Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #a voir et a lire catégorie

2016-09-30T12:50:07+02:00

E comme Eveil

Publié par Marie-Laure Staudt
E comme Eveil
  • Une autre programmation

L'éveil, c'est ce pour quoi nous sommes tous programmés en naissant, pour retrouver le chemin vers la source. Nous oublions en grandissant notre mission, dans une partie de notre mémoire. Mais nous savons tous, de façon innée, que le monde doit s'éveiller, qu'il doit regarder la vérité en face pour commencer sa transmutation.

Les événements de la vie n’ont de cesse de me montrer à quel point il est inutile d'essayer de montrer ou de faire comprendre l'importance de l'éveil aux autres. Celui qui a envie de trouver la vérité, d'avancer, de faire changer le monde, a sa propre quête à poursuivre.
Il va de lui-même, un jour, s'intéresser à apprendre puis à comprendre les mécanismes de la vie. Puis il va entrer dans sa quête personnelle du bonheur pour être heureux.

  • Le réveil émotionnel

Notre cerveau accepte de changer de stratégie qu'en voyant la douleur émotionnelle se réveiller.

Notre quête commencera, quand la dose de ras le bol aura contaminé notre zone de confort. Nous tenons bon, dans une situation moyenne, tant qu'elle ne nous rend pas trop malheureux. Nous devons avoir une bonne dose de résignation injectée dans nos veines... Une capacité physique et psychologique, qui nous conditionne à supporter la même situation désagréable à répétition.
Nous avons enfuis nos émotions en nous, grâce à ce mental qui conspire contre nous, pour notre sécurité. L'âme et le corps en sont les gardiens.
Le cerveau a été très efficace lorsque enfant, nous n'arrivions pas à comprendre pourquoi maman reniait notre ressenti et pourquoi les adultes eux-mêmes, se coupaient de leur états émotionnels...

Ne pas pouvoir exprimer nos émotions, ne pas être compris et acceptés avec cette sensibilité naturelle, à été violent à vivre. Comment agir d'une manière juste sans les émotions ? Comment détecter le danger sans ces précieux gardes du corps? Nous avons coupé la liaison avec nos alarmes internes dès la petite enfance pour nous préserver face à la dureté du monde.
Privés de ces alertes naturelles, l'intelligence de notre cerveau a pris le relais. Celui-ci a le don d’inventer des stratagèmes efficaces, capables de paralyser les nouvelles émotions qui pourraient naître, en les cristallisant immédiatement dans notre corps.
Il nous a orienté à jouer différents rôles pour éviter de nous retrouver confrontés aux mêmes blessures émotionnelles qui nous ont ébranlés jadis. Nous avons tournés alors notre regard vers l'extérieur. Ainsi nous ressentons moins à l’intérieur de notre corps ces états émotions parfois effrayants que personne ne nous expliquait quand nous avions deux, trois ou quatre ans...
Depuis, nous avons appris à jouer la comédie, la grande tragédie de notre vie, l'incroyable histoire de notre réussite ou la merveilleuse épopée du super héros.
Nous avons trouvé des tactiques pour désamorcer temporairement ces bombes émotionnelles à retardement... Le mental est doté d'une intelligence sans pareil pour nous détourner de notre ressenti ad vitam aeternam.
Maman était toujours triste et insatisfaite? Et bien nous étions tantôt un vrai clown pour la divertir, tantôt très gentils pour la voir heureuse. Surtout, il fallait trouver le moyen de ne pas être bouleversé par notre ressenti. Nous nous sommes mis dans la peau d'un autre... Nous avons copié tant bien que mal le comportement de certains adultes, à notre façon, avec nos petites années d'expérience, avec notre nature singulière.
Papa était souvent en colère et préoccupé? Nous étions le meilleur élève de notre section pour qu'il soit fier de nous et plus calme à la maison... Nous étions capables de suivre sa carrière par résignation, pour lui donner une raison d'être content dans sa vie.
Ces stratégies sont candides et débranchés du cœur pour rester dans une certaine insensibilité, surtout au manque d'amour... Nous risquerions de mourir en sentant tant de haine et en voyant tant d'horreurs dans ce monde... Le mental nous coupe de la conscience pour un temps. Jusqu’au moment où nous serons assez costauds pour regarder en face la vérité du monde.
Ces parades que nous avons finalement adoptées, font que nous arrivons tant bien que mal à voguer au milieu de la tempête pendant plusieurs décennies... Nous connaissons par cœur notre place sur le pont. Le but pour bien naviguer sans trop risquer de chavirer, est de voguer sur les mêmes mers, aux abords de rivages familiers. Nous allons par réflexes nous mettre en cale sèches aux mêmes ports et nous amarrer à la même bite d'amarrage, histoire de ne pas être pris au dépourvu et de savoir mener notre barque. Nous saurons gérer, nous sommes en territoire conquis. C'est un jeu d'enfant...
Le cerveau peut longtemps utiliser ces techniques de contrôle des émotions, dénichées dans notre enfance. En fait, il peut les répéter à l'infini jusqu'à notre dernier souffle... Sans que nous en soyons conscients. Nous avons abandonné les manettes de notre vie à notre mental... C'est lui le patron, le capitaine du navire, le maître à bord... Il en oublie le reste de l'équipage à terre. Tant qu'il ne mesure pas le poids de notre souffrance d'adulte, tant qu'il ne constate pas que ses moyens de défense ne cachent plus nos peurs, notre peine ou notre désappointement d'enfant, il ne baisse pas la garde. Il ne nous aide pas à sortir de nos zones de confort, qui deviennent malgré tout de plus en plus étroites et nous enserrent petit à petit jusqu'au jour où nous risquons de voir s'écrouler les falaises sur nous, d'éventrer notre paquebot sur les rochers... Continuer ainsi devient dangereux.
L'âme vient à la rescousse quand le SOS est lancé (save our saoul) par le corps. Et c'est alors que tous les trois nous poussent à l'éveil...

  • Le point de départ de ma quête

Avant je vivais ma vie. Je n'étais pas complètement heureuse. Je changeais souvent de métier, de partenaires, de maison. Je tournais en rond tout en courant inlassablement pour boucler mon agenda qui débordait de tâches. Je passais par des grandes phases de déprime. Avec le recul je peux le dire et le reconnaitre maintenant.
Pourtant j'étais une fille d'apparence joviale et conviviale.
J'étais en permanence dans une envie d'être mieux mais tiraillée par l'insatisfaction qui recouvrait mon désir de bonheur. Je m'habituais avec les années à stagner dans un état moyen. "Je faisais avec" comme on dit. Je me croyais même plus heureuse que la moyenne. Jusqu'au jour où j'étais trop malheureuse.... Alors je quittais tout, compagnon de vie, statut social, travail, employeur... Et je changeais de vie, nouveau cadre, nouveaux visages...
Je n'étais toujours pas en quête. J'en avais eu juste marre... Il fallait que cela cesse. Mais c'était un éternel recommencement.

Et une amie est venue me chercher pour partager sa quête: Entrer sur son chemin spirituel. Avec mon insouciance de l'époque, j'ai sauté le pas. Et là, ont été les pires années de ma vie. J'ai appris beaucoup, mais a coup de pelles et de pioches. La spiritualité new âge gouroutisante et annihilante. Mon corps et mon âme hurlaient puis pleuraient à l'intérieur de moi. Le réveil était imminent.
C'était tellement violent que j'ai du me couper de ces personnes définitivement. Jusque là, je gardais des liens d'amour. Là, ma survie morale et physique en dépendait. J'étais devenue un zombie.

Un jour, j'en ai eu marre d'en avoir marre. Et je n'ai pas simplement dit stop à la situation, j'ai dit stop à ce complot intérieur qui visait à me faire accepter l'inacceptable. J'ai dit NON à mon ego.

Ma vie n'a plu été pareil ensuite. Fini l'insouciance. J'ai commencé à me poser des questions sur moi apres avoir passé tant de temps à m'en poser sur le monde et sur les autres... Il était grand temps de tourner mon regard vers moi. Il m'a fallu 10 années pour retrouver mon centre et devenir enfin auto-référente. 10 ans encore en allant chercher la vérité à droite et à gauche sans avoir confiance dans ma petite voix... Sans écouter d'abord mon cœur... Qu'elle est compliquée à lire cette carte au trésor... Elle a été réduite en pièce... et c'est vrai qu'il faut retrouver les pièces manquantes pour recoller les morceaux pour arriver enfin à trouver sa route. Il faut oser aller récupérer les pièces du puzzle parfois tombés dans les mains de l'ennemi... Il faut parfois apprendre sa langue, ses habitudes... Et nous l'avons fait dès l'enfance, en oubliant que ce n'était que momentanée... Nous avons oublié le plan...

  • L'heure de son éveil

Le chemin est rude pour se souvenir de notre mission... Le corps en a la clé.

C'est une erreur de vouloir accompagner quelqu’un dans son éveil. C’est manquer de discernement. C’est échapper à ses devoirs, c’est manquer à ses responsabilités. Nous allons le conduire sur notre chemin d’ego qui va l'éloigner du sien. Nous avons tous notre propre quête à mener. C'est aussi inutile que de montrer le saint graal à un incroyant.

Ma mère avant de mourir, m'a amenée sur ma route. Les mourants nous apprennent beaucoup sur nous. Ils ont la vérité en eux, aux portes de la mort. J'ai accompagné 4 personnes dans la mort. Ces êtres m'ont fait grandir par leur silence, leur non attente, leur simplicité, leur vérité. Ils ont été mes exemples. J'ai trouvé la force de me retrouver seule avec ma vérité. Leur exemple à chaque fois, m'a permis d'avoir le courage de regarder ma vérité en face.
J'ai pu dans la paix aller vers cette découverte de moi, avec la confiance innée de ces personnes, un non jugement sur moi et sur ce qui j'étais à ce moment là.

Et si l'éveil c'était accompagner l'autre à accepter de regarder sa vérité en étant simplement avec amour et bienveillance dans la nôtre? Si l'éveil, c'était le courage de réunifier ces forces, de se rassembler, d'aligner le corps, le mental et l'âme?

Je suis le changement que je souhaite dans le monde... Et dès lors mon univers s'éveille à la vie...

Vous avez aimé ce texte et bien partagez le sur vos Facebook 
et/ou par mail... 

Le piratage de mes sites a coupé le lien avec mes abonnés... 
Retissons la toile de l'entraide
Partageons à nouveau nos états d'âme ensemble... 
Passons le relais d'amour autour de nous...
Retrouver 102 mots du quotidien pour travailler sur vous 
et vous aider à une introspection  :
"L'abécédaire de l'accompagnement de l'Etre"  de 304 pages
Je vous 💗

Pour le commander, c'est ICI

E comme Eveil

Voir les commentaires

2013-01-30T07:52:00+01:00

Site à visiter avant sa disparition

Publié par Marie-Lore

nrj....jpgJe change de plateforme bientot... 

J'ai découvert tardivement un site qui lui va disparaitre le 31 janvier à minuit. C'est l'année du renouveau on dirait!

Je ne peux que vous inviter à aller y jetter un oeil, même deux! Ne faites pas comme moi, cela fait des semaines qu'on m'en parlait... 

Le mien restera accessible. Une sorte d'archive de notre parcours ensemble :o).

C'est ICI

"Ne crois rien parce qu'on t'aura montré le témoignage écrit de quelque sage ancien. Ne crois rien sur l'autorité des maîtres ou des prêtres.

Mais ce qui s'accordera avec ton expérience et,

après une étude approfondie,

satisfera ta raison et tendra vers ton bien et celui des autres êtres vivants, cela tu pourras l'accepter comme vrai et y conformer ta vie."

Siddhârta Gautama (le Bouddha historique)

Voir les commentaires

2012-04-21T10:23:00+02:00

"Cloclo" le film!

Publié par Marie-Lore

claude-francois-le-mal-aime.jpg


J'ai vu il y a 15 jours le film « Cloclo » sur Claude François. Ce film m'a bouleversée. J'avais juste 8 ans quand il est mort. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant 2 ans en écoutant en boucle, ses 33 tours sur mon tourne disque dans ma chambre d'enfant. En grandissant, je n'ai jamais compris cette tristesse que j'avais pour cet homme, une célébrité apparament comme bien d'autres, qui a  défrayé la chronique  avec ses nombreuses conquêtes amoureuses. « Public » ou « Voici » de serait régalé aujourd'hui... J'étais trop jeune pour être amoureuse de lui à 8 ans... Pourquoi me touchait-il tant?

En regardant ce film j'ai pleuré pendant deux heures, touchée par même tristesse qu'avant, enfant quand j'écoutais ses chansons. Et j'ai compris la raison de cette émotion en découvrant son enfance dans ce film.

Claude François était issu d'une famille plutôt bourgeoise avec un père absent et surtout très exigent envers ses enfants. On remarque vite le manque d'amour spontané de ce parent et le grand besoin d'amour et les attentes de ses enfants de recevoir de l’attention de ce père tant aimé et adulé. On sent très vite la peine qui nait dans leur cœur.  Cette peine a fait écho à mon état d'enfant hypersensible qui avait besoin de compréhension et non d'exigences sur moi. Je retrouve la même éducation à l'ancienne formatée pour fabriquer de bons enfants soumis à l'autorité des parents, calme et bien éduqués à dire bonjour et merci aux grands, des enfants élévés à être la fierté de la famille.

J'ai retrouvé chez lui, la même envie, cet engouement de vouloir faire plaisir aux adultes qu’on aime, pour les satisfaire et recevoir un sourire, un compliment, une reconnaissance que je n'avais que rarement. Selon eux, je pouvais toujours mieux faire et pourtant je faisais du mieux que je le pouvais.

J'ai vu sur Cloclo, les conséquences de cette éducation castratrice des émotions d’un enfant. J'ai vu ce que nous devenions adulte si nous ne comprenions pas la nécessité de se débarrasser de ce besoin de reconnaissance et d'amour, par manque d’amour. J’ai compris encore plus l’importance du travail sur soi pour se couper de cette attente, de ce perfectionnisme aigu qu’on finit par adopter en devenant exigent dans les petits détails du quotidien et le challenge de s'aimer soi même avant tout.

J’ai compris que petite, j’avais été émue par cet hypersensible qui me montrait déjà les dégâts sur un être humain du manque d’amour inconditionnelle des parents. A force de vouloir tout faire pour être aimé et satisfaire l’insatisfaction chronique de certains adultes proche de nous, on finit par ne plus trouver de plaisir, de satisfaction dans notre quotidien tellement on a pris l’habitude de mettre la barre trop haute. On devient insatisfait soi-même, on finit par poser des exigences sur notre entourage qui entre dans le même engrenage. On n’arrive plus à être dans l’amour inconditionnel pour nous même. On se juge mal tout le temps. On finit par penser qu'on pourrait mieux faire! 

On cherche tous l'amour, on a tous besoin d’amour, c'est notre quête d'être humain.

J'ai vu sans demande d'aide comme on s'enferme sur soi, comme on ne supporte plus de faire des erreurs. On pose des attentes sur soi, sur les autres. Les aimer tel qu’ils sont, ne suffit pas à nous rendre heureux, on voudrait qu’ils soient parfaits selon nos critères de perfection… Et si ce n’est pas le cas ? On ne les aime plus, ou moins…

« Si tu ne fais pas ce que je crois bien pour toi je ne paye plus pour  les expériences que tu choisis de vivre toi même. » 

« Je ne te reste pas avec toi, tu n’es pas comme je voudrais que tu sois. »  

« Je ne te montrerai plus de considération. » 

« Je te retire ma protection financière puisque tu ne fais pas ce que je décides pour toi. »

Mon Dieu, je suis contente de travailler sur cette insatisfaction chronique depuis des années et d'en sortir peu à peu. Je suis heureuse de me satisafaire aujourd'hui d'un rien, d'aimer le monde comme il est, d'aimer nos différences, nos imperfections, nos erreurs, nos expériences, nos lenteurs, nos difficultés. Je suis contente d'être redevenu un être humain imparfait. 

Merci Claude François de m'avoir touchée autant et d'avoir laissé ce testament là. Aimons nous tel que nous sommes, des êtres remplis de défaults et de qualités avec ce merveilleux libre arbitre, cette capacité de changer de vie du jour au lendemain. Quelle chance!

 

 

Voir les commentaires

2012-04-17T12:09:00+02:00

"C'est pour ton bien"

Publié par Marie-Lore

photo--10-.JPG

 

Je lis en ce moment un livre d'Alice Miller" que m'a offert mon amoureux et j'ai le même choc que la première fois il y a 13 ans, quand j'ai lu le tome I de "Conversation avec Dieu" de Neale Donald Walsch. Je me suis dis au fil de ma lecture: "Je ne suis pas folle, une deuxième personne sensée, intelligente, qui parle avec des mots simples et compréhensibles par tous, ressent la même chose que moi à travers son expérience d'accompagnante sur notre vécu d'enfant."

C'est très difficile de s'écouter et de faire confiance à notre compréhension de l'humain, on est pris pour une personne décalée de la réalité, parce qu'on ne pense pas comme tout le monde. Quand on partage son ressenti des choses ou quand on s'appuie sur ses intuitions, alors que tous les livres et les gens « raisonnables » démontrent le contraire, je vous assure que ce n'est pas toujours facile à vivre. Quand on est accompagnante, qu'on se base sur son cœur, son ressenti, son expérience et son empathie plutôt que sur la raison ou sur des formulations toutes faites en se coupant de son empathie "pour ne pas faire de transfert", avoir confiance en son travail est un vrai challenge de FOI en soi et en l'Univers. C'est une remise en question permanente de notre travail, une évolution constante de notre manière de travailler qui attire aussi du coup, au fil des années, des personnes très différentes qui sont le reflet de nous même. Nous avons la responsabilité de bien comprendre notre propre vie parce que nous devenons des miroirs. Alors chaque jour, nous devons nettoyer ce miroir pour ne pas rester dans le flou.

Alice Mille, une psychanalyste, dans ce livre décrit très bien à l'aide de passage de livre d'éducation de tous les temps, à quel point cette fameuse éducation que nous avons tous reçu, nous éloigne de nos émotions et nous coupe de nous-mêmes en nous soumettant systématiquement et inconsciemment à une autorité supérieur à qui nous donnons tous pouvoirs. Adulte , nous avons tout oublier et nous ne comprenons pas pourquoi nous avons si peu confiance en nous...

Un sujet dont je parle beaucoup sur fééminine, que j'appelle "nos blessures d'enfant" et ces fameuses zones de sécurité que nous avons mises en place depuis tout petit pour nous protéger tant bien que mal des grands. Ces attitudes ne sont que des maigres protections enfantines qui ne correspondent plus à nos états d'adulte (le lissage, la bouderie, l'effacement, le dénie, la sur gentillesse, la soumission, le besoin de satisfaire...). Ces attitudes sont castratrices pour nous-mêmes et les proches qui nous entourent.

Pour moi le travail sur soi met en lumière nos blessures d'enfants et ces fameuses zones de sécurité qui finissent par nous étouffer. Le travail sur soi que vous choisissez d’entreprendre un jour avec moi, vous aide à repérer les scénarios anciens et  vous permet de trouver l'attitude juste pour vous sentir intègre et mieux dans vos baskets sans subir les comportements des autres.

Ce livre est à lire de toute urgence!

Alice Miller "C'est pour ton bien" (une phrase qui, j'en suis sure, résonne dans votre tête.)


Voir les commentaires

2012-01-18T10:05:00+01:00

Intouchable, le pied!

Publié par Marie-Lore

Je suis allée voir Intouchable ce merveilleux film que toute la France entière est entrain d’aller voir ou de revoir ! Rien qu'à mater la BAO du film, j'en ai des frissons!!!

Un film où l’on fait enfin passer l’humain avant la maladie. Ouf, enfin quelqu’un ose sortir de cet état de pitié qui nous fait tous contourner les malades pour ne pas être confrontés à leur handicap.... Enfin un film où l’on montre qu’il existe encore un être humain derrière la maladie.

J’ai ri dans ce film ! Je l’ai vu deux fois, la semaine dernière avec une ado de 16 ans et ce week-end avec ma maman. Et devinez quoi ? Dès mes premiers éclats de rire j’ai entendu « Chut » de leur bouche ????  J’étais éberlué à chaque fois.

Doit-on retenir sa joie ? Je vous le demande !

En tous cas merci pour ce film, je me suis sentie vivante dans ma joie de partager ces beaux moments ! Et dire que ces gens existent !!

Ne passez pas à côté du bonheur... de voir ce film!

Et si vous l'avez déjà vu, regarder cette vidéo!!! Les vrais en live!


Voir les commentaires

2011-07-07T05:51:00+02:00

Qu’est devenu TIPPI ?

Publié par Marie-Lore

Un blogueur m’a envoyé un lien il y aquelques temps, sur une vidéo d’une enfant vivant en Afrique dans les années 90. Elle m’a beaucoup plus cette vidéo, cette fraicheur d’enfant fait du bien à la tête.

Dans les heures qui suivaient, je suis restée branchée sur cette jeune fille et je l’a sentais pas très heureuse ?

J’ai fait des recherches sur le net et j’ai appris qu’elle est venue vivre avec ses parents à Paris en 2000. J’ai interrogé le blogueur qui m’a forwardé cette vidéo, mais je n’ai toujours pas de réponse.

Je suis sure que certains d’entre vous ont déjà vu cette vidéo.

J’aimerai bien avoir de nouvelles de cette jeune femme, Si jamais, par pure hasard…

 

En attendant, enjoy, votre cœur d’enfant va faire des bons de joie !! On était tous comme ça petit... Ou presque


Voir les commentaires

2011-05-16T15:51:00+02:00

"Source Code", le cinéma s'éveille ou nous éveille enfin...

Publié par Marie-Lore

photo--4-.JPGJe me régale en ce moment en allant au cinéma… Après « l’Agence », « Au-Delà », maintenant « Source Code », quel bonheur d’aller se faire une toile en ce moment !!

 Je n’avais heureusement pas lu le résumé du film avant d’y aller… Pas très ressemblant… Je me suis éclatée pendant tout le film.

Notre action du présent changerait-elle le passé ou notre action du passé changerait-il notre présent ? Notre action du présent changerait-il notre futur ?

Enfin le cinéma parle de notre fameux libre arbitre à toutes les sauces ! Miamm, je me régale…

Maintenant j’attends avec impatience la sortie demain de «The Tree of Life », celui là je sens que je vais l’aimer aussi ! On va bientôt aborder ensemble nos bobos anciens… Bons prémices…

J'espère que cette fois ci vous pourrez découvrir la BO du film juste en dessous ;o)

Je vous envoie plein de bises et merci de tous ces échanges que nous avons ensemble sur ma messagerie personnelle et sur mes blogs ou les vôtres ! Merci de votre implication…

Voir les commentaires

2011-02-26T10:40:00+01:00

Suivez "le Discours d'un Roi"

Publié par Marie-Lore

19634452.jpg-r_75_106-f_jpg-q_x-20110110_033550.jpgEn lisant le billet de Thalie sur un film qui vient de sortir, j'ai eu envie de le voir sur la toile. Merci à vous blogueurs de tous vos messages importants et de partager vos précieuses infos avec autant de générosité. Alors je me fais le relais de Thalis, son résumé  était parfait:

C'est ICI

Un film à voir pour comprendre tout ce qu'on nous cache.

Cette histoire me fait penser aux politiques qui consultent des voyants et des astrologues depuis la nuit des temps pour comprendre la stratégie de leurs ennemies... Et qui bien sur, devant un tribunal se garderaient bien de l'avouer...
La peur comme dirait mon médecin préféré, nous fait renier les gens qu'on aime...

Voir les commentaires

2010-11-06T20:04:00+01:00

Sortez « Les petits mouchoirs »

Publié par Marie-Lore

les petits mouchoirsHier soir j’ai été voir avec une bande de copines un film sur une bande de copain. En sortant on était tellement ébranlées qu’on est partie à minuit diner toute ensemble pour finir notre semaine sur une note plus gaie. On ne pouvait pas se quitter ainsi et aller se coucher. C’était le meilleur moment de la soirée.

Mon chéri ce matin m’a demandé si je voulais retourner  voir ce film avec lui « Les petits mouchoirs » de Guillaume Canet et j’étais incapable de lui répondre sur le coup.  « C’est un film à voir mais je ne l’achèterai pas pour ma vidéothèque ! » lui ai-je répondu…

« Violent au départ, violent à l’arrivée et drôle au milieu » ça c’était le résumé d’une de mes amies. Voila c’était un peu ça.

Tellement réaliste sur la vie de tous les jours avec nos mensonges, faux semblant que s’en était navrant et peinant.

 L’histoire raconte les vacances d’une bande de copains qui partent ensemble dans la villa de l’un d’entre eux au Cap Ferret en laissant leur super ami aux soins intensifs. Celui-ci venant de se prendre la veille de leur départ, un camion en pleine tête, il est défoncé, entre la vie et la mort à l’hôpital et eux décident de partir tout de même 15 jours en vacances. Ils vivent ce moment en continuant à vivre leur soucis du quotidien entre non-dits,  lissages et faux semblants sans se préoccuper des autres ni même de leur ami hospitalisé. Tout va bien au fil des jours… Sauf que…

Je me suis demandé si avec mes bandes de potes que j’ai eu tout au long de ma vie il se serait passé la même chose. Je vois que le temps que je prends pour moi depuis dix ans, me fait m’éloigner de certaines personnes. Aujourd'hui, je fuis les non-dits, les fausses relations et même si j’ai perdu beaucoup d’amis dans ce parcours, ceux qui sont là je les aime fort tels qu’ils sont et même si on ne se voit pas souvent, je sais que je peux compter sur leur soutien en cas de forces majeures et ça c’est ma plus grande chance dans la vie d’avoir de vrais amis avec des valeurs humaines profondes. Mes amis sont sincères et j’adore cette transparence que nous avons !

Merci mes amis d’être là et de m’avoir retrouvé dans cette vie ! Etre vrai dans ces temps sombre n'est pas chose facile, mais une fois traversée la zone floue... quel bonheur

Ce film est à voir une fois dans sa vie, oui. C'est ce que nous faisons avec nous un long moment de notre vie.

Préparez vos mouchoirs !

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog