditions, leurs croyances et cela même, c'est mon choix maintenant de les conserver, de les perpétuer ou de les oublier.

Mon chéri et moi serons les l'adultes réfèrents si nous avons un enfant... Mon monde n'est plus le même aujourd'hui qu'hier. il est radicallement différent. Il n'a rien à voir.
Je ne me sens ni moins bien ni mieux, mais je me sens forte. Je sens complètement ma responsabilité face à moi-même. Les décisions que je vais prendre désormais, je vais les assumer pour moi et quand aux erreurs, je vais être mon seul juge. Pour m'aider dans mes projets, je vais aussi être mon premier coach! Mon Père Noël pour les cadeaux...

Je comprends pourquoi j'ai tiré l'ange de la force pour m'accompagner cet hiver jusqu'au printemps! La force est avec moi ;o)


Et vous comment vous sentez-vous dans ce nouveau monde?

photo--34-.JPG

Voir les commentaires

2012-12-21T00:00:00+01:00

Dépasser ses peurs

Publié par Marie-Lore

photo--33-.JPGOn peut être bourré de peurs. C’est courant.

On peut rester dans ses peurs. C’est fatiguant.

On peut vivre dans la peur. C’est castrateur.

On peut entretenir ses peurs. C’est rassurant.

On peut ne rien bouger dans sa vie parce que tout nous fait peur. Et puis un jour, lassé, on peut avoir envie de vivre dans la paix et non plus dans la peur perpétuelle …

Quand dans la balance l’envie est plus lourde que la peur, on saute le pas et on se frotte à l’expérience. Les expériences se présentent sans cesse dans nos vies, sous forme de rencontres, d’accidents, de difficultés, de maladies, de catastrophes, de propositions, de hasard, de cadeaux…

Oser tenter l'expérience, c'est accepter de regarder ses peurs en face, de s’y confronter et de les dépasser. Tant que l'envie d’être heureux n'est pas plus forte que la peur d’être malheureux, on n’ose pas vivre l’expérience que nous demande cette envie ou que nous offre la vie.

On reste dans nos peurs mentales. On ne règle rien. On n’avance pas vers la zénitude. On se maintient dans les peurs, les incertitudes, les colères et les doutes… On laisse la place au mental, à ce cerveau qui fait du surplace et qui s’empare des peurs collectives pour justifier ses non-choix. On tourne en rond, on rumine, on en veut à la terre entière, on est victime des autres, de la vie. « C’est la vie » comme dirait l’autre. « Non c’est ma vie » devrions nous dire. « C’est la vie que je choisi pour moi ». « Je choisis ce que j’ai envie d’être, de vivre, de supporter. Si je vis ce que je vis c’est que cela me convient. Si je suis malheureux, je change.»

C’est humain, l’homme n’est pas maso. L’être humain est un être intelligent fait pour vivre dans l’amour.

On ne peut pas subir toutes ses vies sans rien faire, sans rien changer. Je n’y crois pas. Il faut juste s’accorder un jour d’être en paix avec soi et s’autoriser à chercher ses envies parce que souvent, on n’en a pas. Les peurs remplissent alors tout l’espace puisque nous ne réalisons pas ces envies que nous ne voyons pas.

Cultivons un petit jardin où nous allons planter les graines de l’envie. Labourons déjà un petit bout de terre. La nature nous reconnecte à la vie. Mettons les mains dans la glaise et nous nous sentirons vivant. Vivons l’expérience de la matière pour sortir de nos peurs. Si nous avons plus envie d’aimer que d’avoir peur.

Il n’y a que deux chemins, l’amour ou la peur.

Où nous sommes nous rencontrés vous et moi ?

gif-noel-9v37qqMg3m

Voir les commentaires

2012-12-19T14:22:00+01:00

Accueillons la mort comme la vie

Publié par Marie-Lore

geniale.gif

Mon père est décédé le jour de mes 35 ans. Ma grand-mère maternelle l’a suivit de peu. J’ai perdu à 3 mois au printemps dernier le premier enfant que j’allais avoir à 42 ans. Ma mère a disparue il y a deux mois et demi et lundi après midi, mon grand-père maternel est mort. Je n'ai plus de racines familiales.

Tout le monde me plaint et me dit que cette année 2012 est terrible pour moi. Je suis triste. J’ai beaucoup pleuré hier en apprenant la nouvelle. Et pourtant au fond de moi je ressens à quel point tout est juste. Je n’ai pas à être consolée. Je sais à quel point chacune de ces personnes a décidé de partir. Je vois indubitablement que la mort ne nous choisit pas mais nous l’appelons.

Je suis triste de cette séparation, oui.

Je suis en deuil, oui.

Je suis joyeuse pour eux de leur choix, oui.

Je prends acte de notre pouvoir de décision sur notre départ. Je ne peux plus nier ce fait. J’ai entendu ma maman demander à partir vite. J’ai entendu mon grand père penser la même chose. J’ai vu mon père choisir de rester à l’article de la mort contre toute attente des médecins un an avant de de tirer sa révérence.

Je suis voyante et médium aussi. J’entends quelques jours après la mort de certaines personnes les messages à faire passer à la famille proche. Je reçois aussi la visite des futurs défunts quelques jours avant leur mort quand je suis concernée. Mon âme n’est jamais triste. Cela ne m’empêche pas de pleurer la perte d’un être chère. Je verse des larmes sur le manque que je vais ressentir, mais je sais au fond de mon cœur, que cette absence ne sera que de courte durée parce que nous nous retrouverons plus tard. Le lien d’amour tissé dans cette vie est solide pour l’éternité.

Chacun possède ses propres croyances : paradis, enfer, purgatoire, réincarnation, vie éternelle, résurrection… Qui a tord, qui a raison ? Qui peut prouver quoi que se soit ?

Si, une personne au moins. Jésus. Il est revenu. On sait au moins que la mort n’est pas toujours qu’un billet sans retour. Il l’a fait. C’est écrit dans toutes les langues dans le livre le plus vendu et lu au monde.

Je suis catholique et croyante. Je pense concevable le fait de renaitre dans un autre corps en gardant la même âme. C’est ma propre conviction que notre âme choisit le moment précis de son retour, la maman qui va nous donner la chance de renaître dans un corps, nous élever et nous transmettre exactement ce dont nous avons besoin pour faire notre propre chemin tout au long de notre vie.

Nous croyons souvent que nos parents avaient la charge et la responsabilité de nous éduquer et de nous élever à être des êtres parfaits et bien construits à nos 18 ans pétantes... Et qu’à notre majorité nous pourrions jouir de notre intelligence et de tout ce que nous aurions compris sur nous même à travers ce parcours éducatif pour le reste de notre vie. Y aurait-t-il une seule personne au monde ou  de votre connaissance qui pourrait se vanter d’être elle-même à ses 18 ans ?

Je crois que notre âme construit au fur et à mesure des expériences et des vies, ce qu’elle a envie d’être. Je crois intiment que nous sommes libres. Nous vivons nos nouvelles aventures à travers un corps, aidés d’un cerveau et d’une conscience. La petite voix et la voix de la raison nous guident vers ce que nous pensons faire de nous.

Chaque choix nous fait avancer et chaque non-choix aussi. Quand nous avons compris suffisamment de choses pour être plus heureux, nous décidons de bouger pour recommencer autrement, dans une autre vie, avec une autre famille, avec d’autres rencontres et expériences pour vivre autre chose et nous redéfinir encore. La mort fait partie de ces choix d’avancer vers un au-delà. Au-delàs de nos enfermements, de nos blocages, de nos croyances...

Nous serions victimes de la vie ? De la mort ? Je n’y crois pas.

Victimes consentantes, oui.

Nous choisissons de partir comme de venir. Nous décidons aussi de ceux qui vont nous accompagner à naître et à mourir.

Je suis consciente d’avoir été là pour mon père, mon enfant, ma mère, mon grand père et d’autres encore. Je les ai accompagnés avec tout mon amour, mon cœur, mon âme, mon corps, mon cerveau et ma conscience. Ce chemin était délicat mais magique. Triste mais profondément humain. La joie est collée au lien qui s’est tissé au fur et à mesure des rencontres, des échanges, de la confiance que nous avons partagés chacun de faire ce bout de chemin ensemble.

La mort m’a ouverte à la vie. J'ai vécu à deux de choisir d'être heureux ensemble juste ensemble sans rien attendre de soi ou de l'autre, sans compter, sans calculer, sans prévoir... Juste être ensemble pour vivre le moment présent intensément. J'ai compris qu'on se devait pour être heureux d'être nous-mêmes, avec nous-mêmes et avec les autres sans attente.  

j'ai vu avec eux que nous choisissons tout. Je choisis d'être moi-même comme je suis aujourd'hui avec mes qualités et mes défauts. Et vous ne pouvez pas savoir comme cela m'aide à accepter les autres tels qu'ils sont. Quel soulagement... Que d'enseignements précieux d'accompagner les mourants... 

De ce fait, je ne suis pas malheureuse, je suis touchée émotionnellement fortement, c'est vrai. Je sais que je porte en moi toutes ces personnes chères à mon coeur. Elles font partie de moi, de mon chemin et ne me quitteront pas.

La mort n'est pas éternelle, l'amour si.


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog