Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #l'abecedaire de la voyante catégorie

2016-09-30T12:50:07+02:00

E comme Eveil

Publié par Marie-Laure Staudt
E comme Eveil
  • Une autre programmation

L'éveil, c'est ce pour quoi nous sommes tous programmés en naissant, pour retrouver le chemin vers la source. Nous oublions en grandissant notre mission, dans une partie de notre mémoire. Mais nous savons tous, de façon innée, que le monde doit s'éveiller, qu'il doit regarder la vérité en face pour commencer sa transmutation.

Les événements de la vie n’ont de cesse de me montrer à quel point il est inutile d'essayer de montrer ou de faire comprendre l'importance de l'éveil aux autres. Celui qui a envie de trouver la vérité, d'avancer, de faire changer le monde, a sa propre quête à poursuivre.
Il va de lui-même, un jour, s'intéresser à apprendre puis à comprendre les mécanismes de la vie. Puis il va entrer dans sa quête personnelle du bonheur pour être heureux.

  • Le réveil émotionnel

Notre cerveau accepte de changer de stratégie qu'en voyant la douleur émotionnelle se réveiller.

Notre quête commencera, quand la dose de ras le bol aura contaminé notre zone de confort. Nous tenons bon, dans une situation moyenne, tant qu'elle ne nous rend pas trop malheureux. Nous devons avoir une bonne dose de résignation injectée dans nos veines... Une capacité physique et psychologique, qui nous conditionne à supporter la même situation désagréable à répétition.
Nous avons enfuis nos émotions en nous, grâce à ce mental qui conspire contre nous, pour notre sécurité. L'âme et le corps en sont les gardiens.
Le cerveau a été très efficace lorsque enfant, nous n'arrivions pas à comprendre pourquoi maman reniait notre ressenti et pourquoi les adultes eux-mêmes, se coupaient de leur états émotionnels...

Ne pas pouvoir exprimer nos émotions, ne pas être compris et acceptés avec cette sensibilité naturelle, à été violent à vivre. Comment agir d'une manière juste sans les émotions ? Comment détecter le danger sans ces précieux gardes du corps? Nous avons coupé la liaison avec nos alarmes internes dès la petite enfance pour nous préserver face à la dureté du monde.
Privés de ces alertes naturelles, l'intelligence de notre cerveau a pris le relais. Celui-ci a le don d’inventer des stratagèmes efficaces, capables de paralyser les nouvelles émotions qui pourraient naître, en les cristallisant immédiatement dans notre corps.
Il nous a orienté à jouer différents rôles pour éviter de nous retrouver confrontés aux mêmes blessures émotionnelles qui nous ont ébranlés jadis. Nous avons tournés alors notre regard vers l'extérieur. Ainsi nous ressentons moins à l’intérieur de notre corps ces états émotions parfois effrayants que personne ne nous expliquait quand nous avions deux, trois ou quatre ans...
Depuis, nous avons appris à jouer la comédie, la grande tragédie de notre vie, l'incroyable histoire de notre réussite ou la merveilleuse épopée du super héros.
Nous avons trouvé des tactiques pour désamorcer temporairement ces bombes émotionnelles à retardement... Le mental est doté d'une intelligence sans pareil pour nous détourner de notre ressenti ad vitam aeternam.
Maman était toujours triste et insatisfaite? Et bien nous étions tantôt un vrai clown pour la divertir, tantôt très gentils pour la voir heureuse. Surtout, il fallait trouver le moyen de ne pas être bouleversé par notre ressenti. Nous nous sommes mis dans la peau d'un autre... Nous avons copié tant bien que mal le comportement de certains adultes, à notre façon, avec nos petites années d'expérience, avec notre nature singulière.
Papa était souvent en colère et préoccupé? Nous étions le meilleur élève de notre section pour qu'il soit fier de nous et plus calme à la maison... Nous étions capables de suivre sa carrière par résignation, pour lui donner une raison d'être content dans sa vie.
Ces stratégies sont candides et débranchés du cœur pour rester dans une certaine insensibilité, surtout au manque d'amour... Nous risquerions de mourir en sentant tant de haine et en voyant tant d'horreurs dans ce monde... Le mental nous coupe de la conscience pour un temps. Jusqu’au moment où nous serons assez costauds pour regarder en face la vérité du monde.
Ces parades que nous avons finalement adoptées, font que nous arrivons tant bien que mal à voguer au milieu de la tempête pendant plusieurs décennies... Nous connaissons par cœur notre place sur le pont. Le but pour bien naviguer sans trop risquer de chavirer, est de voguer sur les mêmes mers, aux abords de rivages familiers. Nous allons par réflexes nous mettre en cale sèches aux mêmes ports et nous amarrer à la même bite d'amarrage, histoire de ne pas être pris au dépourvu et de savoir mener notre barque. Nous saurons gérer, nous sommes en territoire conquis. C'est un jeu d'enfant...
Le cerveau peut longtemps utiliser ces techniques de contrôle des émotions, dénichées dans notre enfance. En fait, il peut les répéter à l'infini jusqu'à notre dernier souffle... Sans que nous en soyons conscients. Nous avons abandonné les manettes de notre vie à notre mental... C'est lui le patron, le capitaine du navire, le maître à bord... Il en oublie le reste de l'équipage à terre. Tant qu'il ne mesure pas le poids de notre souffrance d'adulte, tant qu'il ne constate pas que ses moyens de défense ne cachent plus nos peurs, notre peine ou notre désappointement d'enfant, il ne baisse pas la garde. Il ne nous aide pas à sortir de nos zones de confort, qui deviennent malgré tout de plus en plus étroites et nous enserrent petit à petit jusqu'au jour où nous risquons de voir s'écrouler les falaises sur nous, d'éventrer notre paquebot sur les rochers... Continuer ainsi devient dangereux.
L'âme vient à la rescousse quand le SOS est lancé (save our saoul) par le corps. Et c'est alors que tous les trois nous poussent à l'éveil...

  • Le point de départ de ma quête

Avant je vivais ma vie. Je n'étais pas complètement heureuse. Je changeais souvent de métier, de partenaires, de maison. Je tournais en rond tout en courant inlassablement pour boucler mon agenda qui débordait de tâches. Je passais par des grandes phases de déprime. Avec le recul je peux le dire et le reconnaitre maintenant.
Pourtant j'étais une fille d'apparence joviale et conviviale.
J'étais en permanence dans une envie d'être mieux mais tiraillée par l'insatisfaction qui recouvrait mon désir de bonheur. Je m'habituais avec les années à stagner dans un état moyen. "Je faisais avec" comme on dit. Je me croyais même plus heureuse que la moyenne. Jusqu'au jour où j'étais trop malheureuse.... Alors je quittais tout, compagnon de vie, statut social, travail, employeur... Et je changeais de vie, nouveau cadre, nouveaux visages...
Je n'étais toujours pas en quête. J'en avais eu juste marre... Il fallait que cela cesse. Mais c'était un éternel recommencement.

Et une amie est venue me chercher pour partager sa quête: Entrer sur son chemin spirituel. Avec mon insouciance de l'époque, j'ai sauté le pas. Et là, ont été les pires années de ma vie. J'ai appris beaucoup, mais a coup de pelles et de pioches. La spiritualité new âge gouroutisante et annihilante. Mon corps et mon âme hurlaient puis pleuraient à l'intérieur de moi. Le réveil était imminent.
C'était tellement violent que j'ai du me couper de ces personnes définitivement. Jusque là, je gardais des liens d'amour. Là, ma survie morale et physique en dépendait. J'étais devenue un zombie.

Un jour, j'en ai eu marre d'en avoir marre. Et je n'ai pas simplement dit stop à la situation, j'ai dit stop à ce complot intérieur qui visait à me faire accepter l'inacceptable. J'ai dit NON à mon ego.

Ma vie n'a plu été pareil ensuite. Fini l'insouciance. J'ai commencé à me poser des questions sur moi apres avoir passé tant de temps à m'en poser sur le monde et sur les autres... Il était grand temps de tourner mon regard vers moi. Il m'a fallu 10 années pour retrouver mon centre et devenir enfin auto-référente. 10 ans encore en allant chercher la vérité à droite et à gauche sans avoir confiance dans ma petite voix... Sans écouter d'abord mon cœur... Qu'elle est compliquée à lire cette carte au trésor... Elle a été réduite en pièce... et c'est vrai qu'il faut retrouver les pièces manquantes pour recoller les morceaux pour arriver enfin à trouver sa route. Il faut oser aller récupérer les pièces du puzzle parfois tombés dans les mains de l'ennemi... Il faut parfois apprendre sa langue, ses habitudes... Et nous l'avons fait dès l'enfance, en oubliant que ce n'était que momentanée... Nous avons oublié le plan...

  • L'heure de son éveil

Le chemin est rude pour se souvenir de notre mission... Le corps en a la clé.

C'est une erreur de vouloir accompagner quelqu’un dans son éveil. C’est manquer de discernement. C’est échapper à ses devoirs, c’est manquer à ses responsabilités. Nous allons le conduire sur notre chemin d’ego qui va l'éloigner du sien. Nous avons tous notre propre quête à mener. C'est aussi inutile que de montrer le saint graal à un incroyant.

Ma mère avant de mourir, m'a amenée sur ma route. Les mourants nous apprennent beaucoup sur nous. Ils ont la vérité en eux, aux portes de la mort. J'ai accompagné 4 personnes dans la mort. Ces êtres m'ont fait grandir par leur silence, leur non attente, leur simplicité, leur vérité. Ils ont été mes exemples. J'ai trouvé la force de me retrouver seule avec ma vérité. Leur exemple à chaque fois, m'a permis d'avoir le courage de regarder ma vérité en face.
J'ai pu dans la paix aller vers cette découverte de moi, avec la confiance innée de ces personnes, un non jugement sur moi et sur ce qui j'étais à ce moment là.

Et si l'éveil c'était accompagner l'autre à accepter de regarder sa vérité en étant simplement avec amour et bienveillance dans la nôtre? Si l'éveil, c'était le courage de réunifier ces forces, de se rassembler, d'aligner le corps, le mental et l'âme?

Je suis le changement que je souhaite dans le monde... Et dès lors mon univers s'éveille à la vie...

Vous avez aimé ce texte et bien partagez le sur vos Facebook 
et/ou par mail... 

Le piratage de mes sites a coupé le lien avec mes abonnés... 
Retissons la toile de l'entraide
Partageons à nouveau nos états d'âme ensemble... 
Passons le relais d'amour autour de nous...
Retrouver 102 mots du quotidien pour travailler sur vous 
et vous aider à une introspection  :
"L'abécédaire de l'accompagnement de l'Etre"  de 304 pages
Je vous 💗

Pour le commander, c'est ICI

E comme Eveil

Voir les commentaires

2015-09-20T10:11:24+02:00

R comme Réincarnation

Publié par Marie-Lore
L'abécédaire de l'accompagnement de l'être page 218

L'abécédaire de l'accompagnement de l'être page 218

des-news....gif

Une vie après la mort?

Nous sommes tous très partagés sur la possibilité de revivre une autre vie après notre mort. Mourir et devenir cendre semble être la plus probable des évolutions. Et si ce n'était pas le cas? Si nous avions la possibilité de revenir et faire une autre expérience? Et si notre âme une fois sortis de notre corps avait la possibilité de se reprogrammer une naissance pour tenter l'aventure une autre fois? Comment cela se passerait-il?Je n'ai cessé de recevoir des messages depuis 25 ans à ce sujet. Les voici.

A notre mort, une fois sortie de notre corps, notre âme prend le temps nécessaire pour digérer et intègrer sa vie passée.

Une éternité avant de se réincarner

Elle prend parfois des siècles avant de se réincarner. Ce temps est nécessaire, entre deux vies, pour prendre conscience de ce qu’elle a envie de vivre désormais ou de ne plus recommencer. Elle décide de ce qu'il lui semble juste de passer comme étape à son incarnation suivante, pour se sentir plus à sa place, au milieu des autres. Elle va s’approcher petit à petit du nirvana … Notre choix d'âme est la quête du bonheur en expérimentant notre libre arbitre.

Elle choisit ensuite parmi des millions d’âmes, les parents les plus susceptibles d'être les miroirs incontournables de ce qu'elle a envie de devenir et/ou de transformer chez elle. Ils sont nos premiers modèles, choisis avec soin et amour, pour revenir vivre cette nouvelle expérience terrestre. L'amour étant au cœur de notre décision d'âme, leurs expériences de vie quotidienne et leurs personnalités uniques vont être d'excellents guides pour tracer notre chemin. Ces âmes se connaissent et savent qu'elles vont s'aider mutuellement au cours de se parcours de vie.

Les rendez-vous pris

Nous donnons rendez-vous à de nombreuses âmes avec lesquelles nous avons envie de faire un bout de chemin pour grandir ensemble. Après plusieurs vies communes, on se connait bien.

Dans nos vies antérieures, nos rôles précédents nous ont appris beaucoup de choses sur nous. Nous revenons vivre un autre scénario avec un schéma différent pour essayer autre chose avec toujours comme base l'Amour (La haine est une autre expression de l'amour dans une vibration plus basse).

Parents-enfants, amoureux-amant, ou frère-sœur dans la vie précédente, cette relation n’a peut-être pas été le meilleur schéma pour évoluer dans la douceur comme espéré. On a essayé précédemment de cette manière, dans la vie suivante on choisira d'autres scénarios à vivre avec les mêmes âmes dans une configuration différentes. Nous avons beaucoup de points communs et ces âmes nous touchent intimement... Nous oublions tout quand nous nous réincarnons pour faire cette expérience avec un esprit neuf.

Ne renions pas nos parents ou les personnes avec lesquelles nous avons eu une grande affinité ou difficulté un jour. Cela n'est qu'un rendez-vous manqué ou une expérience riche d'enseignements. On est passé très prêt de résolutions imminentes. On dénouera dans une vie postérieure la même chose autrement ou dans cette vie là avec une autre âme... Un autre rendez-vous. Ce n'est que partie remise. On n'est pas encore prêts à vivre certaines choses, ce n'est pas grave, on s'y est frotté, c'est un bon commencement. Le temps n'existe pas du point de vue de l'âme. Seule l'expérience compte. On reprendra rendez-vous ou pas. On se cherchera et se retrouvera dans une autre vie avec un regard différent si on en a envie.

Quand chacun est conscient que son âme, son corps et son esprit sont reliés, on porte un regard différent sur sa vie et sa part de responsabilité. On ne se comporte plus en victime. On grandit ensemble, il n’y a plus de ressentiment ou de colère. On se transforme, on se soutient, on apprend ensemble. On sait qu'on est les miroirs des autres et les autres sont le reflets de nos qualités et défauts. Ce qui nous agace ou nous touche chez notre voisin est forcément inscrit en nous. C'est un bon indice pour se trouver et se définir, pour enlever les couches qui nous engluent ou s'élever vers un autre soi plus en résonance avec ce que nous ressentons au fond de nos tripes.

Le meilleur moment pour naître

On choisit aussi le moment opportun de naître et le meilleur endroit dans le monde qui favorisera notre compréhension de notre être et de notre état d'humain intelligent et aimant avec l'histoire en cours et les croyances collectives de notre environnement.

Quand on a largement expérimenté ce qu'on n'est pas, quand on a fait l'expérience de la douleur psychologique dans notre psychisme et la souffrance physique dans notre chair, on finit par concilier l'esprit et le corps. On choisit enfin de vivre heureux et en en paix avec notre univers.

Notre incarnation peut se vivre de plus en plus dans la douceur comme un grand jeu où l'on commence à connaitre les règles au fil du temps et à jongler avec elles avec plus de facilité. On peut alors consciemment choisir un pion différent pour nous représenter, une autre technique de jeu ou des autres partenaires de jeu pour prendre de plus en plus de plaisir à jouer avec les autres et à perfectionner son propre jeu pour trouver sa place, pour vivre l'instant présent serein.

Quand on croit qu'on naît, vit et meurs en devenant poussière, c'est minimiser notre puissance d'être humain et refuser de voir notre libre arbitre.

Quand on accepte de considérer possible cette succession d'incarnations, on entre dans une responsabilité conscience de l'impact de nos pensées, paroles et actions sur le monde qui nous entoure. On ne fonctionne plus de la même manière. On pardonne plus facilement les imperfections des autres et leur inconscience. On est moins percuté par les évènements, on sait que tout est juste.

On trouve la vie de plus en plus belle. C'est magique quand on sait que l'âme agit.

R comme Réincarnation

Voir les commentaires

2013-01-10T12:01:00+01:00

Les souhaits planqués

Publié par Marie-Lore

images (2)Ce matin, nous avions une conversation dans la baignoire ensemble mon chéri et moi. Beaucoup de nos grandes décisions sont prises dans le bain ou à la piscine... C'est un endroit propice pour moi pour les échanges verbaux depuis toujours. Je suis en astrologie du signe du poisson, ça doit venir peut être de ce signe d'eau et comme mon compagnon est aussi un signe d'eau... Je crois que nous installerons nos bureaux un jour dans une piscine ou juste à coté...

Bref je lui parlais du projet de quelqu'un que nous connaissons et il me disait "il y a une attente sur nous?" et je lui répondis: "Non, je ne crois pas, il n'y a pas d'attente, c'est plus un souhait planqué"

Il a rigolé et m'a dit, "Ah là tu as une bonne définition pour ton abécédaire de A comme ATTENTE"

J'ai souri et je me suis entendu penser, "Oui, une attente est un souhait planqué qu'on ne conscientise pas forcément et qu'on exprime pas verbalement aux personnes concernées qui sentent bien malgré tout une attente sur eux...

Alors j'avais déjà écrit sur l'attente voici un lien en plus sur nos souhaits planqués...

A comme ATTENTE

Voir les commentaires

2012-11-13T10:14:00+01:00

H comme Harcèlement moral

Publié par Marie-Lore

des-news....gifLe harcèlement moral se manifeste par des doutes, des reproches, des critiques, des jugements distillés sur le dos d'une personne avec constance et sur une très longue période. Ces petites attaques pernicieuses et perfides sont faites sur les compétences professionnelles et les valeurs humaines de cette personne. Le but  étant d'anéantir celle-ci pour qu’elle disparaisse, se taise, arrête de prendre autant de place, d'importance. Elle devient gênante pour celui qui distille son venin en toute impunité.

Le harcèlement moral touche particulièrement les passionnés, avec une forte conscience professionnelle et les hypersensibles empathiques. Les autres sont insignifiants pour le harceleur et ne font d'ombre à aucun Ego. Ils ne leur trouvent aucun intérêt si ce n'est de les utiliser en leur demandant de prendre partie pour eux en leur faisant miroiter des évolutions professionnelles ou affectives. Ceux qui ne se positionnent jamais, sont facilement manipulables. Un vrai jeu d’enfant. Les autres, les hypersensibles passionnés, c'est plus compliqué... C'est par petite dose... C'est un travail de longue haleine qui porte toujours ses fruits. On réussit toujours à mettre à terre la personne visée.

Le résultat est un dégoût du travail et de son implication humaniste. On ne perd pas réellement confiance en soi, on perd le goût du travail. On s'éloigne du plaisir de travailler puisque les remarques qu'on nous distille à petite dose régulière déclenchent des émotions négatives. Inconsciemment, c'est comme si on savait qu'on allait avoir mal en faisant ce qu'on aime. Alors plus le temps passe et plus cela devient difficile de faire notre travail et de nous y rendre. Une conspiration silencieuse se ligue contre nous et se met en place à notre insu. On ne se rend compte de rien, tellement c'est fait de manière calculée, dans notre dos, dans le but de nous nuire.

Pourquoi est-on harcelé?
Parce qu'on dérange. Notre implication professionnelle, notre passion pour l'humain, l'amour du travail bien fait et notre générosité sans pareil fait de l'ombre aux frustrés, aux irresponsablex colériques, aux incompétents, au petit chef sans envergure, au Ego grandes gueule qui parlent beaucoup et agissent peu, ceux qui ne possèdent pas le quart de nos qualités humaines. On dérange, on voudrait nous faire taire, nous écraser. On suscite de la jalousie, de l'envie, de l'admiration et tout ça génère de la colère chez l'autre, de l'impuissance, de l'insatisfaction. Alors un long travail de sape commence.

On finit par craquer et plus pouvoir continuer notre activité. Même en quittant notre travail pour un autre, un poids invisible pèse sur nos épaules. On pense "travail" et nos dents se serrent. On va au boulot à reculons jusqu'à en être malade.

On est abîmé sans qu'on ait pu vraiment s'en rendre compte, c'est ce qui fait la perversité du harcèlement  moral. Ce sont de petites remarques ou critiques insignifiantes qui nous font péter un jour un boulon. Prise à part, elles n'ont l'air de rien ces petites phrases assassines qui nous minent. Mises bout à bout, c’est une mise à mort préméditée. Un poison qu’on nous donne à petite dose jour après jour. Ces mots finissent par nous tuer à petit feu en nous empoisonnant l'existence et l'organisme.  On perd l’Amour du travail. Cela nous coupe de notre joie de vivre, on finit par tomber dans la déprime, puis la dépression. Cela peut entrainer un suicide puisqu’on finit par perdre gout à la vie.


Les harceleurs n'ont tellement pas le courage de dire en face leurs griefs et reproches qu'ils jouent un faux jeu de part et d'autres pour gagner le maximum de joueurs malhonnêtes de leur côté et usent de stratagèmes peu scrupuleux pour arriver à leur fin: faire taire le gêneur... Le mettre hors d'état de nuire à leur propre Ego!

Ils font disparaitre l’autre de peur de disparaitre eux-mêmes par le jugement qu’ils ont d’eux-mêmes. Un comble…

Voir les commentaires

2012-10-26T13:30:00+02:00

L'abécédaire de la voyante: R comme Raison

Publié par Marie-Lore

des-news....gifSouvent je vous entends me dire: "J'ai préféré choisir la voix de la raison" ou "La voix de la raison me pousse à choisir cette direction!"

Pourquoi suit-on cette fameuse voix? Est elle la même que notre petite voix intérieure?
Y a t il "La Voix " et « la petite voix"?

Je constate la confusion et le chaos entre les deux chez chacun d’entre nous.

La première, venant de la raison (donc du cerveau qui raisonne) possède plus de force dans son timbre, parce qu'elle repose sur des réflexions très poussées. Le cerveau cogite et s'agite des heures, voir des semaines sur une même question en extrapolant diverses scénarios. Quand l'un d’entre eux  nous semble raisonnable, nous abdiquons.
La seconde, cette autre petite voix, celle que l’on reçoit dans le corps, tombe (sous le sens) dune manière inopinée. C'est une perception qui arrive pendant un moment de recul, de calme mental, de pause, de repos... de créativité... Quand on ne s’y attend pas. Elle ne repose sur  aucune réflexion. Cette petite voix, on ne l'entend pas avec des mots verbalisés, des phrases bien construites et intelligentes mais au travers d'un ressenti, d’une émotion, d’une perception qui survient à l’improviste et résonne dans tout notre corps comme une évidence, comme l’écho de la sagesse.

Pourquoi le commun des mortels préfère-t-il faire confiance à la raison plutôt qu’à ses émotions ? A une réflexion plutôt qu’à une évidence ? A son cerveau plutôt qu’à son corps?
Parce que notre corps est le berceau des émotions.  Ce sont les émotions que nous percevons qui nous font nous sentir vivant mais aussi être bien ou mal dans notre peau. Positives ou négatives, elles nous bouleversent, nous perturbent et nous déstabilisent, si nous ne sommes pas posés et ne savons pas les gérer au quotidien quand elles se présentent. Le mental agit en garde du corps. Il cherche à nous donner un semblant d’équilibre rapidement. Il vient nous aider à contrôler ces bouleversements, à les maîtriser, à nous faire nous sentir stable. Et cela depuis notre plus tendre enfance. Il a été notre réflexe de survie au milieu des grands.

La raison nous aide à atténuer l’émotion qui monte parce qu’on ne nous a pas appris petit, à gérer nos émotions. On nous a demandé d’en faire abstraction.

"Arrête de pleurer, tu es un grand maintenant", "Ne ris pas aussi fort, qu’est ce que les autres vont penser" "Tiens-toi tranquille" "Ne fais pas de vague" "Tais toi et pardonne" "Oublis ce que tu as vu" " Ne le répète à personne" "Si tu pleures, je t'en colle une" "Fais moins de bruit, tu vas déranger les autres», « Arrête de gigoter, on dirait une mauviette.", "Arrête de te plaindre, tu n’es pas le(la) seule à souffrir"...

Du coup, en grandissant, nous avons envie de nous montrer forts. Nous sommes programmés pour être équilibrés quoi qu’il arrive. Nous ne voulons pas (et ne pouvons pas) paraitre fragiles. Les êtres sensibles sont faibles. Nous refusons de rester longtemps sur le coup de l’émotion. De toute manière, notre cerveau une fois les scénarios en place, lance son programme quoi qu’il arrive…

Dès lors, si une émotion vient nous frapper à l’improviste, nous utilisons notre raison immédiatement et non notre intuition. Nous nous agitons au lieu de nous poser. 

L’intuition se vit dans un état de calme, de paix intérieure, de repos. Elle demande à notre corps, un état de confiance pour venir se lover. Cette petite voix intérieure résonne comme la voix de la sagesse quand on est posé. C’est juste indiscutable. Seulement, elle nous demande souvent de nous dépasser, de prendre nos responsabilités pour évoluer. Et là, le bas blesse, nous allons devoir sortir de notre zone de confort et aller vers l’inconnu. Allons-nous être aussi forts dans cette nouvelle étape ?

Notre raison fait appelle à notre mental, à notre cerveau. La raison se met en route n’importe quand, n’importe où, en une fraction de seconde. Elle rassure, elle rationalise. Elle nous fait nous sentir normal, acceptable par la société. Elle lisse nos émotions et nous maintient dans notre zone de sécurité que nous connaissons par cœur et que nous maitrisons depuis l’enfance. Elle noit le poisson surtout dans une mer agitée et trouble.

Un secret ?

La raison fait suite à une intuition et non l’inverse…  Alors si vous avez envie de vous relier à votre intuition et entendre votre petite voix intérieure plutôt que la voix de la raison, prenez le temps de vous posez et faites du bien à votre corps. Il est le porte-parole de votre petite voix !

Voir les commentaires

2012-09-12T09:37:00+02:00

L'Abécédaire de la voyante: E comme ENERGIE

Publié par Marie-Lore

des-news....gif"Faites le plein d'énergie!"
"Je n'ai pas la patate"
"Je suis vidée"
"On m'a pompé toute mon énergie aujourd'hui!"
"J'ai de l'énergie à revendre"
"Je suis une pile électrique"
"Je suis down"
"Je suis à fond!"
"Je me recharge dans la nature"

"Mes réserves sont vides, je suis épuisé"
"Je me suis sentie vampirisé comme si on me suçait la moelle."
"Je suis à plat"
"J'ai deux de tension"
"J'ai grave la pêche"

"Je sens beaucoup d'énergie chez toi"

"Les arbres me donnent beaucoup d'énergie" 
"Je n'ai pas un pète d'énergie"
"J'ai une pêche d'enfer!"
"J'ai un coup de barre!"
"Tu as une énergie de dingue, on dirait que tu as mangé du lion"
"Tu pètes le feu!"
"J'ai l'encéphalogramme plat!"
"Je me sens rechargée à bloc."


Avec toutes ces expressions que vous devez connaitre et employer aussi bien que moi (Et je suis sure que vous en connaissez encore bien d'autres), venez m'expliquer que vous ne comprenez pas ce mot qui est si couramment utilisé dans notre vocabulaire... Je sens que nous captons très bien sa signification... 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog