Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2016-11-21T14:01:30+01:00

L'amour est notre force commune, relions-nous

Publié par Marie-Laure Staudt
L'amour est notre force commune, relions-nous

Mes 4 sites ont été piraté à la fin du printemps dernier. Depuis je réécris sur mes anciens blogs, dont celui ci ouvert il y a 11 ans et communique beaucoup sur mes pages Facebook.

J'ai été alerté ce matin par des amis de la violence des propos de certaines personnes sur ma page personnelle Facebook. J'ai plus de 800 amis Facebook, je connais personnellement plus de la moitié d'entre eux et un tiers sont leurs amis. Les autres sont des personnes que je n'ai jamais rencontré ni connues.

Mon envie, ma vie et mon travail sont d'aider à faire grandir la flamme de l'espoir dans le Coeur des hommes, d'arroser de lumière cette belle graine d'amour avec laquelle nous naissons, de faire vibrer votre cœur, de vous faire du bien à l'âme et de vous accompagner à chercher la vérité.

Je crois fortement dans mon coeur et dans mon corps que seul l'amour, la bienveillance, l'authenticité, le respect feront basculer ce monde en pleine décadence vers la lumière. Beaucoup d'entre vous me connaisse intiment, depuis des décennies parce que je suis fidèle à mon cœur.

J'ai été approchée ces dernières années par des personnes ayant des visions du monde totalement différente de la mienne. J'ai toujours accueilli leur propos avec discernement, ouverture, positionnement, questionnement et recul. Cela ne s'est pas fait sans heurt, sans cris, sans questionnements enflammés, mais toujours avec respect.

Je ne prends jamais rien pour argent comptant, j'essaye d'exercer mon libre arbitre et de ressentir et de discerner dans mes tripes la vérité de l'illusion. Parfois cela prend du temps parce que remettre en question ses paradigmes est dérangeant, épuisant et coûteux. Cela implique parfois de changer de vie, de métier, de compagnon, de faire le deuil de notre passé, de quelques amis. Cela demande du courage, de la détermination et de la confiance en soi.
Il n'y a pas si longtemps encore, je suis encore tombée dans le panneau d'un manipulateur. Il m'en a fallu du temps pour m'apercevoir que sa motivation n'était pas l'amour mais le pouvoir et la peur. Ces expériences m'aident toujours à m'interroger en profondeur sur mon propre compte. Suis-je dans la peur ou dans l'amour? Je progresse peu à peu vers une meilleure version de moi-même.

Vous allez être sans arrêt testés sur votre intégrité, approchés par l'ombre qui gagne du terrain, qui nous endort par de belles paroles, de beaux discours et de grandes promesse s d'avenir. 
Aujourd'hui c'est le présent que nous devons améliorer.

On m'a toujours dit que la politique amenait les conflits. 
Je dis depuis quelques temps, que je ne voterai certainement pas pour les présidentielles 2017, pas uniquement parce que je ne crois plus dans la politique, tout simplement parce que profondément en moi, je crois en une chose: 
JE SUIS LE CHANGEMENT que je souhaite voir dans ce monde. 
Mon bonheur et mon bien-être dépendent de ce que je fais de ma vie et de ma manière de considérer le monde qui m'entoure. Je n'attends pas des autres qu'ils me rendent heureuse. Je leur souhaite de trouver la force pour construire leur bonheur et cela me rendra encore plus heureuse de les savoir à leur place et branchés à l'amour. Et en attendant je fais ma part du job.

Je me suis rendue compte que je pouvais être dure, hermétique et méchante quand ce qui se passe vient déstabiliser mon ego et lui fait perdre pied. Dans ces moments je ne suis pas dans l'amour mais dans la haine. 
On nous inculte que le dégoût et la haine font partie des émotions de l'être humain, je ne le crois pas non plus.

Les émotions sont les indicateurs, pour nous alerter de ne pas basculer dans l'ego face à la situation qui s'annonce.
Ils sont de précieux réflexes de notre instinct de survie afin que nous puissions immédiatement relever la barre, nous brancher à l'amour et nous positionner dans la justesse. Nous sommes les capitaines de notre navire. N'oublions jamais l'amour, c'est notre meilleure chance de survit. C'est la meilleure emblème de notre humanité, c'est l'étendard des courageux, de ceux qui gardent foi en l'univers, en la source de toute l'humanité, en Dieu, en nous.
Soutenons les valeurs nobles de l'être humain. L'amour en est la première, la plus sûre, la plus forte.

Je demande à tous mes amis qui choisissent de prôner la haine plutôt que l'amour de quitter mon monde.
Ici dans ma maison, sur mes sites, blogs, pages Facebook, dans ma vie de tous les jours, dans mon travail, avec mes amis, avec l'homme que j'aime, je travaille chaque jour à me débarrasser peu à peu de mes comportements d'ego meurtrier, vengeur, tricheur, manipulateur, pervers, malveillant, jaloux, critique, cassant, dure... 
Je prends du recul  quand je me vois m'éloigner du bonheur et que je me sens mal.
La vie nous a été donnés pour que nous puissions faire l'expérience de l'amour et non de la haine sinon à quoi bon vivre sur cette terre.

Alors mes amis, introspectez-vous et demandez-vous ce qui vous motive... L'amour, l'entraide, la bienveillance ou la colère, la haine et le non respect du vivant?

Ensemble dans l'amour nous vaincrons le mal. 
J'aime le monde et cette humanité en vaut le coup.
Haut les cœurs. 
Je suis le changement que je souhaite dans le monde

Voir les commentaires

2016-11-16T08:36:00+01:00

Vous êtes nés au 20èm siècle?

Publié par Marie-Laure Staudt
Vous êtes nés au 20èm siècle?

Les années 1900

Vous avez plus de 16 ans ? Vous avez donc choisi l’énergie du siècle dernier pour vivre votre incarnation présente.

Nous faisons partie vous et moi de la génération du 20ème siècle. Nous sommes nés entre 1920 et 1999 pour ceux et celles qui lisent ce blog. A moins que vous ayez plus de 95 ans...
J’ai bien envie d’écrire sur l'énergie des derniers siècles avant d’évoquer chaque année pour bien expliquer le socle que nous avons choisi vous et moi pour réussir notre vie, pour être heureux.

Si comme les bouddhistes l'affirment, nous choisissons le moment de notre incarnation et les parents les plus successibles de nous montrer qui nous sommes, ce n'est donc pas un hasard d'être nés dans les années 1900. Effectivement, voyante depuis la fin du siècle précédent, j'ai eu la chance de bien ressentir avec vous et de vivre dans mon corps, la différence d'énergie entre ces deux siècles sur lesquels nous bâtissons notre vie.

Le 20ème siècle : le pont entre deux mondes

Ce siècle précédent porte une énergie particulière de réussite matérielle et personnelle, qui nous prépare au changement du siècle actuel. Il boucle un long cycle d’expériences humaines au sein de la tribu et du groupe et fait le pont avec l’énergie de ce nouveau cycle dans lequel nous sommes depuis moins de deux décennies qui nous invite à plus de conscience, de plaisir, de ressenti, à "être" tout simplement.

Le 20ème siècle : l’ancrage dans le matériel

En nous y incarnant, nous avons eu envie et besoin de tester le monde matériel dans son apothéose. Ce besoin de s’entourer de choses matérielles occupe une bonne partie de notre existence. La réussite sociale est importante à nos yeux, à ceux de notre famille, amis et concitoyens. Et si cela nous parait dérisoire, nous galérons financièrement.

Vous l’avez compris nous avons pris la responsabilité pour évoluer dans cette incarnation, de gagner notre vie, d’avoir de l’argent comme référence de notre valeur humaine pour pouvoir passer à autre chose. Une fois certains de notre capacité à générer de l’argent par nous-mêmes, nous pouvons vivre autrement. Nous commençons véritablement à nous occuper de trouver notre place pour être heureux au milieu des autres et pas simplement pour être acceptés par ces mêmes autres.

Le 20ème siècle : Se construire par soi-même

Les années dix neuf cent sont celle du matérialisme, de l'argent, de la concrétisation, de la réalisation, de la création. On a choisit de s’incarner dans ce siècle pour tenter notre chance en dehors d’un cercle familial, social ou religieux. C’est une époque où l’on se permet beaucoup plus de sortir des cadres limitant de l’éducation, du devoir, de la religion. Une période de l'histoire où tout est permis. On peut réaliser ses rêves par soi-même et pour soi-même. On existe à travers soi. On peut croire en la fortune, pas seulement en la bonne fortune mais dans le fait de réussir matériellement en partant de rien, sans héritage, sans famille, sans pays. On peut exister par soi-même, certes cela passe inexorablement par une phase matérielle.

On se sent capable d'entreprendre des grands projets. On devient inventif et beaucoup plus égoïste qu’aux siècles précédents. On pense à soi et pas seulement à la communauté ou à la famille. On n’a plus envie de suivre les pas de nos ancêtres. On brise les chaines qui nous emprisonnent dans nos réseaux sociaux. On ose entreprendre seul en se faisant confiance. On tente sa chance quitte à tout perdre.
Ce siècle nous donne l'énergie de concevoir des idées extraordinaires et sans précédent, de produire en masse, d'inventer dans la matière. Nous nous donnons la possibilité de créer en utilisant des moyens modernes résultants des trouvailles de tous ces siècles d'intelligence.

Plus les années passent, plus nous prenons de l’âge dans ce dernier siècle et plus nous sentons la nécessité et la légitimité de prendre du temps pour nous, de sortir de la culpabilité, de la peur du jugement et alors, de quitter ce monde matériel. Nous acceptons de penser par nous-mêmes et de créer notre propre réalité de plus en plus facilement et avec plus de passion.

Les années 1900 : L'importance de la notion du temps

Les incarnés de 1900 sont venus travailler sur la notion du temps :

N’avoir pas le temps, courir après le temps, prendre le temps… Ils prennent conscience de leur liberté individuelle, de la magie du libre arbitre et veulent tout faire pour rattraper le temps perdu et atteindre leurs buts.... Ils courront après jusqu'au jour où ils seront obligés de s'arrêter.  Ils comprendront que le temps n’existe pas, que le but n'était qu'un moyen d'évoluer et que la seule réalité du temps est l’instant. Il est temps d’exister tout simplement, de vivre. En ce moment, nous sommes dans notre vérité quand nous vivons dans le présent, quand nous sommes heureux juste d'exister. Et quand nous courrons après le temps ou regrettons le temps qui passe, nous sommes dans notre tête, dans nos peurs et dans nos illusions. Nous nous sentons alors malheureux ou stressés.

Les années 1900 : Prise de conscience de la trilogie âme, esprit et corps

L’âme était considérée comme une hérésie. Seul comptait l’esprit. L’intellect ou la pensée était devenue la seule référence de l’évolution de l’homme et la preuve implacable de notre existence en tant qu’être évolué. Le corps a été longtemps négligé et tabou. On l’a longtemps renié comme s’il n’existait pas.

Au cours de ce siècle, le développement de la pollution, l’évolution de la médecine moderne, l’allongement de la durée de vie et donc des maladies multiples et lourdes sans le soutien familial d’antan,  nous avons à faire l’expérience du corps. Nous sommes obligés de reprendre possession de notre corps pour nous sentir vivant et heureux. Cela devient vital de prendre conscience de notre incarnation terrestre dans un corps, dans la matière.

La seconde partie du 20ème siècle: L'importance du corps

Dans la seconde partie du siècle précédent, le corps a pris de plus en plus d’importance. Le besoin d'existence par le matériel est remplacée petit à petit par véritablement la prise de possession de notre corps. Nous existons à travers le matériel et ensuite à travers la prise de conscience de notre corps matérialisé.

Tout d'abord, nous avons eu besoin de nous exhiber pour prouver notre existence, pour nous montrer différent ou parfait aux yeux des autres. Puis renouer avec  le corps devient une nécessite pour ressentir le plaisir du sexe, petit à petit pour se sentir mieux, renouer avec ses émotions pour se sentir vivant et auto-référent et enfin vivre longtemps en bonne santé.

La médecine alternative se crée, les médecines ancestrales refont surface. L’homme se rend compte de sa résonance, de son harmonie avec le monde qui l’entoure. Il prend conscience de son union avec la nature. Il fait partie d’un grand tout et son corps est le pont entre le ciel et la terre.

Conclusion de ce 20ème siècle: En route vers la spiritualité

Ce siècle qui s'est achevé il y a un peu plus d'une décennie, a été le moteur de la transformation de notre regard sur nous mêmes, nous sommes passé d'Etres pensant à des êtres vivants. Nous sommes passé de l'esprit à la matière et à la fin du siècle de la matière à l'immatérialité.

Ce nouveau siècle dans lequel nous vivons aujourd'hui sera donc le siècle de la Spiritualité...

A très bientôt pour la suite!

Voir les commentaires

2016-11-15T15:22:28+01:00

Etre cohérent avec soi

Publié par Marie-Lore
Etre cohérent avec soi

Citation du jour revenue à la surface grâce à une vieille connaissance... Et tellement d'actualité...

"C'est une belle harmonie

quand le dire et le faire vont ensemble"
MONTAIGNE

Pourquoi est-ce toujours aussi difficile de faire ce que l'on dit ou d'acter jusqu'au bout nos propres engagements?

Voir les commentaires

2016-11-07T21:58:41+01:00

Vous êtes nés dans les années 50?

Publié par Marie-Lore
Vous êtes nés dans les années 50?

L'énergie des années 50

Les années 50 entament un nouveau tournant dans ce siècle matériel.

Jusqu’alors les âmes étaient active pour construire, pour innover dans cet ère de l'argent, de la réussite matérielle, dans ce siècle où tout est permis. Il ne suffit plus d'être issu d'une grande famille pour être riche. On peut bâtir sa richesse soi-même facilement dans ce nouveau siècle. Avec l'arrivée des années 50 c'est la conscience du monde qui s'active... On va aussi chercher à construire et développer une humanité  plus ouverte, plus humaniste, plus intelligente en réunissant nos forces et notre savoir. Ce siècle amène une énergie nouvelle de renaissance de l'homme, de compassion, d'Amour Universelle. Les graines sont en terre. Au futurs générations de les arroser...

Vous êtes nés en 1950?

Vous êtes la génération juste après les bâtisseurs. Les natifs de 1940 reconstruisent la terre en mettant au monde les bébés des années 60 (les bisousnours) et 70 (les prédestinés à être heureux).
Les natifs de 1950, vous êtes ceux qui commençaient à vous ouvrir à la transmission, au spirituel, aux concepts nouveaux qui élèvent les consciences. Votre génération ouvre des yeux plus grands sur le monde et son potentiel. Vous êtes les catalyseurs, les précurseurs, les avant-gardistes, les inspirés de notre monde futur.

Si vous êtes nés les 5 premières années, votre coté avant-gardiste n'a pas du être facile à gérer adolescent.Vous sentez le monde différemment et avec simplicité. Vos parents ont du mal à gérer cette dose de conscience humaine que vous amenés en vous incarnant.

Si vous êtes nés dans les 4 ou 5 dernières années vous avez du recevoir l’énergie "peace and love" des années 60 et vivre une adolescence excitante et libérée... vis a vis des schémas et des cadres reçus de l'enfance... Pas toujours facile non plus pour vos parents de vous accepter avec cette liberté d'esprit...

Natifs des année 50, vous avez été nombreux à vous désillusionner à la fin du siècle derniers, après les année 90. Vous avez baissés les bras sur la notion de solidarité que vous prépariez pour les natifs des années 60 devant le manque de mobilisation du monde pour faire bouger les consciences. Vous vous êtes fatigués à la quarantaine de constater qu'il y avait autant de gens fermés dans leur tête à la fin de ce siècle et si peu de vrais solidarité...

Vous avez préféré construire votre retraite et vous retirer dans votre mas provençal ou votre grotte pour vous retrouver avec vous et votre tribu...

Les parents des natifs des années 50

Ceux qui avait 20 ans dans les année 50 ont du sentir la différence avec ce nouveaux vents frais qui s'est mis a souffler sur les vieux cadres rouillés. Ils ont du pour certains, avoir beaucoup de mal, avec leur enfermement lié a leur éducation et leur besoin d'émancipation qui commençaient à murmurer à l’intérieur de leur ventre à accepter les changements de la société qui s’opéraient dans les années 50.

Vous êtes les enfants de parents natif des années 50?

Ils ont l'air cool ces parents. Ils le sont parce qu’ils sont ouverts, très ouverts par rapport à leur grands parents mais ont tendance à vouloir faire que leur idée et leur façon de voir soient appliqués par tous.

C'est vrai ils ont compris beaucoup de choses et ne sont plus simplement les bucherons ou les chairs à canon du début de siècle. Ils ont envie de vivre dans le confort en changeant de manière de vivre. Travail, vie de famille et vacances. Ils veulent bien travailler dur mais veulent profiter plus de la vie. Ils vous ont transmis cet envie de vivre mieux et autrement.

Si vous êtes nés dans les années 70, vous récupérez leur énergie de faire "autrement" et d’être différents et uniques. Seulement ils auront tendance à vous guider.

Si vous êtes nés dans les années 80, vous aurez très envie de vous émanciper en cherchant à ne pas les décevoir. Tache compliquée avec votre mental démesuré que vous avez chers 80.Comment s'émanciper sans blesser ses parents qui ont tous misé sur nous?

Cela prendra du temps pour trouver votre autonomie en tant qu'être unique.

Si vous êtes nés dans les années 90, (les fameux indépendant-dépendants), vous êtes un extraterrestre pour cette génération qui abdiquera devant votre manière d’être. Vous finirez par obtenir tout ce que vous voulez et vous leur montrerez le chemin pour être heureux en réalisant ses envies pour leurs vieux jours. Ils repartiront apaisés.

 
Vous êtes nés dans les années 50?
Vous êtes nés dans les années 50?
Vous êtes nés dans les années 50?
Vous êtes nés dans les années 50?
Vous êtes nés dans les années 50?

Voir les commentaires

2016-11-04T11:30:18+01:00

Vous êtes nés dans les années 70?

Publié par Marie-Laure Staudt
Vous êtes nés dans les années 70?

Introduction sur cette décennie

Cette décennie suit la décennies des "Bisousnours" (comme j'aime à l'appeler) qui a amené un changement dans le monde, une envie d'unicité, de partage, de transparence.

Les années 60 ont apporté une brise d'amour dans ce siècle de reconstruction matérielle où l'apparence comptait encore beaucoup jusque là. On commence à voir le début de notre ère spirituelle du 21ème siècle. Cette décennie engage la bascule vers les années 70 où chacun doit comprendre qu'il faut compter sur soi d'abord. Les années 60 étaient vraiment les années "peace and love" où l'on voulaient être tous ensemble pour avancer main dans la main...

A partir de 1970 l'énergie change et ce fantasme s'estompe peu à peu.

C'est le temps des chocs pétroliers, la crise que nous connaissons actuellement prend ses racines dans cette décennie où le message est de comprendre qu'il est important de construire pour soi pour être heureux sans attendre ou sans compter sur les autres. Le bonheur oui, mais en se sentant responsable de le générer pour soi-même. C'est la décennie qui nous montre qu'il faut sortir de ce coté sociale qui nous conduit à la dépendance, comme le chômage, la sécurité sociale ou le soutien familial...

Le choc pétrolier arrive pour casser cette énergie qui est dans l'air. Devenez autonome!

Vous êtes nés dans les années 70?

Si vous êtes nés dans cette décennie, vous devez sentir au fond de votre ventre que vous êtes faits pour être heureux et cette phrase doit raisonner en vous depuis longtemps: "Un jour quand je serai grand, je serai heureux et je m'éclaterai!"

Vous avez choisi d'être heureux et de comprendre que ce bonheur passe d'abord par un bien-être mental et physique et ensuite par soi-même.

La génération des 70 est beaucoup plus tournée vers elle. C'est la generation qui risque le plus de connaitre les divorces, les dépressions. C'est celle qui se remettra le plus question pour sortir des vieux schémas.

Les 70 ont choisis d’être heureux. Un jour ils comprennent qu’ils ne doivent compter que sur eux. C'est la clé vers le paradis. Avant cette compréhension, ils sont dans la croyance que quelqu'un va les aider a progresser. Au lieu d’utiliser l'autre comme un levier, ils s'en servent comme d'un porte manteau...

Les 70 vont être les plus maraboutés, gouroutisés... et les plus dans des démarches multiples de développement personnel. Ils se cherchent... Ils sont curieux mais il y a chez eux, confusion entre apprendre, recevoir  et expérimenter un enseignement et croire que tout ce déclenche par un coup de baguette magique ou par un claquement de doigt. Ils veulent faire beaucoup de choses mais oublient de prendre le temps de se demander quelles sont leurs qualités et ont une vraie difficulté à aller jusqu'au bout des choses.

  C'est la géneration des indépendants. C'est celle qui nous prépare à travailler autrement en utilisant ses qualités et son potentiel propre.

Vous restez longtemps chers 70, dans l'illusion des natifs des années 60 qu'on peut faire les choses ensemble, jusqu'à pousser votre être dans un mal-être extrême bercé par cette illusion alors que votre petite voix vous murmure depuis longtemps de vous lancer...De tenter la grande aventure tout seul...

Les natifs des années 70 n'ont jamais été vraiment soutenus.

C'est difficile à vivre et en même temps, c'est un choix d'incarnation pour être obligé d'aller chercher sa force intérieure. Ils doivent apprendre à avoir confiance en eux, à compter sur eux en cherchant ce pour quoi ils sont fait.Personne ne peut trouver mieux qu'eux, là où ils seront les plus à l'aise comme des poissons dans l'eau. On ne peut plus obliger cette génération à faire les études que papa et maman décident à leur place. Ils ne peuvent pas se contraindre à vie. D'ailleurs si vraiment ils sont malheureux, ils finissent par tout planter et se barrent très loin...

Cette génération bien particulière a décidé d'être heureuse et arrive avec une énergie de responsabilité individuelle forte. C'est la génération qui est partagée entre la tête et le cœur. Ce sont des guerriers solitaires qui recherchent l'âme sœur jusqu'à trouver seul leur voie. Il passe de la tête au cœur en regrettant de ne pas être soutenu et cherchant à s'en sortir seul sans demander franchement de l'aide. Ils ont un gros cerveau et une forte intuition... C'est à que réside leur grande difficulté. .. Arrêter de cogiter et suivre leur intuition...

Vous mettez du temps, parfois vos 40 premières années, avant d'être acculés... Et l'âge aidant, vous finissez par vous dire, "Bon il est temps!" pour ne pas souffrir de désillusion trop forte et ouvrir votre esprit sur une autre dimension.

Quand vous aurez compris que votre bonheur ne tient qu'à vous, vous avancerez à pas de géant et constaterez qu'à chaque fois que vous faites les choses seuls, votre vie se construit sans soucis.

Alors si vous avez quelques décennies derrière vous, vous pouvez déjà faire ce bilan. Retournez-vous, juste pour voir... Et vous pourrez enfin choisir d'être heureux en vous sur-motivant. Sinon, prenez un coach pour vous pousser en avant et vous gonfler d'énergie pour faire les choses dont vous rêvez! Mais ne fantasmez pas trop, c'est quand même vous qui devrez vous dépasser et vous poser les bonnes questions... En cherchant les réponses. Elles ne tomberont pas toutes crues...

Vous êtes parents d'enfants nés dans les années 70

Vous avez du vous prendre la tête plus d'une fois sur cette inconsistance et leur énorme capacité à tous remettre en question, à être insatisfait et à décider de changer de voie alors qu'ils arrivaient enfin au but. Ils touchaient du bout des doigts la réussite professionnelle ou familiale à vos yeux et voila qu'ils décident encore de changer de vie...

Vous devez parfois aussi les trouver bien égoïstes. Ils pensent beaucoup trop à eux et peu à vous. C'est ce que vous croyez parce qu'ils sont en fait, très dévoués envers leurs parents mais ne veulent pas du tout de la même vie. Ils doivent s'éloigner de vous pour mieux se retrouver avec eux mêmes, pour mieux supporter votre cadre un peu trop rigide à leur gout. Quand vous vous occuperez plus de vous, ils reviendront.

C'est sans doute la génération du 20ème siècle qui se sera faite le plus accompagnée par des psy, coach, médecins ou accompagnants et qui aura acceptée de se faire du bien, en prenant des vacances, en se faisant masser, en s'arrêtant de travailler, en s'écoutant finalement...

C'est la génération qui a décidé de naître à la fin du 20ème siècle pour être adulte pour ce passage à l'an 2000.

Les 70, ces enfants terribles et hors normes, vont être les piliers de la bascule. Ils ont été des leviers puis les piliers sur lesquels les anciens et les plus jeunes vont pouvoir s'appuyer pour ancrer leur changement.

Leur problème?

Ils sont un peu paresseux du fait qu'ils sont tellement surs de réussir, qu'ils ne vont jamais malheureusement jusqu'au bout des choses... Un petit défaut me direz-vous comparé à leur élan d'évolution. Ils vont finir par comprendre que leur bonheur ne dépend que d'eux mêmes et ils vont décider un jour de prendre en main leur destinée.

Ceux qui sont nés au début des années 70 sont entrain de s’apercevoir que les années passent vite et qu'il serait temps de passer aux choses sérieuses...

Vous avez des parents nés en 70?

Vous êtes nés dans les années 90 et et vos parents sont de cette génération? Ils vous transmettent cette énergie de réussite et peuvent accepter votre lenteur puisqu’ils sont lents dans leur évolution. Vous prendrez le temps entre vos 15 et 30 ans pour trouver votre place alors qu'eux, auront utilisé presque deux fois plus de temps, ils ne pourront pas vous en vouloir finalement de votre coté dépendant- indépendants. Ils seront plutôt ouverts avec vous et vous protégeront de ce qui vous empêche d'être libre... Peut être trop d'ailleurs...

En tous cas, ces parents sont plutôt sympathiques et hors normes, différents de vos grands parents et plus ouverts que leurs aînés.

Conclusion: Les années 70

Cette décennie apporte une autre philosophie, celle de comprendre que nous sommes chacun responsable de notre bonheur et ce n'est ni nos parents, ni la société qui doit porter cette charge. Cette période nous demande de nous recentrer sur nous-mêmes et de comprendre qu'il est temps de changer. L'intégration prend du temps mais l'ancrage de l'évolution se trouve là... Les années 70 marquent un pas vers la responsabilité individuelle.

Je suis bien contente d'être née à cette époque, pas vous?

Vous êtes nés dans les années 70?

Voir les commentaires

2016-10-13T09:11:33+02:00

E comme Emotions Mode d'emploi

Publié par Marie-Lore
E comme Emotions Mode d'emploi

Sans nos émotions nous sommes influençables

Sans nos émotions, nous ne sommes rien. Nous sommes des machines sans cœur, capable du pire. Nous pouvons nous laisser manipuler sans broncher pendant des années voir toute notre vie. Nous sommes des robots humains qui exécutons des ordres, qui suivons les conseils des autres (amis, politique, médias, thérapeutes, patrons...) sans nous en rendre compte, sans savoir véritablement si ces démarches nous sont bénéfiques personnellement. Parfois même nous suivons la masse parce que c'est la mode, parce que nous avons peur de paraître idiot, différents, bien sûr sans nous demander si cela nous correspond.

Les émotions ont du sens

Nous confondons les émotions qui se manifestent dans le corps sur le coup et les sentiments qui se naissent dans la tête et durent des jours et des jours.

Nous sommes coupés de nos émotions et nous ne connaissons que les sentiments que nous avons créés virtuellement dans notre tête après des désagréments, une insatisfaction, un mécontentement, un bouleversement, une déstabilisation, ou un mal-être qui perdure… Les émotions nous mettent en alerte sur ce qui se passe dans l'invisible et qui n'est pas encore manifesté.

Les émotions et les sens sont nos meilleures alertes naturelles pour vivre en sécurité et en conscience dans ce monde qui devient de plus en plus virtuel. Bientôt nous ne serons plus distinguer la vérité, du mensonge. La télé réalité est devenue notre réalité, les séries policières, notre actualité. On ne sait plus faire la part des choses entre le vrai et le faux, entre la réalité et la fiction, entre nos envies et nos besoins.

Je finis un séjour extraordinaire à Bali avec une dizaine de participants qui ont adoré le séjour et mon accompagnement et je suis harcelée de critiques et de menaces de la part d'une participantes en colère de l'année passé. Où est la vérité? Que c'est-il donc passé l'année dernière et cette année? J'ai un client qui soupçonne sa femme de le tromper, il le sent, mais elle réfute cette accusation. Il en a eu la chair de poule et des sueurs glaciales. Alors qui croire? Comment faire pour connaître la vérité? Qui a raison, qui a tord?

Comment déceler la vérité lorsque quelqu'un s'adresse à nous? Nous sommes tous coincés derrière nos fonctionnements protecteurs mis en place dans l'enfance, ce que certains appellent les masques de l'ego ou l'ego tout simplement. Ils sont difficiles à déceler chez nous puisqu'ils ont été mis en place depuis notre plus tendre enfance. Nous croyons même que c'est notre personnalité qui s’exprime, cette partie de nous qui est insatisfaite de tout, celle qui pense ne pas être aimé, cette capacité à monter sur nos grand cheveux ou cette partie qui se vexe, ou qui boude des heures entières juste parce qu'on nous a fait une critique...comment savoir ce qui est juste pour nous et qui s'exprime en nous, est-ce l'ego? Notre âme? Notre être tout entier?

Avec ou sans ego?

Avant de démanteler cet ego, le travail de toute notre vie, nous devons déjà reconnaître que nous n'écoutons plus notre ressenti, nous n'avons plus ou que rarement des émotions, nous ne vivons même plus de décharge émotionnelle...

Qui a pleuré récemment, eu la chair de poule, des frissons qui lui ont parcouru l'échine?

Où se cache la vérité ? Il n'y a qu'une manière de le savoir... C'est d'écouter son cœur. Le problème est que lorsque nous sommes coupé de nos émotions, nous sommes sans arrêt dans notre tête à ruminer, tergiverser, réfléchir, hésiter, ré réfléchir, ré-hésiter.... Nous ne nous sentons jamais heureux plus de deux minutes. Nous sommes victimes du système, des autres, de la vie. Nous ne faisons plus la part des choses entre notre responsabilité et celle des autres. Nous ne voyons plus où est notre place. Nous n'arrivons plus à changer nos modes de fonctionnements. Nous sommes terrassés par la peur, le doute, l'incertitude, l'inconnu. Alors ressentir les choses dans son cœur relève du miracle! L'avenir nous inquiète, la rue nous fait peur... Comment faire pour ne plus être dans la peur? Ou la colère? Ou pour sortir de cette tristesse sans fin?

On nous parle de plus en plus des émotions, il y a même un dessin animée qui traitait de ce sujet, réalisé par une bande de psy.... Et pourtant il n’était question que de sentiments qui naissent dans la tête et pas dans le corps ou le cœur.. Comment être assez fou pour raconter à des enfants que le dégoût est une émotion, comme si cela était naturel ? Et l’amour alors, n’est ce pas une émotion au même titre que le dégoût alors? Quel étrange choix ont-ils fait...

Vous re-brancher à vos émotions, au cœur de mon travail J'ai 46 ans et je travaille beaucoup avec mon intuition. Celle ci ne vient que de moi, je ne m'appuie donc que sur mon ressenti pour avancer dans la vie, pour travailler, pour prendre des décisions. Si j’ai un doute, un questionnement, je peux poser des questions à mon entourage et me faire accompagner par des professionnels. Je finis toujours par prendre une décision qui suit mon ressenti. Alors pourquoi parfois, je ne l'écoute pas tout de suite? Pourquoi ai-je besoin de voir d'autre professionnel, ou de questionner mes amis? Parce que je ne veux pas suivre mon ressenti, parce que je suis trop fatiguée pour l'entendre, parce qu'il me dit quelque chose qui va réveiller une émotion de tristesse ou de peur que je ne veux pas ressentir consciemment ou inconsciemment. Mon ressenti et mes émotions vont me montrer que je me trompe et qu’il faut rebrousser chemin… Qu’il est dur de reconnaître que nous nous sommes trompés. On nous a tellement appris à être forts…

Mais à quoi servent alors les émotions?

A être prévenu très vite. A être dans une conscience vigilante sur la situation, sur notre vie, à prendre ses responsabilités en amont pour choisir un autre chemin, pour se repositionner, plus vite pour prendre en main les rennes de sa vie sans perdre de temps sur une fausse piste... A voir la réalité de se qui se joue et à choisir en conscience qu’elle est la place qui va nous rendre heureux et fiers de nous.

Quand on est relié à ses émotions, on sait ce que l’on doit faire. On n'a plus aucune tergiversation qui dure. On le sent dans son cœur. Tant que nous ne sommes pas reliés à nos émotions, c'est le stress qui prend le dessus et là, on est au plus mal...

Nous sommes obligés, pour sortir d'une situation où l'on s'est laissé enrôler par fainéantise, par facilité, par illusion, par négligence, par sentimentalité, de faire des efforts de malade parfois... Et c'est souvent une dépression, un burnout, un craquage physique, une grave maladie qui nous obligent à nous reposer, à arrêter cette course vers le néant... C'est le corps qui nous oblige à écouter notre petite voix. Nous n'avons alors pas d'autre solution que d'entendre son message.... Ou nous restons des années en dépression, dans la maladie, à tourner en rond autour de nos hésitations sans aller au cœur de notre envie, à la source de tous nos ennuis et de notre mal-être. Nous ne voyons pas le nœud du problème de notre existence... Nous passons à côté de nous...

Alors pour ne pas passer à côté du bonheur, retrouvez vos émotions, acceptez de plonger dans le ressenti… Pleurez, riez de bon cœur, transpirez, rotez... Et vous trouverez l'amour au bout du chemin, le vrai.

Vous re brancher à vos émotions, au cœur de mon travail Alors voici mon travail personnel au quotidien et celui que je fais avec vous tous, je vous aide à retrouver le lien avec vos émotions. Une fois reliés, vous ne pouvez plus nier l'évidence, vous ne pouvez plus tergiverser pendant des semaines, vous saurez ce qui est juste pour vous.

Sachez que de toute manière, même si vous en êtes coupés, votre corps reçoit les chocs émotionnels en permanence... Et s'il ne peut pas les évacuer, il se prend un gros coup de fatigue... Alors pour être plus en forme, déchargez chers lecteurs! En Médecine Traditionnelle Chinoise, la maladie est la conséquence d'une surcharge émotionnelle stockée dans le corps. A méditer...

Le secret pour retrouver ses émotions?

Accepter le temps, la traversée de la tempête, sachez que vous êtes grands aujourdhui et que vous avez plus de possibilités, que lorsque vous étiez enfant, pour traverser ces émotions sans être bouleversés longtemps. Et surtout, c'est à vous de vous donner l'autorisation de pouvoir les vivre. C’est vous qui allez rire de bon cœur, qui allez crouler sous un torrent de larmes, qui allez suer de peurs...

Mais après cela, en peu de temps, quelque dizaines de minutes après, vous allez vous sentir libérés, forts, plantés dans le sol, indestructibles. Et plus personne, dans les moments qui vont suivre, pourra vous déstabiliser. Et croyez moi, dans cette société où les jugements à l'emporte pièce nous terrassent, où le regard de l'autre compte beaucoup et fait baisser notre taux d'estime de soi très bas en un quart de seconde... Quand nous n'en avons plus rien à faire des critiques pernicieuses des autres, nous nous sentons libres et légers.

Alors, vous laisseriez bien quelques larmes de bonheur couler, non?

La joie, c'est top aussi comme émotion...

E comme Emotions Mode d'emploi

Voir les commentaires

2016-10-01T19:25:27+02:00

Vous êtes nés dans les années 60?

Publié par Marie-Lore Staudt
Vous êtes nés dans les années 60?

Les natifs des années 60

Vous êtes nés dans la décennie de 1960 celle que j'appelle la "période bisounours".

Vous avez choisi de naître dans cette décennie pour davantage vivre en harmonie avec les autres que simplement  amasser des biens et construire le monde d'après guerre comme les natifs des décennies précédentes. L'amour compte plus que vos biens.

L'amour au premier plan

Vous avez eu envie de vivre une vie de famille heureuse, une vie de couple épanouis, une vie d'amitié et de partage avant tout. Vous courrez après l'amour depuis tout petit. Vous l'attendez encore. Vous avez compris l'importance de trouver l'amour et non de vous sacrifier seulement pour entrer dans le moule et bien faire comme on l'espérait de vous. Vous êtes la génération qui commence sérieusement à déborder des cadres. Ce n'est pas étonnant que nous ayons connu une révolution culturelle et sociale à la fin de cette décennie.

Vous êtes véritablement la première génération qui a compris à quel point l'Amour est important et doit être au cœur de tout. En étant les premiers, vous êtes aussi dans la confusion avec le fait d'aimer, d'être aimé, avec le besoin de l'autre, le désir de l'autre, l'envie d'exister à part entière dans les yeux de l'autre. C'est normal, notre société reposait depuis des siècles sur une notion de "couples par alliance", c'est à dire pour répondre à des intérêts personnels, économiques, sociaux, nationaux, financiers... Vous, vous voulez de l'Amour avec un grand A. Vous voulez vivre la passion, mais vous n'avez aucun repère.

Vous au second plan

Vous avez tendance à vous faire passer au second plan. L'amour d'abord et le reste ensuite qui est beaucoup moins important à vos yeux. Vous qui vouliez tant de présence, de douceur et d'écoute petit, les grands n'ont pas toujours su vous combler d'amour et vous donner toute la douceur dont vous aviez besoin. Et comme vous êtes nés "bisounours", vous avez donné beaucoup d'amour et de présence aux autres depuis que vous êtes petit et très peu à vous-même. Habitués à ne pas recevoir beaucoup d'attention, vous vous négligez mais n'oubliez pas les autres qui retiennent toute votre attention.

Et vous êtes en attente en secret... Toujours et encore de l'amour.

Votre rêve d'unicité et de partage

Vous avez été suffisamment utopiques et courageux pour vouloir faire bouger ce monde. Il suffisait de se prendre tous par la main et d'avancer ensemble. C'était pourtant facile, il suffisait de faire un pas en avant ensemble en se tenant la main. Cette envie n'était pas vaine. Vous avez amenés cette énergie communautaire de tribus. C'était l'énergie de la décennie de 1960, la révolution la fleur au fusil...

Votre état d'adulte et de parents

Adultes, vous êtes passés dans une période entre 2000 et 2013 où vous avez été désenchanté. Votre monde idyllique s'est fait attendre. Vous aviez du mal à vous y retrouver.

Vous avez sur-gâté vos enfants pour les bourrer d'amour, celui dont vous avez tellement manqué. Du coup ils voudraient bien faire leur vie quand ils sont nés dans les années 80 mais ne veulent pas se couper de vous, de peur que vous souffriez et que vous vous sentiez encore abandonnés.

Les enfants des années 90 sont des "indépendants-dépendants" que vous ne savez pas comment gérer. Ils ont du mal à se responsabiliser et en même temps ne vous demandent rien. Vous faites tout par anticipation.Ils ne veulent pas faire comme vous et se démener pour trouver un travail mais ils souhaitent juste profiter de la vie tranquillement. Ils se créent un monde virtuel qui vous dépasse. Vous qui rêviez tant de mélange, de fraternité, de partage, leurs fonctionnements vous semblent totalement hallucinants et déroutants. Mais vous n'y pouvez rien. Vous êtes obligés de lâcher, de leur faire confiance et d'avoir foi en l'avenir pour eux.

Votre avenir et votre retraite

Dans les années 2020, dans cette future décennie, vous allez pouvoir vivre une retraite agréable. Ce monde de bisounours que vous avez tant espéré dans votre cœur va se mettre en route petit a petit. L'amour sera le noyau de notre être et le booster de nos décisions. Vous avez amené en naissant dans les années 60, des vagues de love et de paix.

Peace and love dans le futur aussi

Vous serez comme un poisson dans l'eau dans le futur parce que ce monde qui va changer, va ressembler à celui dont vous avez tant rêvé. Un monde où la conscience est au premier plan, un monde de respect où l'amour conditionne nos choix.

Une clé pour attendre la prochaine décennie en douceur?

Prenez du temps pour vous. Décrétez maintenant que vous êtes la personne la plus importante et soyez les exemples du changement. Activez votre douceur et faites vous du bien pour tenir le choc parce qu'avant d'être dans un monde de bisousnours... On va traverser un champs de mine... ou l'amour n'est pas encore un laisser passer universel vers le bonheur...

Ne vous désespérez pas les natifs des années 60, le paradis est au bout du chemin. Ne doutez plus de vos rêves d'enfants. Prenez soin de vous en attendant :o)

 
Vous êtes nés dans les années 60?

Voir les commentaires

2016-09-30T11:50:07+02:00

E comme Eveil

Publié par Marie-Laure Staudt
E comme Eveil
  • Une autre programmation

L'éveil, c'est ce pour quoi nous sommes tous programmés en naissant, pour retrouver le chemin vers la source. Nous oublions en grandissant notre mission, dans une partie de notre mémoire. Mais nous savons tous, de façon innée, que le monde doit s'éveiller, qu'il doit regarder la vérité en face pour commencer sa transmutation.

Les événements de la vie n’ont de cesse de me montrer à quel point il est inutile d'essayer de montrer ou de faire comprendre l'importance de l'éveil aux autres. Celui qui a envie de trouver la vérité, d'avancer, de faire changer le monde, a sa propre quête à poursuivre.
Il va de lui-même, un jour, s'intéresser à apprendre puis à comprendre les mécanismes de la vie. Puis il va entrer dans sa quête personnelle du bonheur pour être heureux.

  • Le réveil émotionnel

Notre cerveau accepte de changer de stratégie qu'en voyant la douleur émotionnelle se réveiller.

Notre quête commencera, quand la dose de ras le bol aura contaminé notre zone de confort. Nous tenons bon, dans une situation moyenne, tant qu'elle ne nous rend pas trop malheureux. Nous devons avoir une bonne dose de résignation injectée dans nos veines... Une capacité physique et psychologique, qui nous conditionne à supporter la même situation désagréable à répétition.
Nous avons enfuis nos émotions en nous, grâce à ce mental qui conspire contre nous, pour notre sécurité. L'âme et le corps en sont les gardiens.
Le cerveau a été très efficace lorsque enfant, nous n'arrivions pas à comprendre pourquoi maman reniait notre ressenti et pourquoi les adultes eux-mêmes, se coupaient de leur états émotionnels...

Ne pas pouvoir exprimer nos émotions, ne pas être compris et acceptés avec cette sensibilité naturelle, à été violent à vivre. Comment agir d'une manière juste sans les émotions ? Comment détecter le danger sans ces précieux gardes du corps? Nous avons coupé la liaison avec nos alarmes internes dès la petite enfance pour nous préserver face à la dureté du monde.
Privés de ces alertes naturelles, l'intelligence de notre cerveau a pris le relais. Celui-ci a le don d’inventer des stratagèmes efficaces, capables de paralyser les nouvelles émotions qui pourraient naître, en les cristallisant immédiatement dans notre corps.
Il nous a orienté à jouer différents rôles pour éviter de nous retrouver confrontés aux mêmes blessures émotionnelles qui nous ont ébranlés jadis. Nous avons tournés alors notre regard vers l'extérieur. Ainsi nous ressentons moins à l’intérieur de notre corps ces états émotions parfois effrayants que personne ne nous expliquait quand nous avions deux, trois ou quatre ans...
Depuis, nous avons appris à jouer la comédie, la grande tragédie de notre vie, l'incroyable histoire de notre réussite ou la merveilleuse épopée du super héros.
Nous avons trouvé des tactiques pour désamorcer temporairement ces bombes émotionnelles à retardement... Le mental est doté d'une intelligence sans pareil pour nous détourner de notre ressenti ad vitam aeternam.
Maman était toujours triste et insatisfaite? Et bien nous étions tantôt un vrai clown pour la divertir, tantôt très gentils pour la voir heureuse. Surtout, il fallait trouver le moyen de ne pas être bouleversé par notre ressenti. Nous nous sommes mis dans la peau d'un autre... Nous avons copié tant bien que mal le comportement de certains adultes, à notre façon, avec nos petites années d'expérience, avec notre nature singulière.
Papa était souvent en colère et préoccupé? Nous étions le meilleur élève de notre section pour qu'il soit fier de nous et plus calme à la maison... Nous étions capables de suivre sa carrière par résignation, pour lui donner une raison d'être content dans sa vie.
Ces stratégies sont candides et débranchés du cœur pour rester dans une certaine insensibilité, surtout au manque d'amour... Nous risquerions de mourir en sentant tant de haine et en voyant tant d'horreurs dans ce monde... Le mental nous coupe de la conscience pour un temps. Jusqu’au moment où nous serons assez costauds pour regarder en face la vérité du monde.
Ces parades que nous avons finalement adoptées, font que nous arrivons tant bien que mal à voguer au milieu de la tempête pendant plusieurs décennies... Nous connaissons par cœur notre place sur le pont. Le but pour bien naviguer sans trop risquer de chavirer, est de voguer sur les mêmes mers, aux abords de rivages familiers. Nous allons par réflexes nous mettre en cale sèches aux mêmes ports et nous amarrer à la même bite d'amarrage, histoire de ne pas être pris au dépourvu et de savoir mener notre barque. Nous saurons gérer, nous sommes en territoire conquis. C'est un jeu d'enfant...
Le cerveau peut longtemps utiliser ces techniques de contrôle des émotions, dénichées dans notre enfance. En fait, il peut les répéter à l'infini jusqu'à notre dernier souffle... Sans que nous en soyons conscients. Nous avons abandonné les manettes de notre vie à notre mental... C'est lui le patron, le capitaine du navire, le maître à bord... Il en oublie le reste de l'équipage à terre. Tant qu'il ne mesure pas le poids de notre souffrance d'adulte, tant qu'il ne constate pas que ses moyens de défense ne cachent plus nos peurs, notre peine ou notre désappointement d'enfant, il ne baisse pas la garde. Il ne nous aide pas à sortir de nos zones de confort, qui deviennent malgré tout de plus en plus étroites et nous enserrent petit à petit jusqu'au jour où nous risquons de voir s'écrouler les falaises sur nous, d'éventrer notre paquebot sur les rochers... Continuer ainsi devient dangereux.
L'âme vient à la rescousse quand le SOS est lancé (save our saoul) par le corps. Et c'est alors que tous les trois nous poussent à l'éveil...

  • Le point de départ de ma quête

Avant je vivais ma vie. Je n'étais pas complètement heureuse. Je changeais souvent de métier, de partenaires, de maison. Je tournais en rond tout en courant inlassablement pour boucler mon agenda qui débordait de tâches. Je passais par des grandes phases de déprime. Avec le recul je peux le dire et le reconnaitre maintenant.
Pourtant j'étais une fille d'apparence joviale et conviviale.
J'étais en permanence dans une envie d'être mieux mais tiraillée par l'insatisfaction qui recouvrait mon désir de bonheur. Je m'habituais avec les années à stagner dans un état moyen. "Je faisais avec" comme on dit. Je me croyais même plus heureuse que la moyenne. Jusqu'au jour où j'étais trop malheureuse.... Alors je quittais tout, compagnon de vie, statut social, travail, employeur... Et je changeais de vie, nouveau cadre, nouveaux visages...
Je n'étais toujours pas en quête. J'en avais eu juste marre... Il fallait que cela cesse. Mais c'était un éternel recommencement.

Et une amie est venue me chercher pour partager sa quête: Entrer sur son chemin spirituel. Avec mon insouciance de l'époque, j'ai sauté le pas. Et là, ont été les pires années de ma vie. J'ai appris beaucoup, mais a coup de pelles et de pioches. La spiritualité new âge gouroutisante et annihilante. Mon corps et mon âme hurlaient puis pleuraient à l'intérieur de moi. Le réveil était imminent.
C'était tellement violent que j'ai du me couper de ces personnes définitivement. Jusque là, je gardais des liens d'amour. Là, ma survie morale et physique en dépendait. J'étais devenue un zombie.

Un jour, j'en ai eu marre d'en avoir marre. Et je n'ai pas simplement dit stop à la situation, j'ai dit stop à ce complot intérieur qui visait à me faire accepter l'inacceptable. J'ai dit NON à mon ego.

Ma vie n'a plu été pareil ensuite. Fini l'insouciance. J'ai commencé à me poser des questions sur moi apres avoir passé tant de temps à m'en poser sur le monde et sur les autres... Il était grand temps de tourner mon regard vers moi. Il m'a fallu 10 années pour retrouver mon centre et devenir enfin auto-référente. 10 ans encore en allant chercher la vérité à droite et à gauche sans avoir confiance dans ma petite voix... Sans écouter d'abord mon cœur... Qu'elle est compliquée à lire cette carte au trésor... Elle a été réduite en pièce... et c'est vrai qu'il faut retrouver les pièces manquantes pour recoller les morceaux pour arriver enfin à trouver sa route. Il faut oser aller récupérer les pièces du puzzle parfois tombés dans les mains de l'ennemi... Il faut parfois apprendre sa langue, ses habitudes... Et nous l'avons fait dès l'enfance, en oubliant que ce n'était que momentanée... Nous avons oublié le plan...

  • L'heure de son éveil

Le chemin est rude pour se souvenir de notre mission... Le corps en a la clé.

C'est une erreur de vouloir accompagner quelqu’un dans son éveil. C’est manquer de discernement. C’est échapper à ses devoirs, c’est manquer à ses responsabilités. Nous allons le conduire sur notre chemin d’ego qui va l'éloigner du sien. Nous avons tous notre propre quête à mener. C'est aussi inutile que de montrer le saint graal à un incroyant.

Ma mère avant de mourir, m'a amenée sur ma route. Les mourants nous apprennent beaucoup sur nous. Ils ont la vérité en eux, aux portes de la mort. J'ai accompagné 4 personnes dans la mort. Ces êtres m'ont fait grandir par leur silence, leur non attente, leur simplicité, leur vérité. Ils ont été mes exemples. J'ai trouvé la force de me retrouver seule avec ma vérité. Leur exemple à chaque fois, m'a permis d'avoir le courage de regarder ma vérité en face.
J'ai pu dans la paix aller vers cette découverte de moi, avec la confiance innée de ces personnes, un non jugement sur moi et sur ce qui j'étais à ce moment là.

Et si l'éveil c'était accompagner l'autre à accepter de regarder sa vérité en étant simplement avec amour et bienveillance dans la nôtre? Si l'éveil, c'était le courage de réunifier ces forces, de se rassembler, d'aligner le corps, le mental et l'âme?

Je suis le changement que je souhaite dans le monde... Et dès lors mon univers s'éveille à la vie...

Vous avez aimé ce texte et bien partagez le sur vos Facebook 
et/ou par mail... 

Le piratage de mes sites a coupé le lien avec mes abonnés... 
Retissons la toile de l'entraide
Partageons à nouveau nos états d'âme ensemble... 
Passons le relais d'amour autour de nous...
Retrouver 102 mots du quotidien pour travailler sur vous 
et vous aider à une introspection  :
"L'abécédaire de l'accompagnement de l'Etre"  de 304 pages
Je vous 💗

Pour le commander, c'est ICI

E comme Eveil

Voir les commentaires

2016-09-25T19:00:44+02:00

Slasheuse / Passionaute

Publié par Marie-Lore
Slasheuse / Passionaute

Lundi 27 septembre à midi un court passage sur LCI sur mes activités professionnelles...

En attendant, voici une petite vidéo courte à écouter pour bien comprendre ma démarche professionnelle et mon investissements dans mon travail... Et surtout pour suivre le lien entre mes différentes activités...

C'est pas mal d'avoir plusieurs cordes à son arc, on ne se lasse jamais, on peut réactualiser son travail et expérimenter de nouvelles voies facilement... On peut surtout faire le switch un jour vers une activité libérale qui nous plait vraiment, le statut d'auto-entrepreneur permet cela...

Aujourd'hui, nous osons faire de notre passion notre métier... je me réjouis...

Voir les commentaires

2016-09-20T20:46:54+02:00

E comme Emotions

Publié par Marie-Lore
E comme Emotions

Les émotions sont les meilleures alertes naturelles pour vivre en sécurité dans notre milieu. Elles sont différentes des sentiments. Nous avons du mal à les distinguer, nous amalgamons souvent les deux et les utilisons à mauvais escient pour parler de nos états intérieurs.

Votre plus grand soucis en rendez-vous est de savoir comment gérer vos émotions. Un petit éclairage ne nuirait point.

L'émotion est le langage du corps. À travers des manifestations physiques, elle est l'expression de notre instinct de survie. Elle est surtout le lien avec le monde invisible.

L'émotion est un ressenti intérieur de peur, de colère, de tristesse ou de joie suivi dans la foulée d'une décharge émotionnelle comme les rires, les pleurs, les sueurs, le hoquet, les frissons....

Quand nous sommes reliés à notre corps, elles ne peuvent pas passer inaperçues. Souvent enfants, nous nous en sommes coupés. Avec le temps, les événements à répétition et les émotions des autres, appuient et réveillent nos propres émotions enfouies. Nous voudrions les éviter car elles nous bousculent et nous ne savons pas, ou peu, les gérer.

Elles sont pourtant nécessaires pour nous aider à guider notre vie à travers notre ressenti. C'est pourquoi il est important de retrouver cette expression naturelle du corps. Les émotions sont les premières alarmes de ce que nous ne voyons pas venir avec nos yeux. Elles nous protègent en nous faisant ressentir immédiatement le danger. Elles mettent l'accent sur ce qui se trame dans l'invisible pour que nous prenions le temps d'observer les situations, de décrypter le comportement des personnes qui les ont provoquées.

Quand nous sommes reliés à notre corps, ces ressentis physiques ne peuvent rester sous silence. Ils nous déstabilisent pour que pour nous agissions immédiatement afin de retrouver notre équilibre. Ce déséquilibre énergétique, quand nous le ressentons, nous empêche de continuer à vivre notre vie comme s'il ne s'était rien passé, en restant prisonniers de l'événement. Notre repositionnement devient une évidence. Forts de ce ressenti, nous pouvons ainsi nous positionner en conscience sans être bousculés longtemps. En déchargeant émotionnellement, nous ne gardons aucune séquelle physique et ne conservons par la suite aucun sentiment désagréable suite à l'événement.

Malheureusement, il n'est pas toujours aisé de vivre nos émotions dans une société qui balise notre vie et nous laisse peu de marge d'action. Notre éducation vise à faire taire ces manifestations du corps qui ne sont jamais bien vues par la société. Nous avons soufferts, enfants, de ne pas les vivre pleinement ou de ne pas les décharger... Nos éducateurs nous ont très tôt demandé de stopper nos pleurs, nos éclats de rire pour entrer dans la normalité. Très peu sont les adultes qui vivent leurs émotions au quotidien. Nous ne pleurons plus, frissonnons à peine, et ne rions plus à pleines dents. Nos émotions ont été castrées par des phrases assassines:

« Arête de pleurer, tu es un grand garçon. Tu rigoles trop fort, ce n'est pas bien. Tu as encore trempé ton pyjama! »

Sans nous en rendre compte, nous avons eu le réflexe, dès la petite enfance, de nous couper du corps en réprimant nos émotions pour moins vivre le stress qu'elles généraient. Le résultat est que nous nous sommes coupés inconsciemment d'une grande partie de notre corps.

Nous avons développé un mental spectaculaire qui s'empare de nos émotions et les dévie du corps pour ne plus nous bousculer. Le mental fabrique alors des sentiments qui leur ressemblent à s'y méprendre, exceptés qu'ils ne se vivent que dans la tête. Nous inventons des mélodrames incroyables, traînons des rancœurs à n'en plus finir et pouvons nous noyer à l'infini dans la mélancolie ou l'insatisfaction.

Ces sentiments occupent notre tête et nous enferment dans de longues réflexions stériles qui nous bloquent dans nos actions. Nous sommes comme kidnappés par notre mental qui réfléchit indéfiniment sur les causes extérieures de ces sentiments.

Il n'y a plus d'introspection. Il n'y a que des accusations et des attentes de réparation. Nous ne ressentons plus et ne déchargeons plus nos émotions. Nous restons dans des ratiocinations sans fin. Ces sentiments nous maintiennent dans un état de victime, de bourreau ou de sauveur. Nous développons petit à petit un mal être. Nous n'agissons plus, nous réagissons.

Les émotions sont fulgurantes et bousculantes dans l'instant présent. Elles pèsent sur notre cœur quand elles ne sont pas déchargées tout de suite. Elles nous aident à nous positionner pour retrouver notre équilibre.

Les sentiments se fabriquent dans la tête à partir de nos émotions et peuvent y rester une éternité. Nous sommes débranchés du corps et donc du cœur. Les sentiments ne nous donnent aucune direction ou indication pour aller mieux. Ils nous déresponsabilisent en mettant l'accent sur les causes extérieures. Ils nous laissent dans la passivité et la non-action. Nourrir des sentiments nous maintient dans un mal-être et nous coupe de notre épanouissement.

Retrouver ses émotions nous conduit vers notre responsabilité et vers une ouverture du cœur. Elles nous font nous sentir maîtres de notre vie. Le mental se met alors au service de notre âme en accord avec le corps. Nous sommes alignés âme, mental et corps. Et là, plus personne ou plus rien ne peut nous déstabiliser. Nous guérissons petit à petit nos blessures d'enfant, nous pardonnons. Nous pouvons entrer dans notre épanouissement en étant émerveillés de la vie.

En retrouvant nos émotions, nous retrouvons le lien à notre joie de vivre, à notre libre arbitre et à l'amour inconditionnel. Nous vivons branchés sur le cœur, les yeux grands ouverts sur le monde. Nous pouvons aimer et être aimé librement. Nous tenons en main les rennes de notre destinée.

L'abécédaire de l'accompagnement de l'Etre par Marie-Laure Staudt

304 pages
E comme Emotions

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog