Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2009-10-19T07:19:00+02:00

D comme DEPENDANCE

Publié par Marie-Lore

D   

On est tous dépendant de quelque chose. Cherchez bien... Chocolat ? Sexe ? Regard des autres ? Reconnaissance ? Argent ? Pouvoir ? Drogue ? Alcool ? Amour ?Sport à haut niveau…

Un bébé élevé sans amour meurt. Il né naturellement avec un grand besoin d'amour, il est dépendant de l'amour que va lui donner ses parents, il réclame, crie et pleure son besoin d'amour.

La responsabilité des éducateurs ou des parents est d’apprendre très tôt au jeune enfant à développer des hobbies, activités sportives ou créatives qui le nourriront et lui permettront de devenir autonome dans le développement de son amour propre.

C’est malheureusement rarement le cas.

Alors très vite, dès notre plus jeune âge, on apprend à nos dépends notre dépendance à cet amour qui se trouve à l'extérieur de nous et qu'on réclame pour contenter ce corps qui  demande…           

La dépendance apporte un plaisir venant de l'extérieur qui ne satisfait pas réellement un besoin intérieur.

Elle ressemble à un caprice de l'instant devant lequel il nous manque la volonté de résister. On se rend compte consciemment de notre dépendance quand on n’arrive plus à trouver cette compensation extérieure satisfaisante ni suffisante à combler ce manque, ce besoin d'amour.

Quand on comprend que l'objet de notre dépendance ne peut pas réellement combler notre manque d'amour, on a envie de s'en détacher, mais on ressent très vite une sensation de manque. C'est même physique, et très vite, on craque. Alors on replonge dans le même scénario ou parfois même, on trouve un substitue qui ne règle rien et repousse l'étape du manque à dépasser à un jour prochain. C'est tellement humain ce besoin de revivre la même expérience jusqu'à en vomir et à en être malade, jusqu'à ne plus pouvoir recommencer physiquement. Le corps s'exprime et refuse.

S’observer faire ce « caprice » est une première étape intéressante.

Pour réussir à passer le cap, il est nécessaire de compenser le manque par un bien-être qu'on s'apporte soi-même et prioritairement à son corps. C'est la seule chose à faire.

Développer son bien-être, apprendre à se détendre, se faire plaisir. Quand on a été habitué depuis longtemps à chercher à l'extérieur de soi le bien-être, quelques mois d’apprentissage semblent nécessaires pour accepter de répondre soi-même à ce besoin d'attention, de présence, de bien-être, de plaisir. La grande difficulté est de passer le cap du manque qui physiquement est insupportable.

C'est pour cette raison que se chouchouter sainement est indispensable, sans tomber dans le piège d'une autre dépendance extérieure, comme celle de trouver l'excellent masseur du 15ème qui nous pétrit comme un Dieu, et dont on ne pourrait plus se passer.

Alors prêt à abandonner vos dépendances, à lâcher ces caprices, à bâtir votre amour propre?

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

carmina 19/10/2009 11:09



Marie lore,


qui est donc l'exellent masseur du 15 éme ?



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog