Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #beau et bio- belle et zen catégorie

2016-10-13T10:11:33+02:00

E comme Emotions Mode d'emploi

Publié par Marie-Lore
E comme Emotions Mode d'emploi

Sans nos émotions nous sommes influençables

Sans nos émotions, nous ne sommes rien. Nous sommes des machines sans cœur, capable du pire. Nous pouvons nous laisser manipuler sans broncher pendant des années voir toute notre vie. Nous sommes des robots humains qui exécutons des ordres, qui suivons les conseils des autres (amis, politique, médias, thérapeutes, patrons...) sans nous en rendre compte, sans savoir véritablement si ces démarches nous sont bénéfiques personnellement. Parfois même nous suivons la masse parce que c'est la mode, parce que nous avons peur de paraître idiot, différents, bien sûr sans nous demander si cela nous correspond.

Les émotions ont du sens

Nous confondons les émotions qui se manifestent dans le corps sur le coup et les sentiments qui se naissent dans la tête et durent des jours et des jours.

Nous sommes coupés de nos émotions et nous ne connaissons que les sentiments que nous avons créés virtuellement dans notre tête après des désagréments, une insatisfaction, un mécontentement, un bouleversement, une déstabilisation, ou un mal-être qui perdure… Les émotions nous mettent en alerte sur ce qui se passe dans l'invisible et qui n'est pas encore manifesté.

Les émotions et les sens sont nos meilleures alertes naturelles pour vivre en sécurité et en conscience dans ce monde qui devient de plus en plus virtuel. Bientôt nous ne serons plus distinguer la vérité, du mensonge. La télé réalité est devenue notre réalité, les séries policières, notre actualité. On ne sait plus faire la part des choses entre le vrai et le faux, entre la réalité et la fiction, entre nos envies et nos besoins.

Je finis un séjour extraordinaire à Bali avec une dizaine de participants qui ont adoré le séjour et mon accompagnement et je suis harcelée de critiques et de menaces de la part d'une participantes en colère de l'année passé. Où est la vérité? Que c'est-il donc passé l'année dernière et cette année? J'ai un client qui soupçonne sa femme de le tromper, il le sent, mais elle réfute cette accusation. Il en a eu la chair de poule et des sueurs glaciales. Alors qui croire? Comment faire pour connaître la vérité? Qui a raison, qui a tord?

Comment déceler la vérité lorsque quelqu'un s'adresse à nous? Nous sommes tous coincés derrière nos fonctionnements protecteurs mis en place dans l'enfance, ce que certains appellent les masques de l'ego ou l'ego tout simplement. Ils sont difficiles à déceler chez nous puisqu'ils ont été mis en place depuis notre plus tendre enfance. Nous croyons même que c'est notre personnalité qui s’exprime, cette partie de nous qui est insatisfaite de tout, celle qui pense ne pas être aimé, cette capacité à monter sur nos grand cheveux ou cette partie qui se vexe, ou qui boude des heures entières juste parce qu'on nous a fait une critique...comment savoir ce qui est juste pour nous et qui s'exprime en nous, est-ce l'ego? Notre âme? Notre être tout entier?

Avec ou sans ego?

Avant de démanteler cet ego, le travail de toute notre vie, nous devons déjà reconnaître que nous n'écoutons plus notre ressenti, nous n'avons plus ou que rarement des émotions, nous ne vivons même plus de décharge émotionnelle...

Qui a pleuré récemment, eu la chair de poule, des frissons qui lui ont parcouru l'échine?

Où se cache la vérité ? Il n'y a qu'une manière de le savoir... C'est d'écouter son cœur. Le problème est que lorsque nous sommes coupé de nos émotions, nous sommes sans arrêt dans notre tête à ruminer, tergiverser, réfléchir, hésiter, ré réfléchir, ré-hésiter.... Nous ne nous sentons jamais heureux plus de deux minutes. Nous sommes victimes du système, des autres, de la vie. Nous ne faisons plus la part des choses entre notre responsabilité et celle des autres. Nous ne voyons plus où est notre place. Nous n'arrivons plus à changer nos modes de fonctionnements. Nous sommes terrassés par la peur, le doute, l'incertitude, l'inconnu. Alors ressentir les choses dans son cœur relève du miracle! L'avenir nous inquiète, la rue nous fait peur... Comment faire pour ne plus être dans la peur? Ou la colère? Ou pour sortir de cette tristesse sans fin?

On nous parle de plus en plus des émotions, il y a même un dessin animée qui traitait de ce sujet, réalisé par une bande de psy.... Et pourtant il n’était question que de sentiments qui naissent dans la tête et pas dans le corps ou le cœur.. Comment être assez fou pour raconter à des enfants que le dégoût est une émotion, comme si cela était naturel ? Et l’amour alors, n’est ce pas une émotion au même titre que le dégoût alors? Quel étrange choix ont-ils fait...

Vous re-brancher à vos émotions, au cœur de mon travail J'ai 46 ans et je travaille beaucoup avec mon intuition. Celle ci ne vient que de moi, je ne m'appuie donc que sur mon ressenti pour avancer dans la vie, pour travailler, pour prendre des décisions. Si j’ai un doute, un questionnement, je peux poser des questions à mon entourage et me faire accompagner par des professionnels. Je finis toujours par prendre une décision qui suit mon ressenti. Alors pourquoi parfois, je ne l'écoute pas tout de suite? Pourquoi ai-je besoin de voir d'autre professionnel, ou de questionner mes amis? Parce que je ne veux pas suivre mon ressenti, parce que je suis trop fatiguée pour l'entendre, parce qu'il me dit quelque chose qui va réveiller une émotion de tristesse ou de peur que je ne veux pas ressentir consciemment ou inconsciemment. Mon ressenti et mes émotions vont me montrer que je me trompe et qu’il faut rebrousser chemin… Qu’il est dur de reconnaître que nous nous sommes trompés. On nous a tellement appris à être forts…

Mais à quoi servent alors les émotions?

A être prévenu très vite. A être dans une conscience vigilante sur la situation, sur notre vie, à prendre ses responsabilités en amont pour choisir un autre chemin, pour se repositionner, plus vite pour prendre en main les rennes de sa vie sans perdre de temps sur une fausse piste... A voir la réalité de se qui se joue et à choisir en conscience qu’elle est la place qui va nous rendre heureux et fiers de nous.

Quand on est relié à ses émotions, on sait ce que l’on doit faire. On n'a plus aucune tergiversation qui dure. On le sent dans son cœur. Tant que nous ne sommes pas reliés à nos émotions, c'est le stress qui prend le dessus et là, on est au plus mal...

Nous sommes obligés, pour sortir d'une situation où l'on s'est laissé enrôler par fainéantise, par facilité, par illusion, par négligence, par sentimentalité, de faire des efforts de malade parfois... Et c'est souvent une dépression, un burnout, un craquage physique, une grave maladie qui nous obligent à nous reposer, à arrêter cette course vers le néant... C'est le corps qui nous oblige à écouter notre petite voix. Nous n'avons alors pas d'autre solution que d'entendre son message.... Ou nous restons des années en dépression, dans la maladie, à tourner en rond autour de nos hésitations sans aller au cœur de notre envie, à la source de tous nos ennuis et de notre mal-être. Nous ne voyons pas le nœud du problème de notre existence... Nous passons à côté de nous...

Alors pour ne pas passer à côté du bonheur, retrouvez vos émotions, acceptez de plonger dans le ressenti… Pleurez, riez de bon cœur, transpirez, rotez... Et vous trouverez l'amour au bout du chemin, le vrai.

Vous re brancher à vos émotions, au cœur de mon travail Alors voici mon travail personnel au quotidien et celui que je fais avec vous tous, je vous aide à retrouver le lien avec vos émotions. Une fois reliés, vous ne pouvez plus nier l'évidence, vous ne pouvez plus tergiverser pendant des semaines, vous saurez ce qui est juste pour vous.

Sachez que de toute manière, même si vous en êtes coupés, votre corps reçoit les chocs émotionnels en permanence... Et s'il ne peut pas les évacuer, il se prend un gros coup de fatigue... Alors pour être plus en forme, déchargez chers lecteurs! En Médecine Traditionnelle Chinoise, la maladie est la conséquence d'une surcharge émotionnelle stockée dans le corps. A méditer...

Le secret pour retrouver ses émotions?

Accepter le temps, la traversée de la tempête, sachez que vous êtes grands aujourdhui et que vous avez plus de possibilités, que lorsque vous étiez enfant, pour traverser ces émotions sans être bouleversés longtemps. Et surtout, c'est à vous de vous donner l'autorisation de pouvoir les vivre. C’est vous qui allez rire de bon cœur, qui allez crouler sous un torrent de larmes, qui allez suer de peurs...

Mais après cela, en peu de temps, quelque dizaines de minutes après, vous allez vous sentir libérés, forts, plantés dans le sol, indestructibles. Et plus personne, dans les moments qui vont suivre, pourra vous déstabiliser. Et croyez moi, dans cette société où les jugements à l'emporte pièce nous terrassent, où le regard de l'autre compte beaucoup et fait baisser notre taux d'estime de soi très bas en un quart de seconde... Quand nous n'en avons plus rien à faire des critiques pernicieuses des autres, nous nous sentons libres et légers.

Alors, vous laisseriez bien quelques larmes de bonheur couler, non?

La joie, c'est top aussi comme émotion...

E comme Emotions Mode d'emploi

Voir les commentaires

2016-08-25T20:54:46+02:00

La solution est en nous, mais où?

Publié par Marie-Lore
La solution est en nous, mais où?

A ma grande question "que faire pour être heureuse?", depuis mes 20 ans, on m'a toujours répondu:

" La réponse est en toi"

En posant des questions sur ma vie, sur mon avenir professionnel, face aux indécisions que je pouvais avoir, j'allais interroger les "sachant... ceux qui sont sensés savoir", et comme ultime conseil ils me répondaient :

"Interroge-je toi pour savoir ce qui est juste pour toi"

La réponse est en moi, Certes mais où?

Ok, ok, et si justement j'hésite, comment puis-je faire pour me décider? Quelle décision prendre, comment savoir si c’est la meilleure pour moi ?

Je vous avoue m'être réveillée la tête dans les bras, jeune adulte, à plusieurs reprises au milieu de la nuit, dans des escaliers, sur un muret, au milieu de nulle part où je m'étais arrêtée pour réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie. Et je m'en suis voulu de m'être assoupie en pleine interrogation. Ces réflexions avortées dans l'œuf m'ont juste conduite à m'humilier moi même, à me trouver trop nulle de ne pas trouver de solution. Et pourtant, on ne cessait de me dire qu'elles se trouvaient à l'intérieur de moi... Mais où bon Dieu?

Comment trouver la solution à l'intérieur de nous? Où creuser?

20 ans après, je ne comprends toujours pas pourquoi, moi qui suis intuitive, on me parlait de réfléchir aux solutions, sans m'expliquer comment faire pour les trouver à l'intérieur de moi.

Alors la seule solution que j'avais a l'époque était de cogiter, de tergiverser et de choisir entre toutes les solutions que j'arrivais à imaginer à mon niveau. Et Dieu sait que j'étais capable d'en trouver un paquet... Et maintenant je comprends a quel point c'était juste impossible et inapproprié...
Ce n'est pas le mental qui va trouver une quelconque solution valable et juste. Il n'est que dans l'inquiétude, dans le ressassement ou le regret du passé ou dans une attente sur le futur mais jamais dans une présence à l'instant. Il ne trouvera que des compromis, des alternatives, des solutions d'attente... Qui, en définitif ne nous conviennent pas à la longue...

Le corps, la clé pour trouver des solutions

C'est le corps notre messager.... Il sait mieux que notre tête ce qui est bon pour nous.
Vous entendrez monter de vos tripes toutes les réponses, lorsqu'il sera en paix.
Ce n'est que dans les moments de quiétude que vous allez entendre votre petite voix intérieure qui possède toutes les solutions. C'est magique.

Aujourd'hui, si j'ai un souci, je me pose, je respire. Je cherche le calme intérieur. Je m'arrête tant que je ne me sens pas calme à l'intérieur de mon corps.

"Je prendrai du temps quand j'aurai réglé mes problèmes"

Je vous entends dire que vous vous arrêterez un peu quand vous aurez réglé vos tracas... Sauf que pour vous en débarrasser, vous sollicitez votre cerveau... Et la tête nous en crée d'autres. Nous ne trouvons jamais les solutions avec notre mental. Ce ne sont que de vulgaires compromis, des solutions alternatives en attentant de trouver mieux, des excuses par peur de la difficulté, par manque de confiance en vous. Mais celles ci ne résonnent pas en nous.

Acceptez d'écouter votre corps quand il est fatigué et de dormir, de faire une pose quand vous stressez, de respirer quand vous n'avez plus d'air. De mettre votre estomac au calme quand vous avez trop mangé. Et peu à peu en respectant votre corps et son rythme, vous verrez qu'il vous délivrera ses messages qui ne pourront que résonner puisqu'ils viendront de votre profondeur.

Nous connaissons petits notre chemin d'âme

Nous savions tout déjà sur nous dans notre enfance. Mais au lieu de nous écouter, de suivre notre chemin, nous avons cherché à correspondre au modèle et aux normes qu'on nous imposait à travers l'"éducation". Cacher sa "fragilité", se couper des émotions, entrer dans la concurrence, être bien sous tous rapport, faire plaisir aux grands.... Tous ces comportements que nous avons adoptés pour nous faire accepter de notre tribu, nous ont éloignées de notre vraie nature. Nous ne nous souvenons plus de nos dons, de nos qualités, de nos côtés atypiques, de notre différence, de notre "autrement". Nous sommes formatés sur le même modèle que toute notre génération. Alors c'est difficile de trouver notre place puisque 1000, 10 000 ou 100 000 personnes nous ressemblent et ont fait les mêmes études que nous... Et se sentent autant dans l'ennui que nous. Et pourtant, nous avons un travail, une famille, un chien, un compte en banque, un crédit, une épargne... Tout pour être heureux quoi!
Mais à force d'être dans la tête, nous en avons oublié le corps et le cœur.
Du coup, notre petite voix intérieure qui sait tout sur nous, s'est tu. Extinction de voix... Comme en ce moment , je le vois chez bon nombre d'entre vous qui ont des toux, des maux de gorge, des chats dans la gorge, des petits rhumes qui ne passent pas...

Votre voix intérieure sait tout ce qui est bon pour vous. C'est tellement évident que ce sera naturel d'y venir si vous êtes rebranchés à ce corps qui a toute les réponses en lui... Alors si vous voulez trouver ces solutions en vous, prenez le temps de vous arrêter et de chouchouter votre corps. Et surtout arrêter de cogiter!

Prenez des vacances, reposez vous, cuisinez de bons petits plats. Partez à la campagne, faites du sport... Perdez du temps pour en gagner ensuite au lieu de tourner en rond et de répéter à l'infini les mêmes erreurs en vous lamentant...

Rebranchez-vous à vos sens pour retrouver le bon sens de votre vie.

La solution est en nous, mais où?

Voir les commentaires

2016-06-01T20:29:43+02:00

Un don est précieux

Publié par Marie-Lore
Un don est précieux

Beaucoup se demande ce qu’est l’intuition, la voyance, la petite voix, d’où viennent les rêves prémonitoires… Et surtout comment fait-on pour vivre avec tout « cela » au quotidien…

Imaginez quand vous devez vous coucher le soir et que vous appréhendez de faire des cauchemars sur des évènements qui ne se sont pas encore passés et qui risquent de se réaliser dans un futur proche ou lointain… Comment vit-on avec ces informations que nous ne sollicitons pas mais qui viennent s’installer dans nos pensées malgré nous?

J'ai eu beaucoup difficultés adolescente à assumer ce don de voyance. Soit j'étais l'oiseau de mauvaise augure, soit la mauvaise copine qui n'avait pas prévenue que Pierre allait plaquer sa chérie pour une autre, soit je passais pour la mauvaise fille dans mon entourage familial bien formaté... Il y a 20 ans, personne ne voulait entendre parler de ce don. Il était préférable de faire fonctionner son mental plutôt que son intuition… Alors je vivais avec ce secret sans pouvoir trop en parler autour de moi. C’était très lourd à porter.

Quand j'ai commencé ce métier de messagère il y a 18 ans, j'avais 27 ans à peine et j'en paraissais 20. J'étais une extraterrestre dans la profession parce que je considérais, malgré ce don de lire l'avenir, que rien n’était figé... Que nous avions le pouvoir, grâce à la conscience, de changer notre avenir. Il fallait juste décider d'écrire sa vie sur une page blanche et considérer qu’aujourd’hui était le premier jour du reste de notre vie… Et pour ce faire, nous devions tourner la page sur le passé, bien ranger ces livres anciens et passer à autre chose en étant confiant dans sa capacité à choisir sa voie, et à trouver son chemin de vie...

Vous êtes nombreux

à posséder ce don...

En 2005, quand j'ai commencé à communiquer sur un blog www.feeminine.over-blog.com, j’ai lu des dizaines de commentaires de lecteurs qui avouaient avoir une intuition très forte et des capacités extrasensorielles … Mais qu’ils ne savaient pas s’en servir et surtout ne savaient pas quoi en faire... Cela tombait pile poile avec l’avertissement que je recevais sur ce don… Alors j’ai commencé véritablement à échanger sur les blogs en parlant de ma vie pour montrer à quel point, avec une ouverture de conscience, un travail sur soi, ces dons étaient essentiels pour aider au basculement de ce monde. L’Univers me dit depuis plus de 25 ans, qu’il est vital d’y venir pour accompagner les autres à trouver leur voie et surtout pour sortir de l'enfermement, du mal-être et de « la crise »dans laquelle la société nous jette inévitablement si nous n'agissons pas contre cela. Ma voyance permet de desceller les influences lointaines qui dictent notre vie à notre insu.

Je regarde le milieu ésotérique et spirituel évoluer depuis 20 ans et je suis étonnée de la tournure que prennent les événements dans différents plans.

Au lieu d’utiliser ces dons et cette empathie pour aider les autres à changer ou à se remettre en question, on en a un fait un commerce florissant. On vend du bonheur sur papier glacé…

Le bonheur sur papier glacé

"La spiritualité est devenu populaire" me direz-vous alors qu’il y a 15 ans encore, personne n’osait aller se faire masser… Aujourd’hui on va voir un bio énergéticien, un astrologue, un kinésiologue ou un naturopathe comme on allait consulter son médecin jadis…

Malheureusement il n’est pas question de remise en question, de comprendre son manque de confiance en soi ou d’observer les racines de son mal être… Il suffit de se mettre en tailleur, de méditer, de penser positif pour espérer voir sa vie changer. Il suffit d’y croire et d’accrocher dans son salon les 10 souhaits que nous souhaitons voir se réaliser pour qu’ils voient le jour… ET combien abandonnent au bout de quelques semaines ou mois ces idées magiques ? Combien ont véritablement des résolutions et des changements de vie qui les rendent heureux sans travail de fond sur des années ?

Je reste dubitative face à cette mode du bien-être quant au résultat après 18 ans d’expérience à vos cotés… Nous avons une réelle difficulté à sortir des allégeances familiales, des habitudes inscrites dans notre quotidien depuis notre enfance parfois. Nous répétons machinalement comme des robots les schémas familiaux même lorsque nous avons compris qu’ils ne nous correspondaient pas… La peur de l’inconnu nous empêche de choisir une autre vie, de nous lancer dans une nouvelle aventure… Personne n’ose parler de cette difficulté à faire la pirouette entre notre vie d’avant et celle de demain… En ont-ils vraiment fait l’expérience ou sont-ils sous le feu de la nouveauté?

Des personnes ayant vécu plusieurs burnout se forme en coaching pour conseiller les autres de quitter leur travail pour trouver leur voie… Sans avoir eux-mêmes trouvé la leur qui les amènerait au bonheur… Alors ils font formation sur formation pour trouver le graal: la solution pour attirer les clients, l’attention sur les médias pour finir en fin de compte à payer de la pub sur tous les supports que nous proposent les nouveaux moyens de communication alternatifs…

Maintenant je suis démarchée par des radios pour faire des émissions « payante »… Je n’en suis pas revenue encore… Pour passer sur une radio vous payez votre émission… Avant les journalistes faisaient un travail objectif… Et maintenant ils sont devenus de vulgaires commerciaux qui vendent des heures de passage sur leur antenne pour faire connaître un « thérapeute »…

Responsabiliser,

partager

et transmettre

Le bouche à oreille continue et reste le meilleur moyen de savoir qui allait consulter et pourquoi, parce qu’il se base sur l’expérience, la responsabilisation, le partage et la transmission. De vrais outils pour grandir et se prendre en main en étant accompagné par une personne qui a fait ses preuves depuis des années. Vous reconnaissez celui qui est passionnée par son don et sa mission. Il n’en fait pas un commerce prospère. Il ne vit pas dans un grand cabinet luxurieux sur les Champs Elysées et ne fait pas des tournées mondiales de conférences devant 2000 personnes, en publicité préalable sur votre facebook et en dédicaçant ses dizaines de livres...

Vous rencontrerez un être humain qui s’est responsabilisé vis-à-vis de l’Univers et qui sait que ce métier n’est pas fait pour recevoir la gloire et les millions pour bâtir son château et se payer du personnel pour les petites tâches ingrates du quotidien…

« Il est temps de rallumer les étoiles. »

Guillaume Apollinaire

Ecouter son intuition, suivre son don et en faire profiter les autres est un vrai chemin de croix où la gloire n’est pas au rendez-vous et l’humilité nourrit le cœur des hommes. La compassion nous envahit et le bonheur devient très simple. Il consiste à être heureux tous les matins en se réveillant et en se sentant à sa place, en refusant d'être malheureux trop longtemps, à accepter de vivre ses émotions sans dramatiser, sans être pessimiste ou râleur. Nous redevenons des humains avec le cœur sur la main, avec de la douceur et de la bienveillance pour ce monde, en commençant par tapisser le nôtre de douceur et de poussière d’étoiles.

Si vous êtes intuitifs, reconnectez-vous à votre cœur et à celui des autres. Vous constaterez que vendre du bonheur et de la facilité aux autres pour qu’ils soient heureux, n’existe pas dans cette réalité là.

Grandir et c’est choisir d’être heureux dans ce monde, c’est se dépasser, c’est traverser ses peurs, c’est s’émanciper de ses dépendances, c’est compter sur soi, c’est prendre le temps de trouver et avoir confiance en ses dons, c’est prendre sa place et se sentir utile…

Mais avant de prendre de la hauteur... Le chemin est long et périlleux... Mais tellement enrichissant. Alors entourez-vous de vrais humains qui vivent tout cela, pas de marchants de rêve... Et vous serez fiers de vous retourner sur votre chemin pour voir l'étendu de votre travail... Et la distance qui s'élargit entre le malheur et le bonheur...

Et vous vous remercierez chaque jour et vous n'aurez plus peur de marcher vers l'inconnu...

Un don est précieux

Voir les commentaires

2016-03-25T22:11:35+01:00

Pourquoi est ce si difficile de se reposer?

Publié par Marie-Lore
Pourquoi est ce si difficile de se reposer?

Je viens de finir mon séjour initiatique au paradis. Lors de l'avant dernier à Bali en mars 2015, le tiers du groupe frisait le burnout. Cette fois ci, moins nombreuses sont arrivées les participantes avec un vrai besoin de se reposer, mais tout de même, chacune avait bien tirée sur la corde ces derniers mois, moi comprise. Nous avions toutes du sommeil en retard.
Ici, nous étions dans des cocons parfaits pour prendre du recul et arrêter le temps et diminuer notre stress. Ce n'est pas pour autant que chacune a réussi à se poser et à dormir. Le décalage horaire et la chaleur y étaient pour quelque chose les premiers jours mais par la suite, j'ai encore observé à quel point nous avons du mal à mettre notre cerveau en mode "vacances" et a lâcher prise sur les horaires et sur nos repères occidentaux. Comme à chaque voyage, les premiers jours, chacun est préoccupé par l'heure des rendez-vous, des repas, rare sont les personnes qui acceptent de récupérer le jet-lag et la fatigue en faisant la larve au bord de la piscine les premiers jours... Il nous faut toujours deux ou trois jours quand le groupe est au complet, pour commencer à lâcher les habitude, à se laisser porter au rythme du pays et à se laisser guider vers le bien être sans avoir besoin de garder tout sous contrôle et surtout sans se reposer. Difficile de changer nos repères même s'ils ne sont pas adaptés à notre bien être physique. Ils sont nos bouées dans la tempête. C'est comme si nous gardions toujours notre gilet de sauvetage de l'enfance quand nous faisions de la barque en vacances en famille, pour être sur de ne pas se noyait en cas de coup dur. Alors ici encore, je voyais une équipe de marins d'eau douce vouloir affronter la grande mer avec leur brassière et leur tenue de ville... En gardant un œil ouvert et en regrettant de ne pas pouvoir garder les deux grands ouverts sur ce paradis fantastique où tout n'était que calme et volupté...

Comme quoi nous trouvons toujours l'excuse d'attendre de nous reposer dans de meilleurs conditions. Ce n'est que repousser ce que nous devrions faire au présent pour profiter ensuite pleinement de l'instant présent et mieux bâtir notre futur la paix dans l'âme et la confiance en nous regonflée.
Quand arrivent les bonnes conditions, nous avons tellement peur de passer à côté du bonheur que nous offre ce présent, qu'en définitif, nous nous reposons peu et restons actifs le plus possible. Etre vacant dans sa tête relève du miracle. Faire confiance au temps qui passe n'est même pas envisageable sans condition.

La peur de passer à côté des cadeaux de la vie

J'y suis confronté aussi depuis 3 jours. J'ai fini le séjour éreintée par l'organisation du séjour mais surtout par le manque de sommeil. Nous avions un ami, le coq, qui nous réveillait à 5 heures du matin, ou plutôt moi, puisqu'il s'installait en dessous de ma fenêtre... Et ce n'était pas Roméo... Bon il était beau mais il avait sa poule qui le suivait partout.... Ahah çela nous a bien fait sourire toutes.
En attendant, je me retrouve avec ma semaine de vacances pour moi maintenant à vouloir courir partout pour profiter de cet île en scooter et découvrir de nouveaux horizons... J'ai lutté avec moi meme toute une journée avant de me dire que le repos était plus essentiel que de voir de beaux paysages et de faire de nouvelles découvertes pour mon prochain séjour. Confiance confiance....

Le manque de sommeil est terrible dans notre société, c'est un fléau qui touche toute les contrées, même ici à Bali maintenant qu'ils vivent pour la majeur parti, au rythme des touristes en jet lag et en stress intense. Nous les avons contaminés...

La fatigue est la plus mauvaise conseillère.

Il nous faut maintenant un burnout, quand le corps décide de ne plus avancer et de couper les connections avec le système moteur, pour être obligé de s'arrêter.
Fatigués, nous sommes irritables, nous n'avons pas beaucoup de patience et nous ne supportons pas la moindre contrariété. Nous avançons au ralenti et commettons plein d'erreurs. Alors ce mot burnout est bien pratique pour mettre un mot maintenant sur nos états d'âme... Il démontre simplement encore une fois que le corps sait mieux que la tête ce qui est bon pour lui.

La performance comme valeur?

Dans notre société ne pas être performant est presque une tare, surtout lorsque nous nous sommes senti rejetés enfant. Nous avons besoin de plaire et de satisfaire nos aînés pour être accepté. C'est ce que nous croyons tant que nous n'avons pas travaillé sur nos traumas de l'enfance et sur notre valeur humaine pour regagner confiance en nous.
Alors nous arrêter en attendant, nous reposer est soit de la fainéantise, soit de l'inconscience au regard de notre tête et de notre besoin d'amour. Endormie, nous croyons passer à côté des moments de bonheur et de la reconnaissances de nos pairs... Quand notre regard sur la vie passe par le filtre de notre ego....

Et si nous remettions les clés de notre être à notre corps plutôt qu'à notre mental?

Pourquoi est ce si difficile de se reposer?

Voir les commentaires

2016-02-22T22:50:42+01:00

V comme Victime

Publié par Marie-Lore
V comme Victime

Nous nous sommes tous sentis un jour victimes d’une situation ou d’un être. Cet état est désagréable parce que nous avons l’impression d’être prisonniers.

Si nous ne tenons pas les rênes de notre vie, nous pouvons très vite nous retrouver en position de victimes. Victimes des situations, des autres ou de la vie.

Quand nous manquons de confiance en nous, nous avons peur de prendre de mauvaises décisions et de nous tromper de chemin. Nous oublions notre pouvoir de décision.

“J’ai l’impression de ne rien pouvoir décider seul” ; “J’ai peur de me tromper de direction.”

Nous avons tendance à chercher les réponses chez ceux qui donnent l’impression d’avoir confiance en eux et de savoir décider de leur vie en toutes circonstances. Nous restons coincés dans nos peurs en attendant de nous décider à agir. Nous ne sommes alors pas conscients de notre libre arbitre. Nous craignons de faire des erreurs.

Nous avons peur d’entrer dans l’expérience et nous restons bloqués dans des théories tirées de livres de développement personnel ou entendues lors de conférences... Nous croyons que notre thérapeute va nous apporter toutes les réponses. L’attente de trouver le bon guide qui nous mènera au but est un fantasme qui conduit tout droit à une énorme déception. Nous pourrions nous égarer longtemps en nous laissant manipuler par l’autre. Il était notre sauveur à nos yeux quand nous avions choisi de le suivre. Il avait l’air sûr de lui, nous lui avons fait confiance alors que nous n’avions même pas confiance en nous. Et quand nous n’avons pas l’impression d’avancer et de voir le bout du tunnel, ce sauveur

devient alors notre bourreau. Il ne nous sauve pas du tout. Nous devenons les pauvres victimes de l’autre, de la vie, du monde entier alors que nous avions décidés d’être mieux dans nos baskets. Nous faisons l’erreur de chercher un coupable au lieu de prendre le temps d’apprendre à nous faire confiance, à nous écouter plus, à accepter de faire des erreurs et à ne pas avoir peur du regard des autres. Chacun possède en lui son plan de route, sa propre boussole pour avancer.

Notre chemin, nous l’arpentons au hasard des rencontres, les yeux bandés ou grands ouverts. Il ne tient qu’à nous, un jour, d’enlever le bandeau qui nous cache les yeux pour regarder les différentes routes qui s’offrent à nous.

Tant que nous ne nous prenons pas la responsabilité de nos choix en acceptant de faire des erreurs, nous sommes victimes de la vie ou des autres. Nous avons peur d’emprunter un sentier de traverse, de vivre des expériences, de ne pas trouver nos pas légers et de ne pas voir le bout du tunnel assez vite.

Pour sortir de l’état de victime, de sauveur ou de bourreau, il n’y a qu’une solution, assumer de vivre sa vie en se sentant responsable de ses choix à chaque seconde, quitte à faire des erreurs.

“La route est pentue ou raide, qu’à cela ne tienne, je change de direction. Je préfère aller m’étendre sur l’herbe en attendant l’autobus ou le prochain train qui passe ? Eh bien, pas de problème, je suis maître de mes choix et du temps qui passe. Il n’y a que moi qui puisse juger du bien-fondé de mes expériences. Si je me sens bien, je continue, si je me sens mal, je peux décider d’arrêter l’expérience ou d’en comprendre l’impact sur moi. Je deviens responsable à mes yeux. Je choisis d’être adulte et de vivre ma vie comme bon me semble. Compter sur l’autre pour savoir ce qui est bon pour moi, c’est lui laisser le pouvoir de vie et de mort sur moi, c’est lui donner les clés de ma vie.”

J’ai longtemps été sauveur. Je souffrais de voir les autres malheureux, alors je me battais pour les rendre plus heureux. C’était un leurre. Je l’ai compris à mes dépens. Ma baguette magique était visible de si loin que certains se contentaient de venir observer les miracles. Elle n’était magique que dans mes mains. Du coup, on ne me pardonnait pas d’être incapable de guérir instantanément tous les maux. J’ai dû arracher bout par bout, lambeau par lambeau, ce beau costume à paillettes de la gentille fée Tout. Et j’ai caché pour un temps cette précieuse baguette magique dans un tiroir de ma cabane.

J’ai fini par voir que j’étais enfermée dans de fausses croyances liées à mon vécu d’enfant. Je voulais, enfant, sauver ma mère que je sentais triste et en colère. C’était impossible. Nous ne pouvons pas changer les autres contre leur gré, sans une demande d’aide de leur part et sans leur participation active. J’ai compris que ma mission était plutôt de pardonner aux autres de ne pas choisir d’être heureux. Je devais accepter qu’ils fassent fausse route ou qu’ils soient durs avec eux-mêmes. Je ne devais pas me sacrifier pour autrui en espérant leur faire vivre un instant de bonheur pour qu’ils décident enfin d’être heureux. J’avais peur de supporter leur malheur. Le mal- être me figeait, enfant. Je devais avant tout prendre mes responsabilités pour être heureuse dans ma vie quoi qu’il arrive. J’ai compris que je ne changerais pas les autres si je n’arrivais pas à me rendre heureuse par moi-même et que mon exemple serait la meilleure chose pour donner envie aux autres d’être heureux dans leur vie. J’ai dû aussi accepter d’être entourée de personnes tristes et malheureuses, et que leur état pouvait contribuer aussi à leur équilibre.

Je ne suis aujourd’hui ni sauveur, ni bourreau et encore moins victime. Je vous avoue, je me sens plus légère et encore plus connectée à ma force intérieure et à ma joie de vivre. Je me sens à ma place. Je suis auto-référent. Pour moi, être dans la joie, avancer dans la paix et tout faire pour être heureuse est ma responsabilité.

Je sais que pour vivre cela au quotidien, j’en fais l’engagement à chaque minute de ma vie.

Voilà ma responsabilité pour ne plus me sentir victime : être dans une présence constante à ce que je vis, accepter de vivre en conscience les expériences qui se présentent, être à l’écoute de l’Univers pour en sentir les battements.

La vie vaut le coup d’être vécu les yeux grands ouverts sur la beauté du monde. Chacun participe à sa manière à ce mouvement naturel de la vie.

Voir les commentaires

2016-01-14T11:11:51+01:00

Etes-vous aussi un multi-entrepreneur ou slasheur ?

Publié par Marie-Lore
Etes-vous aussi un multi-entrepreneur ou slasheur ?

Quand je lis la presse et les articles de vie dépeignant les réussites professionnelles, je constate la mise en avant de la réussite financière avant l'épanouissement professionnel.

La grande question de chacun semble être: "Est ce que je vais gagner beaucoup d'argent?"


La grande tendance en vogue aujourd’hui est d’être slasheuse, c’est à dire d'excercer plusieurs activités en même temps. Etre salarié à mi temps ou plein temps et avoir en parallèle une activité d’artiste ou d’auto-entrepreneur ou d’écrivain par exemple.


Je suis intervenue dans une conférence en octobre 2015 salon des micro-entrepreneurs de Paris en tant que slasheuse avec mes collègues Nathalie Chaillou et Florence Aubert (www.happychoices.fr)

Slasheuse depuis plus de 15 ans

Si je suis devenue slasheuse, il y a 15 ans, sans le savoir.  A l’époque après 3 ans de proximité et d’intimité dans la vie des gens, grâce à mon  activité de "coach intuitive", je m’étais rendue compte (en 2000) que beaucoup s’intéressaient au bien-être et au développement personnel et se sentaient bien isolé dans leur famille et groupe d’amis.

J’organisais alors à l’époque des rencontres mensuelles, des soirées ateliers, découvertes ou conviviales. Mon envie était que les différents acteurs du bien-être et développement personnel se rencontrent avec mes clients autour d’un dîner convivial pour prendre le temps d’échanger, dans un climat artistique ou ludique avec la présence de magiciens ou de musiciens… Ainsi chacun pouvait se rendre compte qu'il n'était pas aussi seul que cela.

Puis en 2003 j’ai mis en place des séjours initiatiques ( www.vacances-autrement.org) pour offrir un espace de vraies vacances à ma clientèle qui rencontrait une difficulté à prendre du recul sur leur soucis et leur vie trépidante de citadins, pour amorcer un changement de vie. Avec le recul, je me rends compte qu’il s’y trouvait beaucoup de futurs slasheurs ;o)

Au lieu de passer par une société qui pouvait organiser ces séjours, j’ai fait moi-même les repérage pour diminuer les coups de hébergement et des repas pour mes clients et proposer une prestations de qualité dans des endroits paradisiaques…

J’ai continué à faire des soirées, des séjours par moi-même puis des séances de relaxation en groupe chez moi à partir de 2009. C'était pour pouvoir organiser et vivre toutes mes envies. Passer par une entreprise ou louer une salle aurait coûté trop cher. Cela qui m’a permis de garder des prix raisonnables malgré 18 ans de carrière en tant que coach-intuitif, 8 ans de coaching de vie et 13 ans d'organisation de gestion du stress et de séjours initiatiques à l'étranger.

Rester autonome et authentique

Je suis heureuse d’avoir choisi ce mode de vie pour garder mon intégrité et mon authenticité. C’est vrai je pourrais aujourd’hui ne plus avoir besoin de consulter et avoir des cabinets d’audiotel à mon nom avec une émission télévisée de temps en temps. Si vous saviez les contrats juteux que la télévision ou les cabinets de voyance m'ont proposé juste pour utiliser mon image.... Je ne regrette en rien de choix bien au contraire, je suis libre, indépendante et je fais mon métier avec passion  bien loin de l’image d’Epinal que véhiculent les médias sur ma profession. Et mes besoins ne sont plus du tout les mêmes que lorsque j'étais salariée. La satisfaction que je tire de mon travail me nourrit. Je suis mon propre référent et juge. Et ma clientèle reflète bien l'énergie que je mets dans mon travail. Elle est sympathique, agréable et généreuse.

Je sens en tant que voyante que le système économique sur lequel repose nos acquis comme les retraites, le chômage et la sécurité sociale, va s’écrouler telle qu’il existe aujourdhhui dans la décennie qui suit.

Alors si vous avez envie de vivre de vos passions, d'être épanouis dans votre vie professionnelle et pas simplement de devenir riche…  Si l'argent faisait le bonheur cela se serait... Et bien, la recette est de construire votre vie professionnelle autour de votre savoir faire, de votre expérience et de votre personnalité.

Quand on est empathique, vrai,  intègre et passionné, c'est vraiment facile de trouver des clients, les gens viennent vers vous. Vous attirez des personnes dans la même mouvance que vous avec lesquelles vous aimez travailler.

Nathalie Chaillou et Florence Aubert avec lesquelles je travaille en étroite collaboration pour accompagner mes clients, en coaching professionnel, pour fabriquer des cahiers magiques de coaching ou en travail sur le corps et les émotions pour sortir d’un burn-out, nous fonctionnons ainsi. Je dois dire que cela nous réussi à toutes les trois. Nous sommes des slasheuses heureuse!

Beaucoup de personnes après le salon des auto entrepreneurs où nous sommes intervenues, me demande comment faire pour réussir à s’installer pour exercer plusieurs activité et en vivre ?

Et bien je vous donnerai deux conseils:

Le premier, faites vous accompagner pour mieux gérer vos états émotionnelles, trouver ce pour quoi vous êtes faits et vous aider à poser votre nouvelle vie professionnelle.

Et deuxièmement, oser vous lancer dans l’expérience. Et souvent cela peut passer par du bénévolats ou des prix minimes pour pratiquer et apprendre ainsi en mettant les mains à la pâte et en apprenant vraiment votre métier dans le concret. Quand on débute en s’alignant sur les prix du marché, le manque de professionnalisme risque de vous faire mal considérer par vos clients. Cela ne vous aidera pas à réussir à monter une clientèle fidèle et indulgente.

"Slasheur dans l'âme?"

Petite ballade? Cliquez moi

Pour écouter la conférence et entendre l'expérience et les conseils de 5 slasheurs, c'est ICI

anim240.gif"N'oubliez pas qu'en chacun de vous

se trouve l'encre de votre coeur."


Alexandra Julie

Etes-vous aussi un multi-entrepreneur ou slasheur ?

Voir les commentaires

2012-12-26T11:11:00+01:00

Marijuana ou relaxation, stone ou zen?

Publié par Marie-Lore

images--1-.jpg

Je suis au pays du joint. L'Est de la France est la plaque tournante de la drogue entre la France, l'Allemagne, le Luxembourg et les Pays Bas plus haut... En relatant nos souvenirs de jeunesse avec mes amis lorrains et alsaciens, je me suis rappelé combien c'était simple, naturelle et courant de fumer un joint quand nous étions jeunes... Je crois qu'aujourd'hui cela n'a pas changé voir les ados fument plus jeunes que nous... Donc arrêterons plus tôt, espérons... 

Je ne fumais pas ado de drogues, ni même de cigarettes... Je rigolais tellement tout le temps, j’étais si ouverte à tout et un peu perchée à coté de mes camarades, que je trouvais cela totalement inutile pour moi. Les 2 fois ou j'ai tiré une « taf » entre mes 17 et 22 ans, ça m'a d’abord arraché la gorge puis je me suis endormie sur le sofa... Trop peu pour moi...

J'ai fumé plus tard avec un chéri qui en rentrant du boulot ne pouvait pas se décontracter sans un joint. J'ai craqué au bout de quelques mois... Devoir attendre tous les soirs l'heure du joint pour avoir un moment détendu me tuait... C'est entre autre ce qui a créé notre séparation. Il était tendu comme un string le reste du temps.
En écoutant les potes raconter leurs états de l'époque, je me rends compte maintenant que fumer amenait pour eux un état de détente et de lâcher-prise où leurs problèmes passaient à la trappe. Leur manque de confiance s'éstompait... C'était magique... Pour un temps...

Et j’ai pris conscience qu'un état de relaxation ou qu'un soin reiki m'apportait la même chose. Un moment agréable où rien n’est grave… C'est sans doute plus rapide la drogue quoi que… plus on en prend, plus on a besoin d'augmenter les doses pour avoir le même effet que la première fois… La relaxation, plus on en fait et plus on devient cool dans sa vie en général... Et plus on a envie d'en faire.

Alors oui la relaxation est une pratique de vie à essayer mais je vous garantis que le résultat est le même. Et plus encore puisque cet état on peut le retrouver n'importe où! Allez fumer un joint dans votre bureau quand votre boss vous fait la grosse tête! Alors qu'en respirant profondément 3 minutes et demie, on change d'état aussitôt et le stress s'en va...

Sans des dépendances artificielles, on ne sait pas seuls trouver des états de bien être qui nous font nous sentir bien et nous aide à déconnecter de nos problèmes quotidiens.


Je me demande même pourquoi on ne met pas la relaxation plus en avant aujourd'hui pour parer au stress aux anxiétés, aux angoisses et que les médecins prescrivent des médicaments chimiques qui ne font qu’endormir mais ne règlent rien... Comme les joints. Mais les anxiolytiques sont légalisés eux... La relaxation est une responsabilisation personnelle qui ne peut pas être pris en charge par l'état ni remboursée par la Sécurité Sociale, ni rapporter en taxe à l'Etat...

Vous êtes plutôt relaxation, méditation, joint ou drogues légalisés (anxiolytique, alcool) pour vous détendre?

Voir les commentaires

2012-05-09T14:56:00+02:00

Le reiki quesako?

Publié par Marie-Lore

reikisymbole.jpgVous avez entendu parler de  reiki dans des termes bizarres ou négatifs ?

Vous avez reçu une initiation premier degré reiki, voir même second ou 3ème et 4ème degré et vous avez l'impression qu'il ne se passe pas grand chose dans votre vie depuis? Vous ne ressentez plus l’effet incroyable sur vous depuis votre initiation reiki ?

Le reiki est une méthode de relaxation, un outil de développement personnel qui nous aide à nous recentrer sur nous au quotidien.

Le reiki n'est pas une recette miracle ou un pouvoir magique sorti d'un chapeau. C'est une pratique de vie qui s'appuie sur des principes de vie élémentaires, comme le respect de son corps, des autres, des êtres vivants et sur une acceptation de son passé.

Le reiki encourage à développer notre tolérance, notre capacité à pardonner, à sortir de la colère et du stress, à lâcher prise sur les attentes, les besoins, les buts que nous posons sans cesse sur nous-mêmes et sur notre entourage.

Le reiki nous offre le moyen, une fois initié,  de sortir d'états négatifs si nous le souhaitons. En acceptant de s'arrêter et de se faire un soin reiki de 2, 10, 20 ou 45 minutes selon le temps que nous avons ou que nous nous donnons à cet instant pour ne pas rester dans un états de déstabilisation, de colères ou de stress, nous transformons notre humeur.

Ce ne sont pas de simples mots, respect, tolérance, pardon, lâcher-prise, intégrité, valeurs humaines, responsabilité qui sont véhiculés par les 5 principes REIKI. Plus on se rapproche dans notre comportement de ces 5 principes, les valeurs reiki et plus nous devenons humains. Nous mutons vers des êtres aimants et ouverts à la vie, responsable face à nous-mêmes et aux autres et créateurs conscients de nos vies. 

 Le reiki agit directement sur notre libre-arbitre. C’est nous qui décidons d’aller mieux tout de suite. On n’attent plus que ce soit l’extérieur qui nous donne de l’énergie ou nous aide à évoluer, on agit immédiatement. Le reiki dépend de notre volonté à aller mieux, à sortir du rôle de victime, à choisir de s’arrêter dans l’instant et de se donner les moyens d’aller mieux grâce à ce merveilleux outil en se faisant un soin reiki. Je comprends mieux ma vie et j'ai surtout maintenant les moyens de ne pas me laisser emporter par mes émotions négatives. J'ai une trousse à outils d'adulte avec les soins qui me sont enseignés lors de l'initiation.  Il est là le pouvoir extra-ordinnaire du reiki !

Le reiki nous offre des outils performant après une initiation, par les soins que nous pouvons appliquer sur nous, qui vont avoir un effet immédiat si nous sommes véritablement ancrés dans la décision d'aller mieux maintenant. Le reiki agit ici et maintenant pour le plus grand bien de tous! Ces outils ne s'usent pas bien au contraire, ils deviennent de plus en plus adapter à mes changements. C'est que du bonheur à chaque fois que je prends mes mains et que je les pose sur moi! Quel fabuleux cadeau m'a donné mon maître reiki il y a plus de 10 ans maintenant, une clé pour être heureux chaque jour de ma vie !

Je suis sure que beaucoup d'initiés reiki qui lisent ce blog pourrait dire la même chose que moi ;o)), non? 

Voir les commentaires

2012-03-24T09:11:00+01:00

Découvrir la Médecine Traditionnelle Chinoise

Publié par Marie-Lore

100px-Qi.pngEn donnant une formation aux initiés Reiki en chemin vers leur second degré reiki (ou pour mieux l'intégrer), dans ma responsabilité de Maître Reiki, j'ai choisi de leur enseigner une meilleure connaissance du corps, en découvrant, en autre, quelques approches de différentes médecines. La Médecine Indienne et Chinoise principalement.

La Médecine Traditionnelle Chinoise est reconnue par l'Organisation Mondiale de la Santé. C’est une médecine holistique comme la Médecine ayurvédique. Cette vision holistique de l’être humain tient compte de ses dimensions physique, mentale, émotionnelle, familiale, sociale, culturelle et spirituelle. Elle est le résultat d'une longue et constante observation de l'homme dans son milieu.

La Médecine traditionnelle Chinoise se propose de maintenir l'équilibre entre l'extérieur et l'intérieur, le haut et le bas. L'homme est un être unique qui vit en interaction permanent avec son entourage et le monde qui l’entoure.

Pour cette médecine, être en bonne santé est lié à la capacité de l'organisme de maintenir la dynamique nécessaire pour affronter les agressions (nature, saison, événements, émotions). La maladie est le résultat d'une difficulté de l'organisme à s'adapter au mouvement de la vie.

La Médecine traditionnelle Chinoise encourage l'homme à chercher constamment l'équilibre dans sa vie quotidienne, à entrer dans une discipline de vie en étant conscient de son interaction avec le monde qui l'entoure et en prenant la responsabilité de maintenir sa bonne santé morale, physique et spirituelle. Pour se faire, l'individu est en charge d'écouter son corps, de vivre ses émotions, d'observer plus les autres et de se faire accompagner régulièrement par un professionnel du corps. Cette médecine nous invite donc à nous remettre en question dans nos fonctionnements, nous occidentales, en s’interrogeant sur notre responsabilité personnelle, sur la prise en compte de notre corps en sortant des tabous et d'accepter l'aide de l'extérieur.  En ayant l'humiliter de saisir que nous ne pouvons pas tout gérer, si nous n'avons pas les compétences requises. Notre responsabilité est d'être en bonne santé et de le rester pour vivre heureux et longtemps notre incarnation.

Notre bonne santé est basée sur l'équilibre entre l’intérieur et l’extérieur du corps, grâce à une alimentation saine, une gymnastique quotidienne, une bonne circulation des énergies dans le corps, l'équilibre dans l'esprit par des prises de recul quotidienne, grâce à la méditation, la relaxation, ou la respiration et par la manière dont nous utilisons notre énergie, réagissons et prenons conscience de notre interaction avec le monde.

Chaque individu naît égaux avec cette graine d'amour inconditionnel en lui et son libre arbitre. Il peut, quoi qu'il arrive, à n'importe quel moment de sa vie,  choisir d'être heureux et d'aimer la vie, les autres et lui-même. Chacun possède sa personnalité propre, une vie particulière et une constitution propre  qui le différencie des autres, où les différents  éléments interagissent selon un équilibre qui lui est propre. On parlera de "terrain". Pour un même symptôme, il n'y aura pas forcément la même cause mais un déséquilibre propre à chaque personne.

La MTC va donc orienter son travail sur plusieurs aspects:

- l'acupuncture ou le massage pour faire circuler l'énergie " le Qi" dans tout un système de réseaux qui traverse le corps de part en part symétriquement par rapport à la colonne vertébrale.

- une médication de plantes et armoise

- une alimentation saine

- une gymnastique quotidienne (Qi Qgong, Tai Chi…)

- des temps de méditations ou de relaxations

yin-yang-copie-1.jpg

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog