Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2011-06-21T14:47:00+02:00

M comme MAMAN ou F comme FEMME

Publié par Marie-Lore

des-news....gif« La femme n'est mère qu’une infime partie de sa vie », c’est un message récurent que j’entends depuis 15 ans, en consultation. 

La Femme fondamentalement « éduque le monde ». C’est elle qui porte l’enfant dans son ventre, le met au monde et l’accompagne pour lui apprendre à vivre libre.

Une Femme est naturellement intuitive. Elle est ouverte au monde. Elle née avec cet instinct maternelle d’éducation, d’écoute, d’acceptation. Elle a la capacité innée de comprendre l’individualité, l’unicité de  chaque être, son potentiel, ses qualités, ses défauts... Une maman est la première à accepter un être tel qu’il est, sans avoir le souci ou le besoin de le changer pour qu’il corresponde aux codes sociaux ou familiaux.

Elle est la première à l’aimer dès qu’elle le sent dans son ventre. La première capable de lui donner confiance pour qu’il apprenne à grandir en toute sérénité. Elle lui ouvre les portes vers la découverte de lui-même pour qu’il prenne simplement conscience de qui il est, jusqu’à ce qu’il devienne adulte et autonome.

L’âme qui vient au monde possède une confiance extrême en cette maman qu’il a choisit parmi des millions d’âmes. Il sait en naissant, qu’il sera totalement dépendant d’elle pendant ses premières années de vie, pour manger, recevoir de l’amour, être lavé, choyé, acquérir des valeurs humaines ou être protégé des autres. Il sait que c’est cette âme là, qui va lui transmettre toutes ses bases, toutes ses racines, le socle sur lequel il va bâtir ses fondations d’adulte.

Quand il aura six ans, onze ans ou vingt deux ans, cette maman ressentira au fond de son cœur, que son enfant est prêt à être autonome, indépendant et qu’il est temps qu’il s’émancipe. Jusque là, elle est responsable de son "état d'être".

Un jour, le fameux jour, sa foi et sa confiance en la vie, l’encourage à le laisser voler de ses propres ailes.

Certains enfants sont pourtant abandonnés à la naissance ou dès leur plus jeune âge. Certains ne reçoivent jamais d’écoute, de présence, d’affection ou d’amour.

Certaines femmes ne se sentent jamais à la hauteur d’avoir des enfants ou de les éduquer. Certaines ressentent immédiatement ce pouvoir extraordinaire que leur donne cette âme naissance. Elles ne peuvent plus se détacher d’une forme de dépendance de répondre aux besoins de leur enfant, même lorsqu’il grandit et qu’il devrait apprendre à devenir autonome. Cette responsabilité leur donne enfin une raison d’être, une place centrale dans le vide de leur existence.

Quand un être à 45 ans entend encore : « Mon bébé, je serai toujours ta maman ! », est-ce juste dans l’ordre des choses ? Guide-t-on un être vers l’autonomie en le mettant en dépendance du besoin d’avoir une maman éternellement auprès de lui?

Je me rends compte malheureusement lors des consultations, que les personnes dans ce cas, ne se sentent pas capable d’exister par elles-mêmes et pour elles-mêmes. Certaines même, essayent en vain de prouver à leur maman qu’elles sont grandes. Elles mettent au monde des bébés pour montrer qu’elles sont en âge d’élever des enfants et qu’elles n’en sont plus elles-mêmes...

Et certains hommes aujourd'hui, ont presque plus d'instinct maternelle que leur femme. Ils ont été tellement castrés par leur maman, en voyant leur femme fusionner et mettre en dépendance affective leurs enfants, ils se mettent à les éduquer pour les libérer de cette emprise maternelle...

Quand nous reprendrons notre vraie place, en nous libérant de nos blessures d’enfant, en respectant l'autre, quel bonheur ce sera alors...

Une femme est une Femme avant tout, avant d’être une Maman. Cette intuition féminine lui offre une générosité sans pareil, qui fait d’elle un merveilleux accompagnant, un partenaire formidable pour la vie.

Maman est un Des rôles de sa vie. Ce n’est pas Le rôle de sa vie.

Un rôle prenant à grande responsabilité, être le premier guide dans la vie d’un enfant.

Je ne me suis jamais sentie à la hauteur de cette responsabilité avant mes 40 ans. Je me suis toujours dit qu’il faudrait passer un permis pour être parent quand je vois la peine et la souffrance des adultes autour de moi.

Aujourd’hui, j’ai compris que je mettrais au monde une âme et pas simplement un bébé. En lui donnant vie, je l’amènerai la première vers la lumière. Quelle charge, quelle chance et quelle responsabilité extraordinaire nous avons, nous les femmes. Nous pouvons nous sentir à la hauteur, nous le valons bien et nous avons choisi d’en avoir tout le potentiel, en venant au monde.

Voir les commentaires

commentaires

Hadda 29/06/2011 21:37



l'envie d'être mère est présent chez moi depuis pas si longtemps moins de 3 ans et je me sens pour ainsi dire prête seulement depuis quelques mois


j'avais besoin de faire le ménage en moi, dans ma propre enfance, et de me débarasser de certaines idées...


depuis quelques temps mon inconscient et mes rêves viennent me chercher là dessus,  d'ailleurs mon premier rêve je l'ai fait lors du voyage chez mon père....


ce que j'en ai compris physiquement( après le vivre autre question) c'est que la maternité est une expansion temporaire, l'enfant prend pendant neuf mois la place de notre ara en quelque sorte et
si les envies ne sont pas en dessous alors lorsqu'on accouche on se sent vide et on cherche désespérement à garder le lien alors que le cordon est coupé le jour même de la naissance, c'est le
signe déjà que l'individu que nous avons porté en tant que mère est déjà indépendant de nous


j'ai toujours eu cette crainte de me retrouver dans deux extrêmes l'indépendance ou la couvade, la peur de me servir de mon enfant comme d'une compensation, sauf que ça c'est pas moi, c'est juste
l'héritage de mon expérience, je sais que je peux faire autrement


je pense toujours aux textes que tristan avait mis sur son blog http://le-zinc-du-matin.over-blog.com/article-17790843.html


ps: merci ce texte tombe à point pour moi et quand je regarde autour de moi



kinou 26/06/2011 22:23



waouh, quel beau texte Marie-Lore...C'est exactement ce qu'il me fallait ce soir. Heureusement que je rattrappe mon retard de lecture à l'instant ! Je t'adore !!! Merci ;)



Anne 22/06/2011 16:12



Merci pour ce magnifique texte, Marie-Lore. 


 


 



Thalie 22/06/2011 12:34



Merci! Je comprends mieux pourquoi je n'ai encore pas, à ce jour, envie d'être maman. Non seulement par rapport à la responsabilité que cela entraine, mais aussi parce que, comme le dit Marie,
j'ai peur de mettre un enfant au centre de ma vie et de m'oublier. Je vois tellement de maman faire ça autour de moi; et le jugement quand on ose faire "autrement" (encore lui tient ((-;)


Je ne me sens pas prête mais je sens que mes réticences se lèvent petit à petit. Parce que je travaille mon permis depuis quelques temps déjà...A l'aube de mes 40 ans, ce n'est plus un "non
catégorique", cela devient un "peut être un jour". Et quand j'aurai rencontré la bonne personne avec qui j'aurai envie de construire quelque chose, ce sera dévenu un "oui".


Pleins de bises



marie 21/06/2011 22:05



Longtemps, j'ai crû que j'étais une "mauvaise mère" et je me suis rendue compte, avec ton aide, que j'avais plus une énergie de femme qu'une énergie de mère. Tu l'as très bien dit, mon rôle de
maman n'est qu'une partie de ma vie. La société mets une telle pression sur les femmes que si nous ne trouvons pas "heureuses" avec nos enfants, nous nous culpabilisons. Alors qu'il faut
simplement comprendre que l'épanouissement que nous procure nos activités à l'extérieur de notre foyer, nous donne tellement de bonheur/sérénité que nous pouvons ensuite le redonner à nos
enfants. J'adore mes enfants, je suis heureuse de les avoir avec moi ... mais en aucun cas, je ne sacrifierais ma vie de femme pour ma vie de mère ou vice versa. Trouver un juste équilibre est
pour moi essentiel. Nous avons eux et moi un bout de chemin à faire ensemble dans cette vie et je les guide, du mieux que je peux, au quotidien vers ce chemin de liberté et d'indépendance.


Bises. Merci pour ce texte



marlene 21/06/2011 19:47



merci pr ce beau message avec lequel je suis d accord et que je vis depuis 2 mois maintenant avec l arrivee de julie..pas seuelement un bebe mais d abord une ame. c est un vrai bonheur au
quotidien. et que c est bon de retrouver mon corps de femme, mon role de femme avant tout. j ai entendu une psy qui disait que une mere c est celle qui sait ne pas etre la..ah que je suis d
accord avec ca.


 



Anne-Marie 21/06/2011 17:34



Bonjour, vos paroles sont remplies de beauté et de sagesse. Merci au nom de toutes les femmes de ce merveilleux message. On n'apprend pas à être mère, on le devient tout simplement.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog