Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2012-01-14T08:50:00+01:00

M comme Maître

Publié par Marie-Lore

des-news....gifUn maître ne vit pas une « vie normale ». Depuis tout petit, il est confronté à des histoires ou des personnes assez difficiles et complexes. Il  vit des tranches de vies incroyables et plutôt mémorables. Il raconte ces passages de vies comme des anecdotes sympathiques ou amusantes au coin du feu ou dans une soirée arrosée, sans se prendre au sérieux ou s’en vanter. Il partage ses aventures humaines sans s’imaginer qu’elles sont de vraies transmissions basées sur des expériences réelles et bien concrètes.

S’il prend consciemment cette décision de guidance, cette responsabilité ne le laissera plus jamais dans l’espoir d’une vie simple et tranquille. Elle le conduira à vivre, les yeux grands ouverts, des évènements extraordinairement beaux et hors du commun et d’autres particulièrement durs et humainement amers. Un maître a une bonne dose de tolérance et d’ouverture en lui. Il n’est pas rancunier. Sa compréhension et son hypersensibilité l’amènent à comprendre l’inconscience des autres,  à accepter et  pardonner les erreurs et le manque de tact de ses compagnons de route. Il devient lui-même de plus en plus diplomate, indulgent, patient, tolérant.

Un maître ne se rend pas compte tout de suite qu’il est maître. Parfois il ne met même pas de mots dessus. Il ne décide pas de guider comme on choisit de devenir avocat ou chanteur. La vie le conduit vers une maturité qui s’inscrit inconsciemment en lui. Il suit le chemin que lui proposent les expériences traversées au cours de sa vie et accumule naturellement des compréhensions et des dépassements qui, pour la majorité des humains, sembleraient des montagnes à déplacer. Lui, on dirait qu’il a appris à jongler avec la vie dès son plus jeune âge et que rien ne lui est impossible. Il semble même habitué à ce que tout soit compliqué et ne s’en étonne pas. C’est son quotidien. S’il ne s’impose pas des moments de pause, la vie file entre ses doigts et il peut avoir l’impression de vivre 24 mois en une saison. Un maître a souvent besoin de se couper du monde pour respirer et reprendre son souffle. Il apprend aussi à soigner ses plaies pour ne pas saigner trop longtemps et se vider de son essence. Son instinct de survie est en éveil.

Un maître apprend la maîtrise de lui-même chaque jour. Il a rencontré maints et maints maîtres à chaque carrefour de son existence et remercie la vie de ces lanternes allumées quand il chemine dans la nuit.

Pour rester à flot, il s’éduque à trouver des solutions quoi qu’il arrive et s’en sort toujours. Il apprend aussi à ses dépens que la panique le dessert toujours. Peu à peu, il finit par rester centré sur lui et prend du temps pour se remettre en question et digérer les évènements qu’il traverse, pour les intégrer dans son corps. Le calme et la remise en question deviennent pour lui les meilleurs réflexes et attitudes à adopter en toutes circonstances, son ressenti et ses envies profondes sont ses meilleurs alliés.

Quand un maître se met au service de l’Univers, il devient alors son propre référent. Il comprend qu’il vit un training géant depuis son plus jeune âge pour se former à la vie. Il développe l’écoute de lui-même et des autres.  Son intuition grandit chaque jour et le temps lui donne raison de s’écouter et de se faire confiance, car il est de plus en plus heureux. Il finit par avoir naturellement une écoute du monde très aiguisée et saisit la logique de chaque moment et l’articulation des énergies dans l’univers qui l’entoure. Et comme tout tombe sous le sens, plus rien n’est grave. Il prend sa place un peu plus chaque jour au milieu des autres et repère vite la place juste de chacun, en sentant dans ses tripes ce que l’autre vit puisqu’il l’a déjà expérimenté au moins une fois dans sa vie. Il sait que chacun de ses pas produit un echo sur son entourage et il en assume pleinement la responsabilité.

Il voit la nécessité du temps qui passe. Il n’est ni pressé, ni en retard. Il vit le moment présent comme si rien d’autre n’existait.

Un maître n’a plus peur de la mort. Il sait que cela fait partie du cycle naturel de la vie. Chaque être humain, naît, vit et meurt un jour. Il a compris que la vie était un mouvement naturel et qu’entrer dans la ronde du temps était la meilleure chose à faire pour vivre pleinement heureux et grandir. Un maître sait que les difficultés sont là pour nous aider à mûrir, en les dépassant,  et qu’ainsi,  nous aurons une occasion de découvrir notre potentiel et notre puissance. Il a conscience aussi que résister à ces courants naturels, c’est refuser le mouvement de la vie qui tend à nous entraîner vers le haut. Lutter nous laisse plafonner un long moment. Il sait aussi que stagner ou régresser fait partie de la vie et que ce n’est pas grave.

Un maître n’est pas un sauveur, c’est un accompagnant de la vie. Il marche dans ses pas et fait un bout de route à nos côtés au hasard d’une rencontre. Il n’attend rien et se balade en notre compagnie tant que nous prenons plaisir à faire ce chemin ensemble. Il aime la marche, parce que se promener, c’est découvrir de nouveaux horizons, c’est rencontrer de nouveaux marcheurs et c’est partager des moments de convivialité.

Être un maître, c’est aimer la vie tout simplement. 

Voir les commentaires

commentaires

Tristan 21/01/2012 11:50


J'adore ton texte sur le Maître. En le lisant il m'est revenu un épisode de ma vie. Il y a quelques années, je m'intérogeais profondément sur la dureté de mon existence. Je ne comprenais pas
comment j'avais pu accumuler autant de difficultés qui me semblaient s'enchainer sans répis. 


A cette époque je faisais beaucoup d'écriture automatique. J'écrivais une question sur un cahier et je laissais veinir la réponse spontannée qui arrivait. je noiricissais des pages et des pages
et j'étais épuisé après. je relisais ce que j'avais écris le lendemain dans le métro ou le RER et j'étais souvent scotché par la clarté des réponses. Il me fallait pour faire cela être calme posé
et détendu. Si j'étais fatigué ou stressé, cela ne marchait pas. 


Un jour j'ai demandé pourquoi ma vie était aussi complexe. La réponse qui est venue était amusante et rejoint ton texte. Elle disait, dans mon souvenir, que la vie d'un être humain est comme une
partie d'échec en cours. Nous coryons que nos vies commencent et se teminent entre la naissance et la mort, mais en fait, une vie n'est qu'un petit coup sur une partie entière qui a commencé bien
avant et se finira peut-être bien plus tard. Or dans une partie d'échec, tout est simple au départ. L'échiquier est posé, les pièces alignées ne se contrairent pas. La partie du débutant commence
par des coups simples. Ce n'est que quand la partie est bien avancée que les tensions se multiplient, que les difficultés s'accumulent et que l'on doit jouer un coup qui va demander une plus
grande maîtrise du jeu. Ainsi disait mon texte, celui qui choisit une vie dans laquelle il veut développer une maitrise de lui-même, choisira de prendre une partie avec échiquier complexe, il ne
se mettra pas devant un échiquier vierge pour décider du premier coup. Il choisira des condition de vie qui ressemble à une fin de partie où l'échiquier est complexes, et où la maitrise de soi
est requise pour trouver le bon coup. Alorsoui, je pense que tu as raison. Choisir une vie dans laquelle on veut apprendre la maîtrise d'un sujet, d'une chose, de soi, demande souvent de choisir
une vie qui en apparence est pleine de difficultés.


Si on voyait notre vie comme un jeu, un grand échiquier, avec ce recul, je pense qu'on se dirait juste qu'on a posé un beau problème à résoudre et on prendrait plus le temps d'étudier le terrain
et on serait moins pressé et stressé d'arriver je ne sais où. Peut-être jouer un beau coup suffit à toute une vie ;-)


 


 

Hadda Djeribi-Benkobi 17/01/2012 13:35


Françoise ton commentaire est très intéressant, il ouvre la discussion et j'avais bien saisi le sens de tes propos sur le mot Maître, d'ailleurs je trouve que celà fait écho au commentaire que
j'ai mis sur le texte du jour http://feeminine.over-blog.com/article-les-cordonniers-les-mieux-chausses-de-la-planete-97288028-comments.html

Thalie 16/01/2012 15:26


Merci pour ce super texte très éclairant.


Il "réhabilité" le terme de Maître, si souvent utilisé à mauvais escient. D'ailleurs, c'est drôle car j'ai remarqué que depuis quelques temps, je n'arrive plus à dire Maître à un notaire par
exemple (j'en ai croisé un à plusieurs reprises ces derniers mois!). Quand j'ai réalisé cela, je me suis dit "ben bravo, quel manque de respect". Et puis là j'ai réalisé. Manque de respect de
quoi? Au nom de quoi je les appèlerait Maître? Il sont Maîtres de quoi? De rien. Ils ne doivent ce "titre" qu'à leur études. Mais au final, ce sont des Madames et des Monsieurs comme tout le
monde. Grâce à ton texte, je comprends mieux ce qui me chiffonnait là dedans : certaines professions juridiques ce sont arrogés l'utilisation de ce terme qui traduit pour moi une envie d'affirmer
sa supériorité par rapport aux autres.


Or, être maître, c'est tout autre chose. Ca ne s'apprend pas dans les livres et ça n'est pas avoir un pouvoir ou se considérer supérieur aux autres. C'est tout le contraire...


Comme Anne, ce texte m'a aussi beaucoup émue. Il a comme ouvert des portes, par rapport à des choses vécues enfant, dont il est temps que je prenne conscience et que j'accepte...Pour me
comprendre et m'accepter un peu plus peut être.


Merci, bises


 

marlene 16/01/2012 14:10


je trouve vos commentaires francoise pas dutout polemique mais juste un ehcange, un partage! c est interessant commetn un mot peut resonner et les couleurs que chacun veut bien y donner. je suis
meme convaincue que votre partage peut aider certains a se positionner, merci

Francoise 16/01/2012 12:54


Je tenais à préciser que mon commentaire précédent concernait uniquement ma réaction au terme de Maître, tel qu’il est souvent utilisé dans le monde du développement personnel,
qui voit apparaitre des personnages se présentant comme des guides mais ayant encore un travail certain à faire sur leur égo alors qu’un charisme naturel, beaucoup de certitudes et peu de remises
en question peuvent les rendre dangereux pour des personnes fragilisées par la vie et en quête de réponses et de soulagement.


Il me gène dans le sens d’être ou de se présenter comme un Maître pour les autres et non bien-sûr de devenir son propre Maître et le Maître de sa vie. Ce dont parle ce texte, que j’ai relu et
relirai et qui ne valait peut-être pas que je lance ma polémique sur un mot (sorry…).


Marie-Lore, j’ai bien compris que tu y m’étais une partie de ton expérience, mais mon commentaire ne concernait pas cela. Oh que non alors!!!


Je suis plus que convaincue qu’en tant qu’ accompagnante, conseillère, tes lumières sont précieuses à ceux qui décident d’entreprendre le chemin vers leur épanouissement.


De ce que je connais de toi et que j‘apprécie, tes conseils et ta guidance vont toujours dans le sens de devenir le créateur de sa vie, de l’émancipation, du libre-arbitre et de la joie de vivre.
Alors j’en profite pour t’en rendre hommage et t’en remercier du fond du cœur.

Marie-Lore 17/01/2012 10:35



Coucou Françoise!!!


Moi j'aime quand tu viens commenter! Merci de tes écrits, ils sont riches et sincères. 


En fait les textes que j'écris M comme... I comme... ce sont des textes inspirés que je reçois en consultation à plusieurs reprises, au réveil ou dans la
nuit. Si je ne les écrits pas tout de suite et même si j'en comprends le sens profond, je suis incapable à froid de réécrire ces textes et leur sens qui m'est donné!


Celui ci a été écrit dans le premier cahier d'amour de Madame Bon plan qu'elle m'a offert en 2009. Je suis retombée dessus par hasards il y a quelques
mois et il était en relecture... Il fait partis des 80 mots qui vont paraitre sous forme de livre bientôt :o)


Très bon début d'année!


Je t'embrasse!


Marie-Lore



Béatrice 16/01/2012 08:43


Ce texte résonne très fortement en moi....Parce que je comprends que j'ai rencontré quelqu'un qui le vaut bien..et cela dans tous les sens du terme!!! Sinon, il est vrai que le terme Maitre peut
rebuter..Pour ce qui me concerne, ce n'est pas le mot Maitre qui m'est venu lorsque j'ai lu le texte, c'est MENTOR... Je crois au plus profond de moi Marie Lore que tu es mon Mentor...Mentor 1er
et j'ai d'autres personnes autour de moi que je considère comme des mentor-assistants...Et c'est vraiment bien parce que je suis entourée comme jamais auparavant...!!! Merçi de nous montrer que
tu as accepté ce rôle, à nous de nous en montrer digne.

Marie-Lore 17/01/2012 10:36



Oh lala, je dois avoir les oreilles toutes rouges! 


Gros bisous à toi!


 



marlene 16/01/2012 08:20


je suis d accord avec hadda et francoise! moi aussi francoise j ai de la misere avec le mot maitre (meme si le mot maitre n est la que pour donner une definition par rapport a un autre, l
important c est l essence de ce qui est dit et comment cela vient nous toucher)...et je prefere de loin etre comme le dit hadda, d abord etre maitre de moi-meme ou apprendre a maitriser et non
controler. l un dans l autre, je salue ton parcours marie-lore puisque le portrait que tu dresses ici est d abord et avant tout le tien, right? qui resonne avec chacun de nous. je me reconnais
dans tout ce que tu decris, merci!

Hadda 14/01/2012 21:21


Je suis revenue lire les commentaires comme je le fais souvent pour tes articles, le commentaire de Françoise me donne envie d'apporter ce que j'ai compris de ce mot Maître (merci d'ailleurs à
Françoise)


C'est une compréhension que j'ai eu après une discussion qui mettaient en avant la distinction entre pouvoir et puissance.


Pour moi être un Maître, c'est avant tout être Maître de soi même, choisir son chemin, grandir avec expériences de la vie, décider de cultiver la joie, être créateur de sa vie, élever sa
PUISSANCE et non pas exercer un quelconque pouvoir.


Ce que je livre ici, c'est mon expérience, ma compréhension, mon vécu ...le texte de Marie-Lore apporte une fraîcheur et une profondeur à ce mot qui peut être tabou pour certains, pompeux,
prétentieux pour un certains nombres.


 

Francoise 14/01/2012 16:31


whaou, superbe texte et très dense! Je comprends ou crois saisir les idées que tu développes et trouve cela intéressant et riche. MAAAIIIsss, je ne peux m'empecher de résister au terme de Maître,
il me gène beaucoup. Déjà pour un avocat, j'ai des réticences pour utiliser ce terme, alors pour un Maître de Vie, ouh, la, la!!! Et devant quelqu'un qui se définirait comme un Maître, aie,
aie, aie!!!


Décidement c'est ce terme qui chez moi résonne mal...


Plein de bises de Normandie!

Florence 14/01/2012 14:22


Je vais le relire souvent ce texte là. Merci pour ces mots puissants qui sont un vrai "garde-fou".

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog