Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2012-10-31T10:55:00+01:00

Happy halloween, un cadeau pour vous!

Publié par Marie-Lore

img007.jpg

Il y a 15 ans, un 31 octobre,  je tirais les cartes officiellement pour la première fois. Je suis entrée dans ce monde si particulier et étrange, le monde ésotérique et spirituel....

J’avais 27 ans, j’en paraissais 18. J’étais un OVNI dans cette profession. Je ne donnais pas de simples flashs qui me venaient parce que j’étais voyante, j’avais envie d'éclairer la vie des gens. Le chemin d’âme de chacun défilait sous mes yeux… Tout était cohérent et de bon sens… Le futur était la suite logique de ce que la personne choisissait de vivre aujourd’hui. Les consultations me révélaient le bon sens de la vie.

Tout est juste quand on arrive à prendre du recul. C’est cela la grande difficulté de l’être humain, son mental qui cherche à tout expliquer, rationaliser, disséquer… On ne cherche plus à ressentir ce qui est bon pour soi. On ne fait plus confiance à son corps qui nous donne les infos dans l’instant présent. Il suffit juste de s’assoir et d’écouter…. Pas de réfléchir… Le fameux lâcher-prise dont on parle tant dans les livres de développement spirituel… ;o) C’est si simple pourtant.

 

Est-ce que j'allais consulter moi-même auparavant?

photo.JPG

Bien sur que non, ma famille était trop catholique et bien pensante... C'était plutôt mal vu d'aller voir ces « charlatans »!
Si… en fait, j'allais consulter ma voisine qui tirait les cartes... La maman de mon amoureux d'enfance...
Je me prenais au jeu pour être plus près de lui jusqu'au jour où, à la fin d'une consultation elle m'a dit

 "Si tu as une question secrète, tu peux la poser dans ta tête" . Et bien sur, je n'ai pas pu m'empêcher de demander si on allait se marier... Et la réponse à été immédiate et sans concession...

« Alors là, c'est sur que c'est non! C'est très clair! »

À l'époque je ne poulais pas y croire. En même temps, ça semblait tellement manifeste vu le ton employé. Les larmes me sont montées dans les yeux à cette annonce. J'avais du garder mon sang froid et les ravaler vite fait… J'étais dans un fonctionnement de ne pas montrer mes sentiments à l’époque...
Et pourtant 20 ans plus tard cette prédiction s'est révélée exacte. Il est marié et moi je vis ma première longue histoire d'amour qui dure depuis des années...

Alors la voyance est elle une réalité?

Nous influence-t-elle?

Tout est-il écrit à l'avance?

N'avons-nous pas notre libre arbitre pour choisir notre vie?

Est-on prédestiné?

Bon je dois dire que si je n'avais pas fait confiance en la bienveillance de ma voisine, j'aurais été désespérée et traumatisée. Là j'ai accueilli le message et je l'ai digéré. J'avoue j'ai mis des mois, voir des années, mais ce message revenait sans arrêt. Surtout quand j'attendais derrière ma fenêtre de le voir passer dans la rue...  J'ai accepté de tourner la page grâce à cette phrase et surtout au ton employé. Cette certitude a mis fin à mes tergiversations…

Le plus difficile pour moi, à été de savoir sans comprendre et ça c'est le pire pour moi. C'est pour ça sans doute, que mes consultations sont à ce point faites pour expliquer, prendre conscience de ses responsabilités, sortir de l'état de victime. Et quand on ouvre les yeux sur l'impact de nos pensées, paroles et actions sur le monde qui nous entoure, on ne peut que devenir maître de sa destinée. On sent l'accord et le pacte incroyable qui lient notre être à l'Univers et que tout est parfait. Le bon sens devient notre plan de route.

Aujourd’hui est un grand jour, je sais que mon intuition forte de voyante m’a aidé à y voir clair dans ma vie et m’a guidé vers ma lumière. Je sais que c’est l’outil le plus utile dans ma guidance et dans mon positionnement d’accompagnante. Je sais aujourd’hui que mon travail est juste ça : Vous amenez vers votre INTUITION !

feedalloween.jpgPour fêter cette nouvelle, un cadeau pour vous:
Une consultation offerte à celui qui a envie de comprendre ce qui se passe en ce moment dans sa vie pour mieux maitriser sa destinée...

Inscrivez-vous juste en dessous, c’est à vous de jouer ! Tirage au sort ce week-end! ;o)

 

Merci à tous ceux qui m'ont soutenus et un énorme bisou à ma voisine qui m'a passé le relais ;o)

Voir les commentaires

2012-10-30T11:02:00+01:00

Donnons-nous la parole

Publié par Marie-Lore

"C'est quand on en a marre d'en avoir marre qu'on se décide à changer."la-vie-est-belle

Voici une phrase qui résume bien mes 15 ans de travail d’accompagnement… J’ai écrit il y a quelques jours un texte « la voix de la raison », dont voici un passage :
 « C’est quand nos fonctionnements ne nous rendent plus si heureux que ça, que nous décidons de faire taire la voix de la raison. C'est quand notre zone de sécurité devient trop inconfortable qu'on se doit d'ouvrir les yeux pour ne plus souffrir à nouveau comme quand on était petit... C'est le ras le bol du ras le bol qui nous fait bouger enfin! »


Nous sommes tous plus ou moins enfermés depuis l’enfance dans des scénarios qui se répètent à l’infini, même quand on décide de changer de vie… Ces scénarios ont été mis en place dès notre plus jeune âge pour nous protéger, nous aider à traverser les années sans trop de dégâts, pour nous permettre d’arriver à l’âge adulte et de nous prendre en main.

Un mail que je recevais récemment suite à mes textes sur mes blogs,  faisait état des nombreuses références que je fais à mon enfance. C’est vrai, je me sers de mon expérience pour vous parler. C’est vrai aussi que parfois je raconte vos vies en mettant « je » pour ne pas trahir ce que nous avons vécu en consultation. Comme vous êtes mon miroir et que je suis le votre, ce qui vous touche me touche, ce qui vous arrive m’est déjà arrivé parfois aussi. Je me permets d’en parler pour apporter une goutte d’eau à la source…

J’ai constaté en rendez-vous avec vos vies, que tant que nous n’avions pas fait la paix avec notre passé, tant que nous n’avions pas renoncé à nos attentes d’enfant et perçu  les transmissions d’adulte que nous avons reçues aussi, nous ne pouvions vivre heureux avec nous-mêmes et nous émanciper.

Avant de repérer ces scénarios, on agit comme des robots en pensant que toutes nos actions sont le fruit de notre nature profonde. Dame nature nous a fait ainsi et nous ne pouvons fonctionner autrement…

A ma grande surprise et à mon grand bonheur (vous savez, ma quête….) je constate qu’on peut changer sa personnalité. On peut choisir de fonctionner autrement.

Je me tourne vers vous aujourdhui.

 

Pourquoi allons-nous vers des spy, coach, accaompagnant, voyant, astrologue, prêtre, maître, enseignant, tuteur, gourou ?

Est-ce que nous n’arrivons pas à nous satisfaire de notre vie  ou parce que nous sentons dans nos trippe qu’on peut vivre plus heureux ?

 

Voila la réflexion que je vous propose pour finir ce mois d’octobre… J’écris en ce moment la synthèse de mes 15 ans d’accompagnements et avant de vous livrer mes écrits, je vous invite à la réflexion. Nos échanges m’aident toujours à voir d’autres horizons et à me remettre en question. 

Venez argumenter, réfuter, échanger, critiquer, valider, partager…

Invitez vos amis à venir mettre leur grain de sel, de sable,  ceux qui ne sont jamais d’accord avec vous, avec moi, ou ceux qui n’osent pas s’exprimer, ont peur de blesser ou tout simplement d’assumer leurs idées.

 

 

Venez anonymes et autres, donnons-nous la parole !

 

Voir les commentaires

2012-10-29T09:37:00+01:00

Pour rire... Je n'ai pas pu m'empêcher...

Publié par Marie-Lore

feefess--e.gifUn jeune curé, très angoissé, est incapable de prononcer un seul mot le jour de son premier sermon.
Il demande conseils pour être à la hauteur au sermon du dimanche suivant.
L'archevêque lui conseille de se verser quelques gouttes de vodka dans un grand verre pour se sentir plus détendu.
Le dimanche suivant, le jeune prêtre suit le conseil et réussit enfin à parler sans trac, ni paralysie. 
De retour à la sacristie, assez fière de lui, il trouve une lettre laissée par l’archevêque, ainsi rédigée :

Mon Fils

La prochaine fois, mettez quelques gouttes de vodka dans un grand verre d’eau et non quelques gouttes d’eau dans la bouteille de vodka.

D’autre part, je tiens à vous faire part des quelques observations suivantes, afin que vous amélioriez encore un peu vos prochains prêches.

* 1) Il n'est nul besoin de mettre une rondelle de citron sur le bord du calice.
* 2) Évitez de vous appuyer sur la statue de la Sainte Vierge et surtout, évitez de l'embrasser en la serrant étroitement dans vos bras.
* 3) Il y a 10 commandements et non pas 12
* 4) Les apôtres étaient 12 et non pas 7 et aucun n'était nain.
* 5) Nous ne parlons pas de Jésus Christ et ses apôtres comme de JC & Co 
* 6) Nous ne nous référons pas à Judas comme à ce fils de ... 
* 7) Vous ne devez pas parler du Pape en disant « Le Parrain » 
* 8) Ben Laden na rien à voir avec la mort de Jésus
* 9) Les murailles qui se sont effondrées au septième jour ne se trouvaient pas à Mexico mais à Jéricho
* 10) L’eau bénite est faite pour bénir et non pour se rafraîchir la nuque
* 11) Ne célébrez jamais la messe assis sur les marches de l’autel
* 12) Ponce Pilate a dit : vos histoires je men lave les mains et non je m’en bats les couilles 
* 13) Les hosties ne sont pas des gâteaux  à apéritif  à consommer avec le vin de messe.
* 14) Les pêcheurs iront en enfer et non se faire ... chez les Papous 
* 15) L'initiative d’appeler les fidèles à danser était bonne, mais pas celle de faire la chenille dans l’église.
* 16) L'homme assis près de l'autel et que vous avez qualifié de vieux pédé et de travelo en jupe, c'était moi


Sincèrement l'Archevêque.


PS. Jésus n'a pas été fusillé, mais crucifié.

Voir les commentaires

2012-10-28T11:11:00+01:00

La voix de la raison ou la voix du coeur

Publié par Marie-Lore

 

cerveau-sur-patte

Notre cerveau prend de la place!

Parfois j’ai même l’impression de voir passer devant moi en rendez-vous, des cerveaux sur pattes… Le corps n’existe pas, le cerveau est le (beau) haut-parleur de l’être.

On se fait harceller moralement par son patron depuis des années, tout va bien... On se fait mal, on se casse une jambe, même pas mal... On souffre, on se recasse la même cheville… Pas grave, je continue, j'arrive toujours à marcher à cloche pied, je tiens debout… J’ai l’impression d’être vivant.

Beaucoup me demande des recettes « J’ai envie de faire plus confiance à mon intuition, les rares fois où je m’écoute, je ne me trompe jamais ! Comment puis-je faire ? » 

Prendre conscience de l’importance que nous donnons à la raison est la première étape.

Ensuite c'est pas mal de commencer à réfléchir sur la raison pour laquelle nous ne faisons absolument pas confiance à notre petite voix intérieure. Puis, de réfléchir aux moments de notre vie où nous avons écouté notre intuition...

Et enfin, pourquoi allons-nous autant consulter des voyants, d'astrologues pour avoir leur ressenti sans pour autant leur faire confiance ? Voila quelques étapes comme base de réflexion pour prendre conscience du déni du ressenti qui existe dans notre société… Puisque notre mental à sans arrête besoin de fonctionner pour occuper le terrain, donnons lui du grain à moudre...

Observer le déni des émotions et de l’existence de notre ressenti semble être la première marche pour changer de porte parole. On ne peut pas guérir d'une maladie, tant qu'on n'est pas conscient d'être malade.

Notre éducation nous enseigne d’être forts. La fragilité, l’hypersensibilité sont des faiblesses aux yeux du monde. Nous sommes élevés à réprimer nos émotions. On nous demande de les ignorer, de les zapper. Alors le cerveau en grand guerrier pacifiste,  arrive pour nous sauver. Il nous aide à trouver des mécanismes de défense, adaptés à notre caractère, à nos points forts, à nos défaillances pour que nous arrêtions de ressentir aussi fortement nos émotions. Nous allons pouvoir devenir « normal » comme tout le monde et ne plus nous sentir observé par cette autorité à qui nous devons tout. Ces grands qui nous surveillent et nous jugent. Ceux qui sont sensés nous aider à devenir grands et forts.

Le contrôle des émotions semblent être la base de l’éducation. Alors le cerveau fait entendre sa voix. Il met un contrôle sur nos émotions en les bloquant pour ne pas qu’elles puissent faire de vagues à l’extérieur… Il ne faut pas déranger les grands. Il faut les écouter, ces adultes qui ont autorités sur nous. De toute manière, nous n’avons pas vraiment le choix, petit…

De quelles manières notre cerveau s’y prend-il pour exercer son contrôle et jouer son rôle de garde du corps ?

Il en existe des dizaines. Le cerveau est très fort pour rebondir, imaginer, fabriquer des mécanismes cousus sur mesure, qui nous vont comme un gant… Parfois c’est même de la haute couture, le meilleur couturier de l’Univers…

On utilise un ou plusieurs scénarios pour être sûr de devenir un amnésique des émotions, un handicapé du ressenti, un parfait automate respectable, un modèle de société moulé à la perfection. Plus d'émotions, que de la raison... Et c'est le cerveau qui est roi et à tous pouvoirs... Enfin pour un temps...

En voici quelques uns:

Par la nourriture:
-En bloquant les émotions grâce au système nerveux quand le corps tombe en acidité. On se jette donc en cas de destabilisation émotionnel, sur du sucré, des gateaux et beaucoup de viandes... qui font basculer le corps en pH acide... Et là, on ne sent plus rien...

 
La masturbation mentale:
- En se perdant dans une cogitation intense pour trouver plusieurs solutions vivables. On est bien partie des heures et des heures à tourner en rond dans notre cerveau à défaire les noeuds... C'est sur, ça occupe... et pour sur, on ne sent plus rien.

 
La demande d'aide extérieure pour prendre des décisions:
- En interrogeant systématiquement son entourage pour se faire aider et trouver des choix raisonnables sans prendre ses responsabilités. Ce sont les autres qui m'ont influencé. Je me range à l'avis générale pour être sûr de moi et donc, plus de doutes ni de craintes... Ouf.

 
Le déni:
-En oubliant, en effaçant ou en enfouissant très profondément ce qui se passe ou c'est passé de troublant qui risquerait de me destabiliser et de remettre en question mes fonctionnements bien rodés. Et hop hop hop c'est pesé et bien emballé...

 
Le mensonge, la manipulation:
- En transformant la réalité à sa guise pour quelle colle à notre réalité que nous maîtrisons et préférons voir. Nous pouvons ainsi avoir le soutien de ceux qui font comme nous ou les faible de caractère qu'on peut manipuler. C'est pas de ma faute, c'est lui!


Un planning de premier ministre:
- En remplissant son agenda pour ne pas avoir de repos et ne pas se retrouver à nouveau nez à nez, avec des émotions diverses. C'est dingue, je n'ai aucune minute pour moi!


Le déni du Corps:
- En se coupant de son corps pour ne plus ressentir les émotions physiquement, en l'ignorant (plus de sport, ni de méditation, ni de repos). Mal? Emotion? Souffrance? Quesako?


La souffrance physique:
- En se laissant souffrir physiquement pour ne plus être capable d’être au calme pour regarder et vivre ses émotions. Je ne me soigne pas et je me fais tout le temps des petits bobo... J'ai mal donc j'existe, tout va bien.


La déresponsabilisation
- En se sentant victime et en  étant dans la colère de ne pouvoir réaliser ses envies à cause du comportement castrateur des autres. Je me pourris la vie avec ma colère et celle des autres en passant, ça occupe et donne le change.


Se couper de ses sens

Se couper du plaisir, de nos sens qui nous feraient nous sentir vivant. Je reste chez moi cloitré le plus possible loin de la vie et de la nature. Les odeurs, les couleurs, la beauté de la vie? Je préfère voir la vie en noire et blanc, pas de surprises...


Se noyer dans la mélancolie

Se remémorer le passé sans cesse en mélangeant des fantasmes et des sentiments négatifs qu’on peut nourrir facilement avec de la colère pour se donner le sentiment d'avoir existé avant… Oh avant, ma vie était merveilleuse, c'était géniale, tout était si facile! Oh grand desespoir!


Les faux semblants:
- en construisant un rôle pour plaire au plus grand nombre et être aimés par tous. J'adore ce que tu fais, tu es belle, tu es géniale, je t'aime!


Bâtir des décors de théâtre
-en se cachant derrière un masque du super gentil ou super dure ou méchant ou super héros... Comme ça personne ne peut atteindre notre vraie personnalité. La vie c'est de la merde et c'est comme ça. Personne ne me prouvera le contraire!


L'absence d'amour
On s'interdit d'aimer comme cela on n'est sur de ne plus souffrir d'un manque d'amour… Un mec dans ma vie? Non franchement je me débrouille très bien toute seule, je fais ce que je veux quand je veux... Les hommes sont des boulets. J'adore ma vie de célibataire!


Toutes ces manifestations sont des constructions de notre mental qui forge notre Ego. Cet Ego dont on parle tant qu'on finit par prendre pour nous-mêmes. On s'y trompe même soi- même. C'est la vie!  On ne change pas sa nature...

On finit par y croire jusqu'au jour où notre Ego souffre beaucoup trop de la trahison, de la colère, de la mauvaise foi, du déni, du manque d'amour, d'une mauvaise santé, d'une fatigue physique, d'un harcèlement moral, du mensonge, de la dureté, du côté morbide des autres ou de soi-même. C'est quand on se sent mourir qu'on a envie de vivre!

Il faut donc sacrément pousser le bouchon loin pour renaître à la vie. C’est quand nos scénarios ne nous rendent plus si heureux que ça, que nous décidons de faire taire la voix de la raison. C'est quand notre zone de sécurité devient trop inconfortable qu'on se doit d'ouvrir les yeux pour ne plus souffrir à nouveau... C'est le ras le bol du ras le bol qui nous fait bouger enfin!

En attendant, merci notre mental. Il nous sauve de petites morts au quotidien jusqu'à ce que nous décidions de vivre en se réappropriant notre cordon ombilical et en nous réparant nous-mêmes... Parce qu'au fond, l'être humain est fait pour être heureux et nager dans le bonheur.

Parole de voyante

Voir les commentaires

2012-10-26T13:30:00+02:00

L'abécédaire de la voyante: R comme Raison

Publié par Marie-Lore

des-news....gifSouvent je vous entends me dire: "J'ai préféré choisir la voix de la raison" ou "La voix de la raison me pousse à choisir cette direction!"

Pourquoi suit-on cette fameuse voix? Est elle la même que notre petite voix intérieure?
Y a t il "La Voix " et « la petite voix"?

Je constate la confusion et le chaos entre les deux chez chacun d’entre nous.

La première, venant de la raison (donc du cerveau qui raisonne) possède plus de force dans son timbre, parce qu'elle repose sur des réflexions très poussées. Le cerveau cogite et s'agite des heures, voir des semaines sur une même question en extrapolant diverses scénarios. Quand l'un d’entre eux  nous semble raisonnable, nous abdiquons.
La seconde, cette autre petite voix, celle que l’on reçoit dans le corps, tombe (sous le sens) dune manière inopinée. C'est une perception qui arrive pendant un moment de recul, de calme mental, de pause, de repos... de créativité... Quand on ne s’y attend pas. Elle ne repose sur  aucune réflexion. Cette petite voix, on ne l'entend pas avec des mots verbalisés, des phrases bien construites et intelligentes mais au travers d'un ressenti, d’une émotion, d’une perception qui survient à l’improviste et résonne dans tout notre corps comme une évidence, comme l’écho de la sagesse.

Pourquoi le commun des mortels préfère-t-il faire confiance à la raison plutôt qu’à ses émotions ? A une réflexion plutôt qu’à une évidence ? A son cerveau plutôt qu’à son corps?
Parce que notre corps est le berceau des émotions.  Ce sont les émotions que nous percevons qui nous font nous sentir vivant mais aussi être bien ou mal dans notre peau. Positives ou négatives, elles nous bouleversent, nous perturbent et nous déstabilisent, si nous ne sommes pas posés et ne savons pas les gérer au quotidien quand elles se présentent. Le mental agit en garde du corps. Il cherche à nous donner un semblant d’équilibre rapidement. Il vient nous aider à contrôler ces bouleversements, à les maîtriser, à nous faire nous sentir stable. Et cela depuis notre plus tendre enfance. Il a été notre réflexe de survie au milieu des grands.

La raison nous aide à atténuer l’émotion qui monte parce qu’on ne nous a pas appris petit, à gérer nos émotions. On nous a demandé d’en faire abstraction.

"Arrête de pleurer, tu es un grand maintenant", "Ne ris pas aussi fort, qu’est ce que les autres vont penser" "Tiens-toi tranquille" "Ne fais pas de vague" "Tais toi et pardonne" "Oublis ce que tu as vu" " Ne le répète à personne" "Si tu pleures, je t'en colle une" "Fais moins de bruit, tu vas déranger les autres», « Arrête de gigoter, on dirait une mauviette.", "Arrête de te plaindre, tu n’es pas le(la) seule à souffrir"...

Du coup, en grandissant, nous avons envie de nous montrer forts. Nous sommes programmés pour être équilibrés quoi qu’il arrive. Nous ne voulons pas (et ne pouvons pas) paraitre fragiles. Les êtres sensibles sont faibles. Nous refusons de rester longtemps sur le coup de l’émotion. De toute manière, notre cerveau une fois les scénarios en place, lance son programme quoi qu’il arrive…

Dès lors, si une émotion vient nous frapper à l’improviste, nous utilisons notre raison immédiatement et non notre intuition. Nous nous agitons au lieu de nous poser. 

L’intuition se vit dans un état de calme, de paix intérieure, de repos. Elle demande à notre corps, un état de confiance pour venir se lover. Cette petite voix intérieure résonne comme la voix de la sagesse quand on est posé. C’est juste indiscutable. Seulement, elle nous demande souvent de nous dépasser, de prendre nos responsabilités pour évoluer. Et là, le bas blesse, nous allons devoir sortir de notre zone de confort et aller vers l’inconnu. Allons-nous être aussi forts dans cette nouvelle étape ?

Notre raison fait appelle à notre mental, à notre cerveau. La raison se met en route n’importe quand, n’importe où, en une fraction de seconde. Elle rassure, elle rationalise. Elle nous fait nous sentir normal, acceptable par la société. Elle lisse nos émotions et nous maintient dans notre zone de sécurité que nous connaissons par cœur et que nous maitrisons depuis l’enfance. Elle noit le poisson surtout dans une mer agitée et trouble.

Un secret ?

La raison fait suite à une intuition et non l’inverse…  Alors si vous avez envie de vous relier à votre intuition et entendre votre petite voix intérieure plutôt que la voix de la raison, prenez le temps de vous posez et faites du bien à votre corps. Il est le porte-parole de votre petite voix !

Voir les commentaires

2012-10-25T13:55:00+02:00

Marie-Lore Staudt, gourou du bonheur

Publié par Marie-Lore

Je l’avoue, j’ai voulu mener tout le monde vers le bonheur ! Vous avez pu me voir comme gourou de la secte du bonheur. Mea culpa ! Extra mea culpa ! Super mea culpa ! Avant, je croyais que tout le monde avait envie d’être heureux là, maintenant. Je poussais dans ce sens toute personne qui venait vers moi …

Quelle erreur. La vie nous apprend beaucoup quand on décide de rentrer dans l’expérience. Ces 15 ans en tant que voyante et accompagnante m’ont beaucoup appris grâce à nos échanges.

Mon père disait toujours « La critique est facile, l’art est difficile. » Mes parents ont été beaucoup jugés et critiqués. Mon père était impliqué en politique dans la vie de la cité. Il participait à beaucoup de manifestations festives ou politiquement engagées au sein de mon village natal. A l’époque je subissais les critiques à son encontre parce que j’étais sa fille et c’était MON père… 

Adulte, en m’impliquant dans la vie de ma cité, j’ai vécu la même chose que lui. Alors je me suis demandé, « Est-ce que je fais comme mon père et je me retire de tout ou je change mon implication ? Quelle est ma responsabilité dans toutes ces critiques que je reçois? ». 

J’ai préféré changer de fonctionnement. J’ai accepté de voir (à mon grand regret) que tout le monde n’avait pas envie d’être heureux à la même vitesse ni dans les mêmes proportions. C’était un manque de tolérance et un espoir trop fort de voir le monde heureux de ma part. C’était ne pas vouloir me confronter à la réalité de l’expérience, à la misère morale et psychologique. Je ne voulais pas souffrir de sentir les gens malheureux.

Aujourd’hui, quand je sens quelqu’un hésitant à décider d’être mieux dans sa vie, venir juste sentir près de moi à quoi peut bien ressembler le bonheur sans prendre le relais, je souris et je le laisse passer son chemin. Je sais qu’un jour, dans cette vie ou dans une autre, la vie l’accompagnera vers le bonheur.  C’est une certitude pour moi, ex-impatiente. Déjà venir regarder à travers la vitre, c’est un premier pas. On sait que ça existe. 

Avant je te l’attrapais, je lui collais des bouquets de fleurs plein les mains, des cadeaux en veux-tu en voilà, je lui demandais de sourire en permanence pour se muscler les joues et faire remonter ses rides pour avoir la banane. Il devait avoir foi en son avenir et s’engager à vie pour le bonheur coute que coute en signant en bas de la page avec son sang…

Aïe Aïe Aïe… le résultat n’était bien sûr, absolument pas au rendez-vous… On était obligé de me taper avec mes roses pour s’enfuir en courant et continuer à vivre son bout de chemin tranquille, à son rythme. 

Je souris maintenant de ma naïveté, de cet espoir d’enfant qui me faisait croire que le monde peut être tout rose avec des jolis nuages à pois et de gentils bisounours à tous les coins de rue. 

Je vois enfin les lions et les gazelles et le cycle naturel de la vie entre la vie et la mort, le haut et le bas, le yin et le yang. 

adore-les-chats.gifLa vie est simple quand on laisse à chacun sa responsabilité de choisir d’être heureux et quand on regarde pousser les arbres et fleurir les roses de son propre jardin…

Je rencontre en coaching de jeunes personnes aujourd’hui qui fonctionnent comme ça, en sauveur de l’Amour… Je vois leur incapacité à lâcher cet état et je ne peux m’empêcher de me dire que, heureusement, cette force et cet foi en l'amour existe, soutient et nourrit autrement l’énergie du bonheur…

Le dosage vient avec le temps, ce grand ami qu’on ne voit pas tout de suite, qui nous suit pourtant, fidèle, impassible et loyal.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog