Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-08-08T21:34:00+02:00

Je fais ma vraie touriste à Paris...

Publié par Marie-Lore

Ma famille vient sur Paris cet été, alors je fais la touriste avec eux, c’est génial… J’habite à deux pas de Trocadéro et de la Tour Eiffel. Je suis parisienne depuis 19 ans et je ne me lasse pas cette merveilleuse ville. Je comprends pourquoi c’est la ville la plus visitée dans le monde. C’est étonnant, tous les endroits touristiques que je visite : les Invalides, Trocadéro, La tour Eiffel, Montmartre résonnent de voix étrangères et l’atmosphère est la même que lorsque j’ai visité la Tour de Pise ou La Piaza di Spania à Rome par exemple en touriste. Paris me semble une ville comme les autres et je ne retrouve pas le charme de Ma ville. au milieu de tous ces étrangers. La quiétude de mes ballades et le coté insolite des rencontres que j’y ai toujours faites me manquent presque. Je me ballade au milieu d’étrangers qui ne parlent pas ma langue ni ne cherche à communiquer avec les parisiens. Ils visitent des bâtiments de pierre qui ne se remplissent presque plus depuis des décennies que de passants étrangers et si peu de badauds parisiens. Ils ont perdu le charme de leur passé grandiose et ressemblent à des coques vides, jolis mais creuses.


On a l’impression vu de l’extérieur que les parisiens ne font que courir et bien pas du tout. Je crois au contraire, que nous profitons bien de notre ville. Nous avons une capacité à nous installer à la terrasse d’un café et d’y passer des heures à papoter ou mater les passants.  Je me demande si ce n’est pas tout simplement bien français cette capacité à prendre plaisir à s’arrêter boire un verre, dîner en amoureux ou entre filles dans un charmant restaurant.

Je constate plutôt que ce sont les touristes qui ne prennent pas le temps de flâner et de découvrir la ville. Ce sont eux qui se blindent leur semaine d’un programme de visites qui dépassent le planning d’un premier ministre pour tout voir  avant de repartir vers leur contrée lointaine. Ils ne vivent pas proches du cœur de la capitale, mais  regardent la ville sous un aspect assez superficielle. Je me suis demandé si nous ne faisions pas tous la même chose nous quand nous sommes des touristes ailleurs que chez nous?? Sommes-nous capable de parler de la cité lorsque nous la quittons ? De ce qui l’habitent et lui fait battre son cœur ?

Apprenons à vivre en respirant à fond les yeux grands ouverts, nous découvrons des merveilles insoupçonnées, ici et ailleurs.

Parole de voyante…


Voir les commentaires

commentaires

mato sapa 12/08/2009 09:45

bien sûr que c'est une belle ville, il y a tant de remarquables entités dont on tombe amoureux dans ta ville...tendresse

Prune 09/08/2009 10:07

Tout à fait d'accord ! Comme dirait Antoine de Maximy (que j'adore), ce qu'il y a d'important dans un voyage, ce n'est pas ce qu'on voit (curiosités architecturales, sites exceptionnels), ce sont les rencontres. D'ailleurs, j'ai auusi entendu quelqu'un dire (je crois que c'est Frédéric Lopez, qui présente rendez-vous en terre inconnue) que quand on revenait d'un voyage, on ne se rappelle pas forcément bien du nom des endroits où on est allé, des mois ou des années après, mais du nom des personnes qu'on y a rencontré ! Et c'est très vrai...

charlotte 09/08/2009 06:53

Je partage entièrement ton point de vue. Je suis comme Thalie: j'aime musarder, flaner, échanger plutot que visiter des lieux magnifiques, certes, mais exempt de vie, exempt de ce qui fait la vie de l'autochtone, ce qui fait le charme de l'endroit.Le tourisme actuel me fait penser à une boite à images que l'on remplit le plus possible, à ras bord: il faut rentabiliser le temps! Rêvons d'un tourisme marqué par les rencontres, les différences qui font toute la richesse du lieu, les émotions...Je t'embrasse

thalie 09/08/2009 00:58

C'est drôle, nous avions cette conversation hier avec les filles. Personnellement, pendant mes deux mois de voyage, j'ai vu 2 temples à Java, 2 à Bali et 3/4 musées en Australie. Et encore, des musées très spécifiques comme celui d'Uluru dans le pays Aborigène, celui de l'Immigration à Melbourne ou celui de la ville de Sydney. Ceux qui m'aidaient à mieux appréhender et comprendre la culture du pays. La plupart du temps je préférai largement flâner sur les marchés, prendre les transports en commun, m'arrêter dans les cafés, marcher des kilomètres le nez au vent. Hors des sentiers battus, c'est vraiment ce que je préfère. 100% d'accord!Bises

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog