Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-06-29T14:28:00+02:00

Découvrir les cercles relationnels pour grandir

Publié par Marie-Lore

En ce moment je constate que beaucoup de personnes ont envie de s’écarter de leur famille, amis, conjoint ou patron, voyant leur impuissance à trouver un terrain d'entente pour échanger dans un climat de respect, d’écoute et d’ouverture. Ils supportent de moins en moins le jugement sur eux. Beaucoup craignent de s'éloigner trop longtemps et de perdre des proches. Alors éloignement définitif?

Je remarque l’impact de la prise de distance quand le lien affectif est trop fort. Quand on est lié intiment avec des êtres proches, on ne peut s'empêcher d'avoir des attentes sur eux et inversement. Nous avons grandi avec des manques qu’on ne sait pas formuler ou qu’on n’ose pas exprimer. On ne vit plus une relation spontanée, on est secrètement consciemment ou inconsciemment dans l’attente d’un comportement particulier de l’être chèr, d’un besoin de réparation, d’amour ou de reconnaissance...  On croit que cette personne chère à nos yeux, sensée bien nous connaître, comprendra un jour et agira en conséquence. La distance nous recentre sur notre énergie et nous coupe de ces attentes. Nous nous retrouvons avec nos propres valeurs et quittons le besoin de l’enfant (nous petit) et ces comportements infantiles que nous répétons sans nous en rendre compte et qui nous déstabilisent. Nous voyons notre vie à travers nos yeux et plus à travers nos croyances, nos attentes ou l’influence de la société. Nous saisissons un jour avec cette distance, que l’autre ne nous réparera pas. En tant qu’adulte, c’est à nous de nous construire maintenant. Ce qu’on ne nous a pas donné, nous devons le bâtir nous-mêmes. A nous de trouver où aller chercher les transmissions et les connections qui nous manquent.

En prenant du temps pour soi, on peut se retourner sur notre passé en toute sérénité. Le temps qui passe nous fait vivre des expériences, on peut observer qu’on revit le même genre de situations avec les nouvelles rencontres, conjoint, enfants, amis, collègues de bureau, voisins, thérapeutes. On colle les même attentes, les mêmes reproches, les mêmes dépendances sur nos connaissances, qu’on pouvait avoir déjà enfant. On se retrouve adulte, dans la culpabilité, dans la peur des disputes ou dans l’insatisfaction face aux autres, on revit le même scénario à répétition.

Tristan Balguerie décrit très bien cela dans ces textes sur les cercles relationnels que je vous conseille de lire dans son site "coaching-autrement.com ":

Les 7 cercles relationnels

L’éloignement

Le retour vers soi

La transgression relationnelle

Les relations multiples

Dans les entretiens que j’ai en coaching, vous comprenez un moment que pour régler vos problèmes relationnels, vous avez impérativement besoin de faire un retour sur vous pour vous retrouver et arrêter d’être bousculé et déstabilisé par les gens que vous aimez.

Tous racontent qu’ils ont ressenti la nécessité de s’éloigner le plus possible du cercle intime des parents, conjoint, amis. Chacun décide un jour de demander de l’aide à un médecin, thérapeute ou coach pour démêler cette sensation de ne pas être à sa place au milieu des autres. Personne n’a envie de demeurer longtemps dans un mal-être désagréable qui fait soudainement son apparition.

Avec le recul et beaucoup de moment de pause avec soi, on repère enfin ses attentes, ses colères, les injustices, les trahisons, le manque d’amour auxquels on a été confronté petit. Avec ce retour sur soi, la colère peut enfin sortir et s’évaporer, elle ne reste plus cloitrée à l’intérieur, retenue dans notre corps, planquée au chaud à nous bruler le cœur à petit feu. Cette colère et ses attentes que nous avons toujours en nous, tant qu’on ne les identifie pas, on répète à l’infini les mêmes schémas et on ne peut pas pardonner ni au passé ni au présent. C’est nous qui souffrons avant tout et on ne voit même plus ces états négatifs enfermés à l'intérieur de notre corps. Ils ne s'évacuent pas. Pourtant, un jour, un comportement anodin d'un étranger peut nous faire sortir de nos gonts...

C’est souvent avec le recul et un vrai travail sur le corps que les émotions osent enfin réapparaitre et le mal-être se faire sentir. C'est d'abord désagréable, c'est vrai... C’est quand on est prêt à nettoyer qu’on revit des étapes douloureuses. On ne veut plus vivre les mêmes états émotionnels de notre enfance qui remontent à la surface. On ne veut plus être confronté au même comportement, cela nous fait souffrir. La différence maintenant c’est que nous ne sommes plus des enfants. Nous avons grandi, nous pouvons choisir de vivre ces évènements différemment. Nous avons le choix des moyens et des outils à utiliser que nous n’avions pas enfant. On prend conscience que les réparations que nous attendions petit de nos parents n’arriveront peut-être jamais et que c’est à nous maintenant de nous réparer. L'accompagnant est la pour nous faire entrer dans notre état d'adulte et choisir de nous réparer nous même avec les moyens que nous avons à nos cotés aujourd’hui et de ne plus attendre cette réparation de l'extérieur. C'est grandir que d'accepter de changer de comportement de ne pas reporter dans le présent sur les nouvelles situations, nos colères emmagasinées depuis l’enfance et de se sentir dans une injustice permanente.

Un accompagnant qui aura le bon feeling, pourra vous accompagner à trouver de nouveaux scénari à expérimenter sans peur.

Alors même si nous fuyons adulte le cercle intime des parent et de la famille, ne nous leurrons pas la vie mettra devant nous le même genre de situations. Nous pourrons les régler avec plus de distance affective, avec moins d’affect, moins d’attente sur l’autre que nous le ferions spontanément avec nos parents. C’est donc plus facile avec les inconnus ou les collègues de bureau. Ne fuyons pas pendant des années nos familles, prenons juste le recul suffisant pour nous retrouver avec nous et apprendre à nous connaitre, à définir qui nous avons envie d’être.


L'erreur à ne pas faire est de projeter sur nos rencontres, nos accompagnants nos attentes de réparation. Si nous les mettons sur un pied d’estale, amis, thérapeute, conjoint vont détenir à nos yeux le pouvoir de nous réparer ! Erreur fatale. La seule conséquence est que vous allez juste avoir l'impression de revivre les mêmes colères, injustices et trahisons avec eux.

Quand on se voit projeter tout ça et qu’on prend du recul, on fonctionne peu à peu différemment. C’est long, oui c’est vrai parce que le cerveau est formaté à fonctionner toujours de la même façon. Il a besoin d’être déprogrammé. C’est face aux mêmes étapes à répétitions quand on se voir faire, qu’on peut dans l’instant présent, changer son regard et ses actions sur la situation. Pour moi est là l’essentiel du travail sur soi. La compréhension n’est pas le changement…

Peu à peu on se voit régler nos problèmes avec les collègues, amis, enfants puis avec les parents... On a un regard différent, on n'est plus affecté par leur comportement, on sait ce qu'on est, ce qu'on pense, on est bien centré sur notre énergie, nos envies et nos valeurs. Ce que les autres en pensent ne nous déstabilise plus. On se connaît en tant qu’être unique, on a plus besoin du regard de l'autre pour avancer ou se reconnaitre. On sait qui on est. Et là notre relation à l'autre est fluide, sincère et harmonieuse! On est heureux au milieu des autres et trouver sa place est un jeu d'enfant!

cercles-relationnels1.gif

Voir les commentaires

commentaires

kinou 01/07/2012 10:41


merci :) en plus j'ai écris "mare" marre, mais bon c'est vrai j'en ai tellement marre ! faut pas être psychanalyste pour comprendre le beau lapsus !

Thalie 30/06/2012 11:25


J'ai eu effectivement besoin de prendre du recul et j'ai mis de la distance avec de nombreuses personnes, y compris et surtout dans ma famille. C'était vital pour que je grandisse, que je prenne
ma vraie place, que je devienne moi.Je l'ai pas toujours bien fait, parfois c'était le clash, mais à l'époque je ne savais pas faire autrement.


Depuis quelques temps je me vois recontacter des personnes avec plaisir, et je me dis que peut être bientôt, je me sentirai la force de retourner voir une partie de ma famille. Mais j'ai encore
un peu de boulot pour me sentir bien stable sur mes nouvelles bases, avant de faire la démarche.


J'ai toujours eu la chance de rencontrer des personnes pour m'accompagner à grandir. Pas des accompagnants qui me maintenaient dans mes états; mais au contraire des personnes qui m'acceptaient
telle que j'étais tout en m'amenant à comprendre mes fonctionnements et à me remettre en question pas à pas.


Tout cela fait qu'aujourd'hui je ne fonctionne plus pareil. Du coup, je suis de plus en plus sereine dans ma relation aux autres : plus dans l'acceptation de l'autre, qui il est / plus affirmée
dans qui je suis, ce que je veux faire. "Simplement", en ayant de moins en moins envie et besoin de lutter


Et ça change la vie ((-;


 

Marie-Lore 30/06/2012 16:38

Avancer sans lutter, c'est plus fluide... Il y a moins de résistance... Oui :0))

kinou 30/06/2012 10:59


Merci pour ce beau roman (!), ça me parle tellement... Je vais aller lire l'article sur le blog de ton homme mais pas de duite car la dernière fois que j'y suis allée j'ai trouvé l'article sur le
nettoyage de printemps et j'ai lavé chez moi 3 jours et mis un quart des choses à la décheterie et à Emmaus ! c'était violent ! alors là j'ai peur que ça me parle encore
beaucoup :) 


Pour ma part en moment, même si je me sentais épanouie dans ma vie, je passe un cap, un cap qui arrive d'un coup comme une suite logique à ces derniers mois, et je décide de changer de job (et
d'autres choses ) donc c'est le gros gros pavé dans la marre... Mais j'y crois à fond et ça va se jouer mardi !


Merci pour tous ces articles qui sont des graines semées, c'est magique le web !


 

Marie-Lore 30/06/2012 16:40

Wouaihhhhhhhhhhh vive les changements! On croise les doigts pour mardi alors! Haut les cœurs! Gros bisous d'encouragement et bonnes lectures chez Tristan ! ;0)

Béatrice 29/06/2012 21:15


Que je suis heureuse que la Vie t'ait mise sur ma route...Je me souviens de cette fille avec des yeux apeurés qui était épuisée à se battre contre tout et tout le monde...Un vrai Don Quichotte
qui, de plus, refusait d'entendre ce qui correspondait à la réalité du moment!!! Tout et tout le monde ne comprenait pas ce qu'elle voulait, ce qu'elle était...Aujourd'hui, je comprends que j'ai
passé du temps à être comme les autres voulaient que je sois...Et grâce au travail que j'ai mis en place avec toi depuis tout ce temps ( je dois parler d'années...), je sais que ce n'était pas le
bonne route. Bien sur, il y a eu des tentatives de retour en arrière, des retours vers la zone de confort lorsque la souffrance et les interrogations trop pesantes mais j'ai tenu bon...Tu n'as
pas arrêté de me dire de tenir bon et il faut préciser que cette insistance a eu raison de mes craintes...Tout cela m'a permis et me permet de me diriger vers un chemin qui n'est pas forcément
celui qui correspond au schéma attendu mais je SAIS que ce chemin est le bon...grâce à toi....


Mille merçis et encore Merçi de m'avoir acceptée pour ce parcours de vie..MA vie

Marie-Lore 30/06/2012 16:44

Qui suis je? dans quel état j'erre....? Cette phrase m'a toujours fait rire... Qu'ai je envie moi? Qu'est ce qui me fait plaisir? Me remplie de bonheur? Et qui ne dépend que de moi et me nourrie moi?? Voilà de bonnes questions!!! Gros bisous! Et vive juillet pour entreprendre pour soi!!

Francoise 29/06/2012 20:17


Et bien moi aussi, je suis a fond la dedans, beaucoup de remise en question depuis déjà 2009, qui m'ont vraiment mises très mal... Tout cela évolue, je suis plus au clair, je sais qu'ils ne
changeront pas, poser un cadre à la relation est difficile... , chantage affectif, jugements, ... Pour l'instant je m'applique coute que coute à les tenir éloignés, le temps de me reconstruire,
et qu'est-ce que je me sens mieux...!!


J'ai lu il y a quelque temps un article qui a vraiment résonné chez moi :


http://www.urantia-gaia.info/2012/04/05/le-lacher-prise-de-votre-famille-natale/


je le relis parfois quand j'ai besoin de me raffermir et sortir de la culpabilité.

Marie-Lore 30/06/2012 16:41

S'éloigner de sa famille et renoncer à nos besoins et attentes d'enfant... Bon week-end!! À bientôt j'espère ;0)

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog